Accessibilité : normes exigeantes pour les bâtiments municipaux à Paris

Résumé : La mairie de Paris a mis au point une série de cahier des charges exigeants pour favoriser l'accès de ses bâtiments -écoles, crèches, piscines...- aux handicapés, sensoriels, moteurs ou mentaux, a annoncé Pénélope Komitès, ...

Par , le 

PARIS, 9 nov 2004 (AFP) - La mairie de Paris a mis au point une série de cahier des charges exigeants pour favoriser l'accès de ses bâtiments -écoles, crèches, piscines...- aux handicapés, sensoriels, moteurs ou mentaux, a
annoncé Pénélope Komitès, adjointe (Verts) chargée des handicapés.
L'Hôtel de Ville, a-t-elle déclaré lors d'un point de presse, a pour ambition de permettre l'accès "à la totalité de son patrimoine".
Soit plus de 1.700 édifices: de la maternelle au théâtre du Châtelet, en passant par des stades, musées, bibliothèques, halte-garderies et bien sûr les mairies d'arrondissement.
Pour que chaque nouvelle construction et chaque rénovation prennent désormais en compte les besoins des handicapés, Mme Komitès a fait procéder à un audit général de ces équipements.
A chaque type correspond désormais un cahier de prescriptions (135 règles en tout) allant bien au-delà de la réglementation en vigueur en France: contraintes techniques et architecturales, choix de matériaux, technologies innovantes mises au service de l'information des personnes souffrant de
handicaps...
Les cahiers des charges sont précis. Par exemple, pour les malentendants: amplificateurs acoustiques, boucles magnétiques permettant de percevoir les sons par prothèses auditives, systèmes d'alarme et d'évacuation ne se résumant
pas à une sirène mais doublés de signaux lumineux.
Pour les aveugles : commandes d'ascenseur déchiffrables avec les doigts, inscriptions en braille, mains courantes sur lesquelles chaque étage est gravé en relief, bandes podotactiles aux bords des escaliers...
Pour les personnes en fauteuil roulant: guichets d'information à hauteur adéquate, sanitaires ou ouvertures de porte adaptées...
La Ville adopte aussi une signalétique plus simple, compréhensible pour les personnes souffrant de troubles du langage.
Le surcoût de construction et d'aménagement, variable selon les bâtiments, devrait osciller entre 3 à 5%.
Le chantier d'accessibilité générale a démarré dès 2001, a fait valoir Mme Komitès, avec un budget de 1,5 million d'euros par an pour les mairies d'arrondissement, 800.000 euros pour les écoles, 1,6 million d'euros pour les équipements sportifs.
Pour rendre accessible l'ensemble du patrimoine municipal aux handicapés, il faut au moins deux mandatures (six ans chacune), a-t-elle estimé.

cgd/fa/sab

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr