Aide à domicile : les acteurs privés pas satisfaits

Résumé : Le collectif "Privé de grandir" proteste contre les amendements au projet de loi sur le vieillissement relatifs aux services de l'aide à domicile pour personnes âgées et handicapées, et entend poursuivre ses actions pour faire modifier le texte.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le collectif « Privé de grandir », qui dit représenter 3 200 entreprises d'aide à domicile, n'est pas satisfait des amendements au projet de loi sur le vieillissement votés le 16 septembre 2015 à l'Assemblée nationale, et va poursuivre ses actions pour faire modifier le texte.

Source de sécurité pour les structures ?

« Aucune de nos demandes importantes n'a été satisfaite par les amendements de la secrétaire d'État » Laurence Rossignol, déclare le collectif  dans un communiqué. Un volet du projet de loi, concernant une modification du régime d'autorisation des services d'aide à domicile aux personnes âgées ou handicapées, a suscité depuis cet été une mobilisation des entreprises, inquiètes pour leur développement (lire article en lien). Le texte, qui était examiné en deuxième lecture à l'Assemblée, prévoit un régime unique d'autorisation délivrée par les conseils départementaux, alors que depuis 2005, deux régimes cohabitaient : l'agrément, dont relevaient largement les entreprises, et l'autorisation pour les associations. Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la Famille, de l'enfance, des personnes âgées et de l'autonomie, a fait voter des amendements, source de sécurité selon elle pour « l'ensemble des structures » et « protecteur des finances publiques des départements ».

Refus d'une expérimentation pendant 3 ans

Mais la revendication principale du collectif, une expérimentation « pendant au moins trois ans » du nouveau système d'autorisation, visant à vérifier qu'il ne sera pas « discriminant pour (ses) entreprises », n'a pas été satisfaite, regrette l'un de ses responsables, Pierre Gauthey, dans le communiqué. Le collectif demande également que des représentants des entreprises soient associés à la rédaction du cahier des charges national à venir, et une « modification du fait que l'absence de réponse dans les trois mois du conseil départemental à une demande d'autorisation vaudra refus ». Dans un autre communiqué mercredi, plusieurs acteurs notamment associatifs (Mutualité française, Générations Mutualistes, Fehap, Uniopss, Fnadepa, AD-PA et FHF) ont de nouveau estimé que le projet de loi sur le vieillissement n'était « pas à la hauteur des enjeux ». Car, s'il comporte « des avancées importantes concernant le maintien à domicile » des personnes en perte d'autonomie, « le volet qui devait être consacré aux personnes hébergées en établissement a été quasiment abandonné », rapporte le communiqué.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches