A Rio, elle visait le top 10, la France 12e : bilan !

Résumé : Bilan mitigé pour les Français aux Jeux paralympiques de Rio : plus de titres mais moins de médailles. La France est 12e au classement des nations alors qu'elle visait le top 10 ! Le point avec Emmanuelle Assmann, une présidente " heureuse ".

Par , le 

Réagissez à cet article !

Avec neuf titres, la France termine 12e nation des Jeux paralympiques à Rio, pas loin de son objectif de Top 10  mais les athlètes français ont aussi trop souvent échoué au pied du podium et le total de médailles des Bleus est inférieur à celui de Londres en 2012. Comme en 2012, la Chine a encore survolé la compétition, avec 239 médailles (contre 231 en 2012), devant la Grande-Bretagne (147) et l'Ukraine (117). Après "quelques moments difficiles au départ", Emmanuelle Assmann, la présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF), est malgré tout une "présidente heureuse". "Neuf médailles d'or, c'est une belle réussite pour cette équipe qui a toujours été déterminée", déclare-t-elle lors d'une conférence de presse à Rio de Janeiro, alors que la flamme des Paralympiques s'apprête à s'éteindre.

70% de finalistes

Encouragée par le ministère des Sports, la délégation française, 16e à Londres en 2012, avait pour objectif d'atteindre le Top 10. Pour Rio, elle avait resserré sa délégation (126 athlètes) pour n'emmener que les meilleurs. Au final, sa stratégie a été payante puisqu'il y a eu "70% de finalistes", selon Mme Assmann. Néanmoins s'il y a eu plus de titres paralympiques, la France compte un total de 28 médailles (neuf en or, cinq en argent et 14 en bronze), loin des 45 récoltées en 2012. Alors que le niveau devient de plus en plus exigeant à chaque édition, elle a terminé quatorze fois en 4e position.

Marie-Amélie Le Fur, superstar

La surprise des épéistes, qui terminent premiers en équipe, le sourire de l'athlète Marie-Amélie Le Fur, qui remporte trois médailles, deux en or et une en bronze sur les quatre disciplines auxquelles elle participe, l'or de Damien Seguin à la voile, porte-drapeau en 2012 et pilier de la délégation, le sacre de Nantenin Keita, fille du célèbre chanteur malien, sur le 400 m... Des belles images resteront néanmoins de ces Jeux. Surtout que pour la première fois, ils ont été retransmis en direct à la télévision française, avec plus de cent heures de compétitions. De quoi faire découvrir au plus grand nombre le sport paralympique et valoriser les performances sportives au même titre que pour les athlètes olympiques. "Le retour est très positif avec des audiences entre 1,3 et 1,8 million, ce qui est plutôt bien pour cette plage horaire", tardive à cause du décalage horaire. "On a trouvé le bon ton pour que nos experts puissent prendre la parole et expliquer ce qu'est le mouvement paralympique car d'extérieur, ça peut paraître un peu compliqué", se targue Mme Assmann.

Donner envie

Malgré tout, ceci n'aidera pas à avoir "10 000 licenciés de plus", selon Gérard Masson, président de la Fédération française handisport. "La médiatisation de cette année pourra aider mais là où nous devons être bons c'est en donnant envie aux gens de venir et en répondant à leurs besoins", explique-t-il à l'AFP, soulignant que le mot "handisport" est parfois connoté. Selon lui, beaucoup de personnes sont découragées car les clubs de sport près de chez elles ne sont pas ouverts à des personnes en situation de handicap ou bien ne proposent que certains sports. "Dans notre pays et dans nos îles, il y a une pépinière de mômes", dit-il. Pour aller chercher des médailles, il faut qu'on aide les gens à se rencontrer, qu'ils s'entraînent ensemble, qu'on créé des opportunités n'importe où en France."

Prochaine étape : Paris 2024

Car une fois qu'ils deviennent des athlètes de haut niveau, difficile d'arrêter leurs carrières. Pour preuve les belles médailles de Pierre Fairbank, qui remporte à 45 ans une médaille d'argent et une autre de bronze en sprint fauteuil, et de Robert Citerne, 55 ans, médaillée d'or en épée par équipe. Après Rio, un nouveau défi attend désormais le mouvement paralympique français : défendre la candidature de Paris-2024 (article en lien ci-dessous). "Le challenge ça va être de préparer nos équipes pour qu'elles soient performantes chez elle, et pour cela c'est évident qu'on a besoin de moyens", conclut Emmanuelle Assmann, espérant obtenir les Jeux pour avoir "un vrai coup d'accélérateur".

Par Jessica Lopez

© Olympic Information Services OIS + G. Picout /France paralympique

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr