Fauteuil roulant, être mobile en ville

Résumé : Sortir en ville, c'est souvent, pour les personnes à mobilité réduite, un véritable parcours dans la jungle. Bateaux occupés, trottoirs trop hauts, promiscuité avec les piétons... Voici quelques conseils pour faire votre place dans la cité.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Techniques de conduite. Très souvent, les trottoirs sont inclinés vers la chaussée pour assurer l'écoulement des eaux. Il y a donc, surtout avec un fauteuil manuel, un phénomène de déportation. Il faut faire l'effort de « garder le cap » pour ne pas heurter les voitures en stationnement. Avec un fauteuil manuel, dans des descentes trop rudes, mieux vaut se mettre en marche arrière, en bloquant le fauteuil avec éventuellement le corps de l'accompagnant. En marche avant, les bras ne sont pas assez forts pour retenir la charge. Cette technique est également conseillée pour descendre une haute marche ou passer un obstacle.

En cas de pluie. Gare aux pavés, glissants, et aux grilles d'arbres peu confortables surtout en fauteuil manuel, a fortiori les jours de pluie. Avec un fauteuil électrique, pensez à mettre une cape qui protège à la fois la personne et le boîtier : risque de court-circuit et de dommages aux circuits électroniques par temps de pluie. Attention aux crottes de chien qui, collées aux pneus, s'éparpillent avec la force centrifuge.

Dans les lieux publics. Gare aux bornes magnétiques à l'entrée des magasins qui désactivent les fauteuils électriques. Pensez à toujours avoir sur vous la clé magnétique livrée avec le fauteuil qui permet le cas échéant la remise en route du système. Privilégiez les magasins qui ont respecté l'accessibilité des personnes à mobilité réduite, par exemple en s'équipant d'un ascenseur (à l'intention également des personnes âgées et des poussettes). L'escalier mécanique est à proscrire avec un fauteuil électrique : trop lourd, trop dangereux. Avec un fauteuil manuel, la manipulation peut être envisagée avec un accompagnateur qui vient se placer derrière le fauteuil pour le retenir, en montée comme en descente. Dans les deux cas, le fauteuil est maintenu en équilibre sur les deux roues arrière. Même si de rares « experts » arrivent à se débrouiller seuls, cette technique reste assez périlleuse.

Bandes réfléchissantes. Il existe des kits d'éclairage sur les fauteuils électriques (parfois en option), qui se placent à l'avant comme à l'arrière. Ne pas hésiter à poser des bandes réfléchissantes autocollantes dites « catadioptres » sur le dossier pour assurer une bonne visibilité la nuit (en vente dans les magasins de sport). Pensez à remplacer les bandes défectueuses.

Anti bascule. A l'arrière des fauteuils électriques, vérifier le bon réglage du système anti bascule (en option sur les fauteuils manuels), conçu pour éviter le risque de renversement au passage des marches ou des trottoirs. Attention, il ne doit pas être trop bas sous peine d'empêcher un basculement minimum nécessaire pour monter un trottoir. Le système anti bascule peut être relevé lorsqu'une tierce personne mène la marche. Il est également possible d'adapter un « monte trottoir » qui, situé entre les roues avant, aide au soulèvement du fauteuil. Se présenter perpendiculairement au trottoir et évaluer sa hauteur pour éviter un risque de renversement ou le blocage du fauteuil. Pour une plus grande sécurité (risque de déséquilibre), surtout avec un enfant, la ceinture avec clip est conseillée.

Pneus gonflés. Vérifier tous les six mois l'usure des pneus, et tous les 15 jours régulièrement l'état du gonflage. La manipulation devient fatigante, notamment dans les tournants, lorsqu'ils sont lisses ou à plat. Plusieurs possibilités : la pompe vélo (pas très efficace), le compresseur à domicile ou la borne de gonflage des stations services.

Protection des mains. Avec les fauteuils manuels, pensez à utiliser des gants de cyclistes antidérapants avec renforts au niveau de la paume pour éviter les ampoules et la formation de callosités.

Charge à fond. L'autonomie de batterie des fauteuils électriques varie d'une demi-journée à deux jours selon les modèles. Ne pas attendre que la batterie soit complètement déchargée pour la recharger (en principe chaque nuit). Quand elle est épuisée, surtout ne pas forcer le moteur : passer en manuel. Ne pas laisser le fauteuil sans charge pendant une longue période car la batterie se décharge et doit alors être changée. Coût moyen : 300 €.

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 09-03-2015 par joseph :
Bonjour,
j'habite un petit village où des arbres sont plantés dans le trottoir. Ce trottoir fait peut être 1.40 m de large, mais le passage libre, là où il y a un arbre est inférieur à 80 cms. Est-ce que je peux demander au maire de couper tous les arbres concernés par cette gêne, et que faire s'il refuse.
Une de mes connaissances est handicapée moteur et ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant. Ce trottoir il ne peut jamais l'emprunter à cause des arbres qui y sont plantés.
Merci pour votre réponse et bonne soirée

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr