Pologne : 925 euros contre l'IVG, même en cas de handicap

Résumé : Le Parlement polonais vient d'adopter un texte de loi qui dissuade les femmes enceintes d'avorter, "même en cas de handicap irréversible ou de pathologie incurable", en leur versant une somme de 925 euros.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Inciter les femmes à garder leur enfant, même en cas de maladie incurable ou de handicap irréversible annoncé au cours de la grossesse. C'est ce que prévoit le Parlement polonais en adoptant, le 4 novembre 2016, un texte de loi qui déclare verser 925 euros aux futures mamans qui renoncent à avorter.

Un premier texte modifié

En Pologne, l'avortement fait l'objet de nombreux débats. Il n'est aujourd'hui autorisé qu'en cas de viol, d'inceste ou de risque vital pour la santé de la mère. Des manifestations contre un premier projet de loi, qui comptait interdire catégoriquement l'IVG, se sont tenues en octobre 2016 dans plusieurs grandes villes du pays, ce qui a conduit le gouvernement à modifier le texte.

Fin octobre 2016, alors que des milliers de femmes manifestaient, Jaroslaw Kaczynski, président du parti conservateur Droit et Justice, avait souligné qu' « il ne faut pas pratiquer d'avortement dans les cas de fœtus souffrant de graves malformations, afin qu'ils puissent être baptisés puis inhumés dans la tradition ». En théorie, le président Andrzej Duda pourrait opposer son veto au nouveau projet de loi.

© Wikimedia commons

Réagissez à cet article !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr