Accessibilité lieux publics : 40% traînent encore la patte

Résumé : Deux mois après la date, 40% des établissements ouverts au public n'ont pas déposé leurs agendas de mise en accessibilité .Les pouvoirs publics saluent la "mobilisation" de ceux qui jouent le jeu tandis que les associations dénoncent un "échec".

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Par Pascale Juilliard

Les établissements recevant du public (ERP) avaient jusqu'au 27 septembre 2015 pour déposer en préfecture leurs "agendas d'accessibilité programmée" (Ad'ap), document donnant un calendrier précis de travaux à mener en faveur de l'accessibilité. Début décembre, les Ad'ap déposés concernaient "plus de 208 400 établissements" et les demandes de prorogation de dépôt "87 551 ERP", soit au total près de 296 000 établissements, comparé à 280 000 au 1er novembre, a détaillé la déléguée ministérielle à l'accessibilité, Marie Prost-Coletta, dans un entretien avec l'AFP.

Paris, le « bon élève »

Les structures ou collectivités gérant des patrimoines importants peuvent demander jusqu'à 12 mois de plus pour déposer leurs agendas. "Une dizaine d'universités" ont ainsi demandé "entre deux et quatre mois supplémentaires". Parmi les bons élèves, la ville de Paris a en revanche présenté dans les temps son agenda, concernant 1 800 établissements à rendre accessible d'ici 2020, un investissement de 200 millions d'euros (article en lien ci-dessous). Certains départements n'ayant pas encore fait remonter leurs derniers chiffres mensuels actualisés, "nous allons dépasser les 300 000 établissements" engagés dans le dispositif d'agendas, a précisé Mme Prost-Coletta. "C'est six fois plus que ce qu'on avait réussi à faire avec la loi de 2005", se félicite-t-elle. En effet, "sur un million d'ERP en France, 300 000 avaient été mis en accessibilité entre 2007 et 2015, dont 250 000 parce qu'ils étaient neufs et uniquement 50 000 existants qui avaient fait des travaux pour être accessibles".

Réveiller les retardataires

Le Collectif pour une France accessible, qui regroupe plus de 25 associations de personnes handicapées, âgées ou d'usagers de la voirie et des transports, déplore de son côté le fait que 40% des établissements manquent encore à l'appel. Il y voit le signe d'une "faillite" du dispositif gouvernemental, auquel il s'était opposé dès sa conception. Ceux qui ne se sont pas manifestés "peuvent encore déposer leurs Ad'ap mais ils doivent justifier leur retard", a souligné Mme Prost-Coletta. Pour le moment, les pouvoirs publics n'ont pas appliqué de sanctions aux retardataires (amendes allant de 1 500 euros à 5 000 euros par établissement). Un décret sur la procédure de sanctions doit d'abord être publié, a précisé Mme Prost-Coletta. Mais "une fois les dossiers instruits et le décret des sanctions sorti, les services préfectoraux iront chercher ceux qui n'ont envoyé ni attestation d'accessibilité, ni agenda", prévient-elle. "L'objectif est de mobiliser ceux qui ont voulu se cacher. Je souhaite que de premières vagues de mises en demeure les réveillent, et que par le bruit du tamtam, ça réveille aussi ceux qui pensaient être passés à travers les gouttes".

Mobilisation des différents secteurs ?

Pour l'heure, elle préfère saluer la "mobilisation de tous les responsables des différents secteurs" qui se sont engagés dans la démarche. Elle cite les "gros patrimoines" (réseaux bancaires, grandes villes), les autorités organisatrices de transports ("on est à plus de 50% qui ont déposé un Ad'ap ou demandé un délai, et il en arrive encore") ou encore les chambres de commerce et d'industrie. Parmi ceux qui ont répondu dans les temps, la SNCF s'est engagée à rendre accessibles 160 "points d'arrêt nationaux" (gares, quais et service) pour 820 millions d'euros d'investissements sur neuf ans.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 10-12-2015 par jc :
on parle beaucoup d'accessiblité aux handicapés. je plains énormément les personnes à mobilité réduite. d'un autre côté je suis conscient des coûts que ceci pourrait engendrer.
Par contre un exemple le handicap auditif semble totalement oublié, entre autres quelques efforts.
Or des efforts ne semblent ni onéreux car il s'agit surtout de mentalités.

Mentalité, du moins ne nécessitant pas forcément d'investissements, ne méritent vraiment pas que des "reports" soient appliqués.

Le 13-12-2015 par ALGED :
S'il faut attendre encore 2 ou 3 ans avant que sorte ce fameux décret on n'est pas sorti de l'auberge.Les préfets se soucient ils de toutes ces communes qui n'ont même pas de commission pour l'accessibilité-comme l'exige d'ailleurs la loi.Et sur le terrain quelle action aura le quidam sur son fauteuil roulant devant un ERP inaccessible?
Le report de l'accessibilité est de la part du parlement élu par les français une trahison du citoyen.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr