Handiprint : droit de réponse du groupe Lecaux

Droit de réponse du groupe Lecaux suite à un article publié sur handicap.fr sur sa société Handiprint.

15 décembre 2018 • Par Droit de réponse

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Votre site internet Handicap.fr a fait un article (en lien ci-dessous) mettant en cause le groupe Lecaux et sa filiale HANDIPRINT, relatant une plainte de Anticor quant à une fraude supposée, dénoncée par un ancien salarié de HANDIPRINT, Gilles Mendès. Nous vous prions de trouver ci-joint, conformément à la loi, un droit de réponse afin d'éclairer vos lecteurs sur la situation, le traitement déséquilibré qui est fait sur votre site participant à un trouble qui nuit à notre entreprise qui n'a rien à se reprocher.

Vincent LEVIEUX, dirigeant de l'entreprise, tient à déclarer : « Nous sommes attaqués, harcelés et diffamés depuis 4 ans par un individu, ancien salarié de l'entreprise et qui n'a pas obtenu ce qu'il voulait aux Prudhommes, qu'il avait saisi. Depuis, il a mis en place une entreprise de démolition de HANDIPRINT pour me nuire personnellement et nuire à l'entreprise qui l'a employé, lui et son épouse. Par vengeance. Voilà de quoi et de qui nous parlons. Il faut le dire clairement.

Ce monsieur s'est alors auto-désigné « lanceur d'alerte » et a inventé une histoire de mise en place d'un système de fraude aux cotisations AGEFIPH contre nous, et pour se crédibiliser il a saisi Anticor, qui a repris sans aucune vérification, ses inventions mensongères. Ils nous accusent de choses que nous n'avons pas faites. C'est absolument abject en plus quand il s'agit de travailleurs en situation de handicap.

NON, Handiprint n'a absolument pas mis en place de système de fraude aux cotisations AGEFIPH.

Depuis ses allégations diffusées sur internet en 2014, HANDIPRINT a subi TOUS les contrôles de l'Etat possible : 4 ans de contrôle des moindres détails qui se sont avérés négatifs.

- Le contrôle de l'URSSAFF : rien
- Le contrôle de la DIRECCTE : rien
- Le contrôle de la répression des fraudes : rien
- Le contrôle des services fiscaux : rien
- le contrôle de la médecine du travail : rien

Bref, il y aurait donc d'un côté un salarié débouté aux prudhommes qui dirait la vérité, tout seul, et de l'autre côté, toutes les administrations de contrôles de l'Etat qui mentiraient ? Qui peut sérieusement soutenir cela ? Tout le monde se fait abuser par ce monsieur : cela doit cesser !
Alors nous posons la question : pendant combien de temps encore nous allons devoir nous justifier face un personnage qui se fait passer abusivement pour un lanceur d'alerte, mais qui est en réalité instable, calculateur, manipulateur, et complotiste ? Quand la presse va-t-elle enquêter sérieusement sur ce personnage ? Il y aurait beaucoup à dire…

Il met en danger notre réputation, et donc l'activité économique de l'entreprise et de ses 105 salariés dont 94 en situation du handicap. Il harcèle les collaborateurs. Il menace. Il pourrit la vie d'une entreprise honnête, qui depuis des années, a fait bien plus pour le bien commun, l'inclusion des personnes en situation de handicap par le travail et notre territoire que ce personnage.

Nous avons déposé une plainte contre Anticor et ce monsieur auprès du Parquet de Cherbourg pour dénonciation calomnieuse. Nous poursuivrons en diffamation et divulgation de fausse nouvelle tous ceux qui relayent leurs mensonges. Pour une raison simple : on ne peut pas laisser dire n'importe quoi sur n'importe qui, en toute impunité. Les conséquences économiques sont graves, j'alerte sur le danger. Le Parquet doit poursuive, déclencher une enquête et dire ce qu'il en est.

Force est de constater que certains médias et réseaux sociaux, relayent ce qui est purement et simplement une énorme fake news, destinés purement et simplement à nuire.
Après des années de harcèlement ciblé, HANDIPRINT ET LE GROUPE LECAUX ne laisseront plus rien passer. Le n'importe quoi, ça suffit ! ».

Partager sur :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.