Handicap-Accès bâtiment: article de loi censuré

Résumé : Le Conseil constitutionnel a censuré un article d'une loi votée fin juin sur le handicap, qui introduit la possibilité de déroger à l'obligation de rendre accessibles les bâtiments publics neufs aux handicapés.

Par , le 

Réagissez à cet article !

PARIS, 28 juil 2011 (AFP) -
C'est la quatrième fois en deux ans que sont retoquées des dispositions législatives ou réglementaires visant à introduire des dérogations concernant l'accessibilité aux personnes handicapées.
La loi handicap de 2005 a rendu obligatoire la mise en accessibilité de tous les bâtiments recevant du public, en 2015, dernier délai.
Le texte ne prévoit aucune dérogation pour les bâtiments neufs, mais le gouvernement a tenté d'en introduire via un décret en 2006, annulé par le Conseil d'Etat en juillet 2009, puis via un article de la loi de finances rectificative, lui-même censuré par le Conseil constitutionnel fin 2009.

Le 1er juin, le Conseil d'Etat a annulé un décret publié en octobre 2009 portant aussi sur l'accessibilité.

Le 28 juin était votée définitivement la proposition de loi du sénateur UMP Paul Blanc, destinée à améliorer le fonctionnement des Maisons départementales des personnes handicapées, contenant une nouvelle fois des possibilités de dérogation.

Plusieurs associations, dont l'Association des paralysés de France, avait critiqué cette disposition et une soixantaine de députés avaient saisi le Conseil constitutionnel sur les articles 19, introduisant des dérogations pour les bâtiments neufs, et 20, concernant les résidence de tourisme.

Dans sa décision publiée jeudi, le Conseil déclare "l'article 19 de la loi contraire à la Constitution" notamment parce que "le législateur n'a pas précisément défini l'objet des règles qui doivent être prises par le pouvoir réglementaire pour assurer l'accessibilité aux bâtiments et parties de bâtiments nouveaux".

En revanche, l'article 20 est "conforme", ajoute le document.

Dans un communiqué, le ministère des Solidarités s'est réjoui de cette décision, estimant que le Conseil avait "validé le principe de mesures de substitution", même s'il "a considéré que l'article 19 devait être précisé".

Revenant sur les autres dispositions de la loi, qui permet de rendre plus stables les moyens des MDPH, le ministère fait valoir que "cette loi qui apporte des avancées majeures pour les personnes handicapées pourra entrer en vigueur rapidement".

jc/db/er

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches