Aide aux victimes : des associations mécontentes !

Résumé : Le secrétariat général du comité interministériel de l'aide aux victimes serait désormais rattaché à un service du ministère de la Justice et non plus au Premier ministre. Des associations se disent inquiètes.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

François Bayrou, le Garde des Sceaux, a confirmé, le 15 juin 2017, que le secrétariat général du comité interministériel de l'aide aux victimes serait désormais rapatrié au sein d'un service du ministère de la Justice. Ce comité interministériel récemment mis en place était jusque-là rattaché directement au Premier ministre.

Pour « toutes » les victimes

Plusieurs associations déplorent cette « fusion ». Dans une lettre ouverte au président de la République publiée le jour même, l'association Life for Paris et la fondatrice de SOS Attentats, Françoise Rudetzki, se disent « particulièrement inquiètes » des projets de réorganisation qui ont été présentés. De son côté, la FNATH, fédération qui représente les victimes d'accidents de la vie (route, travail, médical, terrorisme, accidents collectifs...), critique ce choix fait sans aucune concertation qui, par ailleurs, « témoigne d'une vision étriquée de l'aide aux victimes », qualifiée même de « méprisante ». La FNATH déplore en effet que cette annonce n'ait été faite qu'en présence des associations de victimes du terrorisme. « Le Garde des Sceaux démontre son incompréhension de la politique de l'aide aux victimes qui ne peut se limiter qu'à ces seules victimes, explique la FNATH dans un communiqué. A travers ce secrétariat général, la FNATH militait pour qu'enfin une vision globale soit mise en place pour toutes les victimes. 

Ce rattachement : une erreur ?

Elle considère ce rattachement au seul ministère de la Justice comme « une erreur » au motif que l'intérêt d'un tel secrétariat général « reposait sur son inter-ministérialité ». Selon la FNATH, « l'accompagnement des victimes inclut en effet des problématiques qui sont liées à la prise en charge des soins, au maintien en emploi, à la politique du handicap.... qui relèvent d'autres ministères que celui de la Justice. » Elle réclame donc qu'une réflexion globale avec l'ensemble des associations de victimes puisse être menée sur la politique à mettre en place en France dans ce domaine. 

Handicap, une toute autre option

Rappelons que le gouvernement d'Emmanuel Macron a opté pour une toute approche concernant la politique du handicap puisque le secrétariat d'Etat dédié, autrefois rattaché au ministère de la Santé, l'est désormais au Premier ministre, affirmant ainsi la prise en compte transversale du handicap, et pas seulement via le prisme du soin (article en lien ci-dessous).

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 19-06-2017 par Walter Salens :
Comme d'hab ... diraient mes petits enfants! Pour certaines assoc... modifier une organisation mérite immédiatement des critiques, des frustrations et des lettres ouvertes. Et leurs arguments sont bien minces. Un peu de patience devrait être possible.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches