Autisme : le gouvernement veut se baser sur la science

Résumé : La France "pas au niveau" en matière de politique de l'autisme. A l'aube du 4ème plan qui sera dévoilé début avril, le gouvernement entend mettre la science au cœur de ses actions, notamment pour venir à bout des idées fausses.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

"Vivant sur les idées fausses sur l'autisme, notre société continue de caricaturer. C'en est assez ! Avec Emmanuel Macron, nous voulons remettre la science au cœur de la politique publique de l'autisme", a déclaré le 14 mars 2018 Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge du Handicap, à propos du 4e plan autisme. Les détails de ce plan seront connus "début avril", a-t-elle précisé lors de la séance des questions au gouvernement, interrogée par la députée LREM Danièle Cazarian.

La France pas au niveau

"En matière de politique de l'autisme, la France n'est pas au niveau", a souligné la secrétaire d'État. "Naître en France avec un autisme expose encore trop souvent les familles concernées à un parcours du combattant indigne de notre République". "Il y a encore trop d'informations fausses sur l'autisme" et notre société continue de caricaturer et de reléguer", a-t-elle ajouté. "La France se trouve loin derrière de nombreux pays de l'OCDE en matière de recherche sur le neurodéveloppement, l'éco-système de la recherche n'est pas structuré, les moyens trop peu mutualisés et les chercheurs trop peu nombreux".

Une politique basée sur les preuves

À la demande de Ségolène Neuville, précédente secrétaire d'Etat au Handicap, des experts de l'autisme venus du monde entier s'étaient réunis à Paris en mars et avril 2017 pour parler diagnostic, recherche et de trouver de nouveaux modes d'accompagnement (article en lien ci-dessous). "Il est temps de mettre en place une politique basée sur les preuves, et une politique basée sur la confiance", a déclaré Sophie Cluzel en citant les parents, les professionnels de la petite enfance et de la santé qui, "mieux formés, doivent pouvoir orienter vite et donner accès à des interventions sans délai", et "l'ensemble des acteurs de l'accompagnement et surtout de l'éducation". Emmanuel Macron a lancé en juillet à l'Élysée la concertation sur le 4e plan autisme (article en lien ci-dessous). Le précédent, pour la période 2013-2017, avait été doté de 205 millions d'euros.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 15-03-2018 par Walter Salens :
Pour une ministre, quel est l'intérêt de fustiger, critiquer, accabler la "société" en premier lieu par la phrase qui suit?

"Vivant sur les idées fausses sur l'autisme, notre société continue de caricaturer. C'en est assez !"
Toujours cette ritournelle de rien n'a été fait avant nous, nous ferons. Et bien que ce gouvernement fasse, concrètement, sans trop de tambours ni trompettes verbales.

Le 16-03-2018 par JDM :
Bonjour,

C'est une heureuse nouvelle que de remettre la science au coeur des débats sur l'autisme en France. Si cela se confirme dans le 4ème Plan Autisme, il y aura eu une continuité avec le gouvernement précédent, puisque c'est bien Ségolène Neuville qui avait réuni des experts internationaux à Paris en avril dernier (et non en mars).

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr