50 millions du budget dépendance pour financer le RSA ?

Résumé : Des associations protestent contre un "détournement" des fonds destinés à la dépendance. 50 millions d'euros serviraient ainsi à financer le RSA, au détriment des personnes âgées et handicapées. Le Premier ministre est appelé à revoir sa copie.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

L'Uniopss, qui représente une centaine d'associations et autres acteurs de la solidarité, a protesté le 19 octobre 2016 contre un nouveau « détournement » des moyens destinés au financement de la dépendance, cette fois pour appuyer les actions d'insertion des départements. « Le financement des établissements et services pour personnes âgées et en situation de handicap (...) est une nouvelle fois fragilisé par les orientations budgétaires », a estimé l'Uniopss (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux) dans un communiqué.

Pour les bénéficiaires du RSA !

En cause, l'article 50 (alinéa 18) du projet de loi de finances 2017, qui prévoit de prélever 50 millions d'euros sur les réserves de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), normalement destinées aux personnes âgées et handicapées, pour soutenir les politiques d'insertion des départements, à destination des bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active). « Tout en ayant conscience de la situation financière alarmiste des départements et de la nécessité de doter un fonds d'appui aux politiques d'insertion », l'Uniopss a déploré que les 50 millions d'euros soient pris à la CNSA. Pour obtenir la « suppression » de ce prélèvement, elle a préparé un amendement au projet de budget, qu'elle souhaite voir porté par les parlementaires.

Lettre ouverte à Manuel Valls

Elle « encourage par ailleurs le gouvernement à rétablir le dialogue avec les départements et à trouver un compromis équilibré, dans lequel le médico-social ne sera pas une variable d'ajustement budgétaire ». Dans une lettre ouverte au Premier ministre Manuel Valls rendue publique mi-septembre, 27 associations membres du Conseil de la CNSA avaient demandé que les réserves de la Caisse, qui totalisent « plus de 700 millions d'euros », soient affectées « exclusivement » à l'accompagnement de la perte d'autonomie et du handicap (article en lien ci-dessous). En raison de l'engagement tardif des budgets votés ou de leur sous-consommation, ces réserves « s'accroissent année après année », avaient-elles expliqué. « Cette année, c'est la mise en œuvre tardive de la loi d'adaptation de la société au vieillissement qui a généré de nouvelles et importantes réserves ».
La CNSA est financée notamment par un prélèvement instauré en 2013 sur les pensions des retraités imposables. Les acteurs du secteur protestent régulièrement contre le fait que le produit de cette taxe n'est pas affecté en totalité à la dépendance, comme cela était prévu à l'origine.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 27-10-2016 par Hrzina :
Faut-il encore manifester pour que nos droits soient respectés ? Les MDPH attribuent très difficilement la PCH qu'elle soit humaine ou technique mais si les fonds continuent de diminuer ainsi au profit du rsa, nous continuerons de perdre notre autonomie sans pouvoir obtenir de compensation. On ns minute comme si ns étions des machines d'une chaîne de production. L'attribution de la PCH humaines est devenues de + en + rares & très hétérogènes selon les départements mais en plus complètement aberrante ! Attribuer 1h 21 min/jour, c'est qd même se foutre de la gueule des personnes en perte d'autonomie mais également de leurs aidants. Je rappelle qu'il y a encore beaucoup trop de personnes qui vivent complément seules chez elles sans aucune aide de qui que ce soit, ni famille ni ami avec des revenus précaires et qui finiront par être hospitalisées puisque leur état de santé ne peut que s'aggraver dans ces conditions de vie. Ce qui coûtera encore plus cher à la société !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr