Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

USA : parents d'enfant autiste, ils enfantent moins !

Résumé : Les parents d'un enfant autiste ont 33% de probabilité en moins d'avoir un autre enfant que la moyenne. C'est ce que révèle une étude qui démontre, pour la première fois, la volonté de moins concevoir après avoir été confronté à ce trouble.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

De nouvelles statistiques démontrent la volonté de certains parents d'enfants autistes de ne plus concevoir. Révélation de chercheurs de l'Université de Californie, à San Francisco (UCSF) dont l'étude est parue le 18 juin 2014 dans le « Journal of the american medical association, psychiatry » ! « Alors qu'on savait que les parents ayant un enfant atteint de troubles du spectre de l'autisme (TSA) sont plus réticents à en avoir d'autres, cette étude est la première à se pencher sur cette question en s'appuyant sur des statistiques, précise Neil Risch, directeur de l'Institut de génétique humaine à l'UCSF et principal auteur de ces travaux ».

Risque évalué à la hausse

S'appuyant sur des dossiers médicaux en Californie, les auteurs ont identifié 19 710 familles avec un enfant autiste né entre 1990 et 2003 qu'ils ont comparées avec 36 215 autres foyers sans enfant atteint de ce syndrome. Ils ont conclu que les familles dont le premier enfant était autiste avaient 33% en moins de probabilité d'en avoir un second comparé aux foyers du groupe de contrôle. La plupart des recherches effectuées jusqu'alors sur le risque héréditaire de l'autisme ne tenaient pas compte de cette décision parentale éventuelle. Selon ces chercheurs, cet élément donc révise à la hausse, dans la population, le risque évalué jusqu'à présent qu'un frère ou une soeur soit également affecté, le portant à 10,1% contre 8,7% lorsque ce facteur n'est pas pris en compte. Pour des demi-frères ou demi-soeurs de la même mère, ce risque est de 4,8% contre 3,2% auparavant.

Enfants en baisse, autisme en hausse !

Le fait que des parents avec un enfant autiste décident de ne plus se reproduire signifie également qu'il y a moins de risque de transmettre les gènes prédisposant à l'autisme aux futures générations, ce qui devrait normalement entraîner une diminution du nombre de cas, relèvent ces scientifiques. Or, au cours des dernières décennies, l'incidence de l'autisme a fortement augmenté aux Etats-Unis, passant d'un enfant sur 150 en 2000 à un sur 68 en 2010, soit plus que le double, constatent-ils sans pouvoir expliquer ce paradoxe. Mais « nous ignorons encore les causes de l'autisme ou les conditions
spécifiques le rendant plus probable », commente Lisa Croen, épidémiologiste du réseau de soins Kaiser Permanente qui a participé à cette recherche.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 21-06-2014 par W.Salens :
L'autisme pour les scientifiques reste mystérieux sur beaucoup d'aspects. Hier j'assistais au Xième forum de l'AEVE - Autisme Espoir Vers l'Ecole.Au-delà des exposés des spécialistes, plusieurs tables rondes étaient consacrées aux parents, témoignant sur leurs enfants et l' évolution positive par la méthode des 3I. En même temps, les difficultés et parfois obstacles (incompréhension de médecins, administration...) sur de longues années ne sont pas escamotées. Respect pour ces parents, les familles et les bénévoles. Là, il devient très compréhensible que des parents après un premier enfant, ne désirent pas élargir leur famille.

Le 22-10-2014 par Wissam :
J'ai une enfant outisme

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches