AAH : pourquoi des disparités selon les départements ?

Résumé : 1 million d'allocataires de l'AAH en France. Mais pourquoi existe-t-il des disparités d'attribution selon les départements ? Une vaste enquête menée par la DRESS paraît en décembre 2013 qui dresse un bilan ! Consultable en ligne...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Fin 2012, près d'un million de personnes perçoivent l'Allocation aux adultes handicapés (AAH), minimum social destiné aux personnes en situation de handicap disposant de faibles ressources. En moyenne, la France compte donc 33 allocataires pour 1 000 habitants en âge de percevoir l'allocation. Cette proportion est élevée dans le Centre et le Sud-Ouest, où nombre de départements comptent plus de 40 allocataires pour 1 000 habitants, et faible en région parisienne (moins de 24 allocataires pour 1 000 habitants en âge de percevoir l'allocation).

Des disparités selon les départements

De nombreuses études ont donc fait le constat que la répartition des allocataires de l'AAH n'est pas uniforme sur l'ensemble de territoire. Afin de s'assurer du respect de l'égalité dans la prise en charge des personnes handicapées, il est nécessaire d'analyser les causes de ces disparités entre les départements et d'en comprendre l'origine. Durant la période 2008-2011, les trois quarts sont expliquées par des facteurs démographiques, socioéconomiques et sanitaires. Le quart restant peut notamment relever de différences d'appréciations et de pratiques entre les acteurs locaux (MDPH, associations...). Au cours de la période récente, les disparités se réduisent légèrement. Pour en savoir plus, un dossier complet édité par la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), dans la collection Dossier Solidarité et Santé, n° 49, décembre 2013, vient de paraître (lien ci-dessous). En 16 pages, il dessine une carte de l'AAH par région.

AAH, c'est quoi ?

Rappelons que le montant maximal de l'Allocation aux adultes handicapés (AAH) s'élève à 790,18 euros par mois pour une personne seule depuis le 1er septembre 2013. La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) prend en charge les demandes et procède à l'évaluation de la situation de handicap. Pour percevoir l'allocation, un taux d'incapacité permanente de 80 % ou plus doit être reconnu (article L 821-1 du Code l'action sociale et des familles) ou bien un taux compris entre 50 % et 79 %, assorti d'une restriction substantielle et durable d'accès à un emploi (article L 821-2). Les conditions de ressources, d'âge et de résidence sont vérifiées par les caisses d'allocations familiales (CAF) ou de la Mutualité sociale agricole (MSA).

AAH, qui est concerné ?

L'allocation s'adresse aux adultes d'au moins 20 ans domiciliés en France et qui n'ont pas atteint l'âge de départ à la retraite. Après cet âge, dans certains cas, les personnes ayant un taux d'incapacité d'au moins 80 % peuvent continuer de percevoir l'allocation. Fin 2012, 997 000 personnes reçoivent l'AAH, selon les données de la Caisse nationale d'allocation familiale (CNAF) et de la MSA. Parmi elles, près des deux tiers, soit 618 000 personnes, ont un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 %. Les allocataires souffrent majoritairement de limitations intellectuelles, cognitives ou psychiques, mais les limitations motrices touchent un allocataire sur deux. Ils sont âgés de 45 ans en moyenne et 71 % d'entre eux vivent sans conjoint ni enfant à charge.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 25-12-2013 par lea :
Il est anormal de trouver des foyers et de l' habitat loin des transports, en montée, loin de tout. Difficile voire impossible de vivre au froid, dans les zones de montée loin des services.

Le 02-01-2014 par NikauTlse :
Et toujours pas de non prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul du montant de l'AAH de la personnne handicapée par la CAF. De ce fait, lorsque le conjoint travaille, la personne handicapée, admise à l'AAH par la MDPH, ne la percevra jamais en raison de ressources perçues par son conjoint. Ou est l'égalité ? C'est une double dépendance, le handicap, plus financièrement. C'est triste.

Le 02-01-2014 par Wili :
Les travailleurs en ESAT perçoivent, en complément de leur rémunération de l'AAH qui baisse chaque année, une situation qui encourage pas les personnes en situation de handicap

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr