Bug transport : des élèves handicapés toujours sans solution

Résumé : Parmi les bugs de la rentrée, le transport. Quinze jours après, certains élèves handicapés de 2 départements d'Ile de France n'ont toujours pas de solution adaptée pour se rendre à l'école. Les parents doivent avancer les frais ou se débrouiller

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

1er septembre 2015, jour de rentrée pour des millions d'élèves. Mais certains Franciliens en situation de handicap sont malheureusement restés sur le trottoir. La faute à des « aléas techniques » selon le Syndicat des transports d'Ile de France (STIF), en charge de l'organisation du transport scolaire des élèves en situation de handicap.

Une lettre in extremis

Suite à la mise en place d'un nouveau système d'attribution des transporteurs et de leurs circuits à l'été 2015, l'organisme n'a pas été en mesure de désigner ceux chargés du transport domicile-école. Certains circuits, dans le Val d'Oise et les Yvelines, n'ont ainsi pas encore pu faire l'objet d'attribution. In extremis, les parents reçoivent un courrier, daté du 28 août ! Face à l'urgence, le STIF « recommande » aux familles d'assurer le transport de leur enfant par leur « propre moyen ou l'aide d'un tiers » pour la première semaine de la rentrée, tenant à leur disposition une « liste des transporteurs ». Il s'engage à rembourser intégralement les frais engagés directement par les familles mais encore faut-il pouvoir les avancer… Des parents démunis doivent se débrouiller avec les moyens du bord.

Une solution qui tarde

Le STIF promettait une solution au 4 septembre, date à laquelle les transporteurs seraient enfin désignés mais, une semaine plus tard, ce dysfonctionnement semble toujours d'actualité. La Fédération des aveugles de France, qui a suivi ce dossier, s'en émeut. Cette situation concerne, notamment, une trentaine d'élèves déficients visuels ; dans les Yvelines, 10 enfants sur 38 n'avaient toujours pas de solutions de transport pour se rendre dans leur établissement. Elle tient à rappeler « que ces familles auraient dû être alertées de ce problème bien en amont afin de pouvoir s'organiser et non au dernier moment, comme ce fut malheureusement le cas. ».

Quelles conditions d'attribution ?

Pour rappel, dans la Région Île-de-France, les frais de transport individuel des élèves handicapés vers les établissements scolaires sont à la charge du STIF, qui agit pour le compte du Conseil régional. Au préalable, c'est la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui donne son accord pour qu'un enfant ou une famille puisse bénéficier de ce dispositif.

Pour toute information complémentaire, la MDPH des Yvelines invite à contacter le STIF au : 01 39 23 17 40 (courriel :  ta78@stif.inf o)

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 12-09-2015 par M :
Bonjour
Ma fille est en IME à 35km de chez nous depuis 13 ans. Depuis 13 ans nous faisons 12 km 4 fois par jour pour nous rendre à un point de prise en charge par le bus de l'IME qui nous a toujours refusé une prise en charge à domicile pour des motifs d'organisation de transport. Sur 40 jeunes accueillis, elle est la seule à ne pas être prise en charge à domicile. On nous a donné le choix entre ce déplacement et faire le trajet domicile-IME matin et soir......
Depuis que j'ai repris mon travail à plein temps, il y a 2 ans, je n'ai plus aucun complément d'AEEH pour m'aider à financer ce surcoût.....

Le 18-09-2015 par StleM :
Et quand ils seront grands ces mêmes élèves ne pourront accéder aux études car ils auront des pbm daccessibilité et plus tard, adultes ils ne trouveront pas de travail car ils seront confrontées aux pb des transports non adaptés ou des pb d'accessibilité ! La France est plus quen retard sur le sujet de l'accessibilité, c'est une honte et nos politiques de droite comme de gauche s'en foutent ! C'est comme si les handicapées n'existaient pas en France. Être handicap en France c'est être transparent ! pfff

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches