Chronique Croizon : vacances et handicap, grand bol d'air !

Résumé : Bientôt les vacances ! Cette parenthèse de détente ne doit pas être le monopole des bien-portants. C'est le thème de la chronique de Philippe Croizon du 18 juin 2014 dans le Magazine de la santé (France 5), à laquelle handicap.fr collabore.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Partir en vacances lorsqu'on est handicapé, ce n'est pas toujours de tout repos. A titre d'exemple, 43% des parents ayant un enfant en situation de handicap déclarent ne jamais prendre de vacances en famille.

En effet, comment trouver des lieux et services adaptés avec une bonne accessibilité des hébergements, l'organisation des soins pour la personne handicapée, l'accueil au sein du club enfant... Sans oublier un frein majeur : le surcoût lié au handicap. Heureusement, de plus en plus d'associations se mobilisent pour offrir aux personnes handicapées ce bol d'air vital. Un répit nécessaire à leur équilibre mais aussi à celui de leurs proches qui sont parfois au bord de la crise de nerf et ont vraiment besoin de souffler !

Pour ceux qui désirent partir à l'aventure en autonomie et pas trop loin, il existe le label « Tourisme et handicap ».

Oui, il recense plus de 5 000 sites accessibles aux personnes handicapées en France. Ce sont des hôtels, des restaurants, des piscines, des musées... Ce label offre des garanties très strictes d'aménagements adaptés qui permettent d'être utilisés en toute autonomie. Un site internet les recense.

Dans le même esprit, il existe le label « Destination pour tous ».

Oui, c'est un tout nouveau label, presque encore expérimental, qui définit des offres accessibles sur un territoire bien défini, en proposant, à distance raisonnable, à la fois des restaurants, des hôtels et des lieux de visites ou des activités. Bref, de quoi profiter de son séjour sans devoir traverser tout un département. Quant au Petit Futé handitourisme, depuis presque 10 ans, il recense, dans toute la France, les bonnes adresses destinées aux voyageurs handicapés.

Il apparait que de nombreux acteurs, contraints par la loi handicap de 2005 ou portés par un engagement solidaire, se mobilisent vraiment sur le sujet…

C'est notamment le cas des Auberges de jeunesse qui militent dans ce sens ou encore des Parcs nationaux de France qui ont pour vocation d'ouvrir nos plus beaux sites naturels à tous. Ils ont une politique vraiment offensive dans ce domaine. De plus en plus de refuges, dans les Alpes ou les Pyrénées, sont accessibles aux personnes handicapées. On y accède parfois en voiture, parfois en joëlette, sorte de brancard à deux roues manipulé par deux porteurs qui permet de grimper au sommet et de découvrir des paysages à couper le souffle.

Pour les parents d'enfants handicapés, même si elles s'avèrent encore trop rares, il existe des initiatives qui permettent de s'offrir un peu de répit en restant en famille.

La Fédération nationale Loisirs pluriel, par exemple, propose un dispositif d'aide au départ en vacances : le réseau Passerelles. Il a permis, en trois ans, à plus de 2 000 famille de retrouver le chemin des vacances, en bénéficiant de solutions d'accueil et de prise en charge de leur enfant handicapé, sur leur lieu de séjour, qui leur permet alors de dégager du temps pour se consacrer aux frères et sœurs. C'est un succès immense, les demandes doublent chaque année et ne concernent plus seulement les enfants.

Les grandes associations de personnes handicapées proposent également des séjours adaptés et recrutent d'ailleurs des bénévoles pour accompagner leurs vacanciers…

Oui, c'est le cas d'APF-Evasion (Association des paralysés de France), qui offre un catalogue très complet de séjours accompagnés, à la fois pour les enfants et les adultes. La plupart sont en France mais il y a quelques destinations plus exotiques comme la Grèce, San Francisco ou le Costa Rica. Chaque vacancier handicapé est épaulé par un accompagnateur qui l'aide dans tous ses gestes quotidiens : manger, se laver, s'habiller, aller aux toilettes et participe également à toutes les visites et activités. Mais, chaque printemps, c'est la même galère car l'association peine à recruter des bénévoles. A quelques semaines des grandes vacances, il en manque encore près de 1 000, surtout des hommes. Il suffit d'avoir plus de 18 ans, d'être dynamique et disponible 2 à 3 semaines cet été. C'est un bon plan pour ceux qui veulent s'investir dans le tourisme solidaire puisque tous les frais de l'accompagnateur sont pris en charge. J'en profite donc pour lancer ce SOS car, faute de bénévoles, des vacanciers handicapés qui ont déjà réservé leur séjour ne pourront peut-être pas partir ! L'inscription se fait en ligne sur le site d'APF-Evasion.

Pour ceux qui sont plus autonomes, on a l'impression que le champ des possibles est vaste...

Oui on peut rêver les yeux grands ouverts, y compris sur des destinations lointaines, d'autant que, dans certains pays, notamment ceux du Nord, l'accessibilité est nettement plus en avance qu'en France et voyager devient alors une vraie partie de plaisir.

Oui mais, en général, les estivants choisissent plutôt le grand Sud…

Eh bien, là encore, on peut rêver. Par exemple nager avec les dauphins ou faire du chameau dans le désert. Handi rêves porte bien son nom et propose des évasions sur mesure dans une quinzaine de pays. Des séjours clés en main avec un accompagnement humain adapté pour tous les gestes du quotidien qui se charge de trouver aussi, sur place, le matériel nécessaire.

Alors j'en reviens toujours au même, finalement ce bol d'air que l'on promet aux vacanciers handicapés, il pourrait être tout aussi bénéfique à l'industrie du tourisme.
On estime que certains hôteliers se privent de 15 % de chiffre d'affaires en ne proposant pas d'offre adaptée. Alors qu'on se le dise : pas de vacances pour l'inclusion ! Et, n'oublions pas, ensemble faisons en sorte de handicap ne soit plus discrimination ! Bonnes vacances à tous.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 26-06-2014 par loulou :
bonjour, philippe
je suis tétra C5 C6 en fauteuil électrique depuis 89 c'est vrai que les 14 premières années de handicap ont étés difficiles coté vacances avec ma copine, l'arrivée d'un combi mercedes avec un aménagement sommaire pour dormir a changé la donne : pour moi maintenant tous les campings sont accessibles, je peux désormais voyager avec une assistante sans me poser de questions et avec un coût réduit...
et même envisager un rallye photo paris cap nord pour 2015 sur 1 mois!
mn site : www.mpcn.fr

Le 26-06-2014 par loulou :
bonjour, philippe
je suis tétra C5 C6 en fauteuil électrique depuis 89 c'est vrai que les 14 premières années de handicap ont étés difficiles coté vacances avec ma copine, l'arrivée d'un combi mercedes avec un aménagement sommaire pour dormir a changé la donne : pour moi maintenant tous les campings sont accessibles, je peux désormais voyager avec une assistante sans me poser de questions et avec un coût réduit...
et même envisager un rallye photo paris cap nord pour 2015 sur 1 mois!

Le 26-06-2014 par Sophie :
Moi même handicapé j'ai connu le rejet pour des problèmes d'equilibre. J'ai reussi non sans peine à trouver ma place dans une agence de voyage à Domicile et je propose des vacances pour personnes handicapés : France et étranger avec des hôtels où tout est prévu pour les malades.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr