Vivre avec l'AAH comme seul revenu: témoignage

28 mars 2008 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires18 Réagissez à cet article
MONTPELLIER, 28 mars 2008 (AFP) - Sandra Muller, infirme moteur cérébral, prend le train samedi à Montpellier avec 250 personnes handicapées, pour aller à Paris témoigner qu'il "y a des gens qui ne peuvent pas travailler et qui n'ont pas de quoi vivre".

Prématurée, née infirme moteur cérébral et âgée aujourd'hui de 40 ans, Sandra a "620 euros pour vivre, rien de plus", c'est-à-dire l'allocation adulte handicapé (AAH).
"La prestation de compensation, cela permet de payer le salaire d'une aide, ou d'acheter un fauteuil, mais ce ne sont pas des ressources pour vivre. On a les mêmes frais que tout le monde et en plus des frais liés à notre handicap.
Quand le fauteuil électrique tombe en panne, il faut le réparer, l'appartement doit être aménagé", explique-t-elle.
Sandra répète à plusieurs reprises avoir "la chance" de recevoir le soutien financier de ses parents. Ce sont eux qui lui ont payé l'appartement, la voiture.
"Au coup par coup, ils règlent les factures d'électricité, les charges", explique-t-elle avec un peu de gêne.
Elle se dit "favorisée". "Il y a des personnes handicapées qui sont obligées d'être dans un centre parce qu'elles n'ont pas les ressources suffisantes pour vivre de façon autonome. Certains réussissent à avoir un appartement, mais ils ne sortent plus parce qu'ils n'ont plus les moyens".
"On n'est pas libre", dit-elle. "Déjà, on a un handicap qui nous entrave, mais en plus, on est cerné de partout, par le manque d'argent, les difficultés d'accès... Notre vie, c'est la débrouillardise".
"Les loisirs, on n'en parle même pas, je ne peux pas subvenir à mes besoins, alors..."
Avec une maîtrise de psychologie, une licence sanitaire et sociale, Muriel dit qu'elle "pourrait travailler".
Elle a d'ailleurs exercé son métier de psychologue pendant cinq ans en école privée, en emploi aidé, mais à la fin de son CES (contrat emploi solidarité), elle n'a pas retrouvé d'emploi.
"Je cherche toujours du travail : même avec mon handicap, il y a toujours moyen d'aménager un poste de travail, mais en attendant...", dit-elle.
mv/jba/sd

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

Partager sur :

Commentaires18 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
18 commentaires


















Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.