Aidants : il y a urgence à réveiller les consciences

Résumé : Quelle place pour 8 millions d'aidants familiaux en France ? La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, appelle à réveiller les consciences. Mais, en attendant, comment gérer des situations parfois critiques, notamment pour les jeunes aidants ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

La ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn a appelé le 6 octobre 2017 à "réveiller les consciences" sur le quotidien des aidants familiaux de personnes malades, âgées ou handicapées, une situation que vivent plus de 8 millions de personnes.

Trois axes d'action

À l'occasion de la 8e édition de la Journée nationale des aidants, elle a visité les locaux de l'Association française des aidants et s'est entretenue avec des personnes concernées. "Sans les aidants, beaucoup de personnes âgées, handicapées, malades seraient dans des conditions de vie et dans des lieux de vie qui n'ont rien à voir avec ceux qu'ils ont actuellement", a déclaré la ministre devant ses interlocuteurs. Mme Buzyn a évoqué ses trois axes de travail pour y parvenir : la formation des professionnels de santé, la reconnaissance des aidants dans la société et leur prise en charge institutionnelle. Cette année, l'Association des aidants a voulu aborder le cas des "jeunes aidants, qui ne sont pas épargnés", a déclaré Florence Leduc, la présidente (article en lien ci-dessous).

Le cas des jeunes aidants

Laure, 29 ans, avait 19 ans lorsqu'on a diagnostiqué le cancer de sa mère. Sa soeur en avait 13. Devant la ministre, elle a témoigné de ses difficultés à accompagner pendant six ans sa mère, aujourd'hui décédée, dans sa maladie, ses démarches administratives, ses contacts avec les soignants, tout en gérant le quotidien à la maison. "On est trop jeune pour parler avec le médecin mais c'est à nous qu'on demande de venir tous les jours pour l'aider à manger, car elle ne peut plus le faire seule. Trop jeune pour comprendre mais pas pour prévoir le projet de sortie de sa mère car l'hôpital vous dit qu'il ne peut plus rien faire pour elle", a-t-elle expliqué. "Un malade est aussi une maman, un papa, un proche, quelqu'un d'aimé et d'aimant, les médecins doivent en tenir compte", a-t-elle poursuivi, très émue. "Quand on est un adolescent, on se sent invincible, mais qui nous soigne nous, qui prend soin de nous ?"

Une maison de répit à Lyon

Selon les chiffres officiels, la France compte 8,3 millions d'aidants. Selon les situations, des aides financières et des solutions de "répit" sont prévues par la loi (article en lien ci-dessous). La secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, était le même jour à Lyon pour poser la première pierre d'une Maison de répit, un établissement qui accueillera, d'ici un an, des enfants et adultes handicapés et leurs proches aidants pour des séjours de ressourcement.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 08-10-2017 par Bea :
je me suis occupé de mon papa décédé depus 30 ans et maintenant je m'occupe de ma maman âgée de 89 ans , j'ai mis ma vie privé en parenthèse . Mon papa et ma maman sont très important dans ma vie.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr