Handicap: manifestation à Strasbourg pour une "vie autonome"

Résumé : Quelque 300 personnes handicapées, venues de 20 pays européens, ont défilé dans les rues de Strasbourg, en fauteuil roulant, sur des béquilles ou aidées de chiens d'aveugles, pour réclamer devant le Parlement européen le droit à une "vie auton

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Strasbourg (Parlement européen), 14 sept 2011 (AFP) -
Les manifestants, qui portaient des pancartes proclamant "Pleine citoyenneté, contre l'exclusion", entendaient notamment protester contre l'utilisation de certains fonds européens pour développer des établissements spécialisés d'accueil des handicapés.

"Les fonds publics doivent au contraire aller au financement d'auxiliaires de vie, qui accompagnent les handicapés au quotidien et leur permettent d'avoir leur propre logement, une vie professionnelle, et de mener une vie la plus normale possible", a indiqué à l'AFP la Suédoise Jamie Bolling, directrice générale du Réseau européen pour la vie autonome (ENIL), une association qui milite pour "l'autodétermination, l'égalité des chances et la dignité des personnes".
"Personne ne souhaite être placé en institution, et nous demandons que tous les établissements spécialisés en Europe soient fermés d'ici 2020", a ajouté Mme Bolling.
"C'est au Parlement européen de faire pression pour que les fonds européens soient utilisés dans ce sens", a-t-elle argumenté.

Les militants et sympathisants de l'ENIL, réunis toute la semaine à Strasbourg pour des conférences, organisaient ainsi leur cinquième "Marche pour la liberté", une manifestation qui a lieu tous les deux ans depuis 2003.

Ils devaient rencontrer, vendredi matin au Parlement, des députés européens, dont certains sont membres de l'intergroupe sur les personnes handicapées.
ab/cyj/jlo

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ".

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 16-09-2011 par kaolin :
Bonjour,

Aujourd’hui, beaucoup de personnes handicapées ne veulent plus vivre dans ces structures qui les isolent du reste de la société, elles ont raison.
Il faut supprimer la possibilité pour le fonctionnaire ou la famille de les y placer. C’est une atteinte à la liberté d’aller et venir de ces personnes .En plus , le pire dans cette affaire c'est qu'actuellement on prélève sur l'allocation des handicapés placés contre leur volonté les frais de séjour .C'est une véritable spoliation .Ceux qui signent devraient assumer et payer ( fonctionnaires et famille) .
Il faudrait maintenant changer ce système et que ce soit la personne handicapée ( avec un consentement réel ) et seulement elle qui le demande et qu’elle puisse en sortir quand elle le souhaite. Il faut aussi qu’elle est vraiment le choix c’est-à-dire qu’on lui donne les moyens humains et financiers d’être autonome.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches