12 juin à 18h30 : un nouveau tchat handicap avec la ministre

Résumé : Nouveau tchat le mercredi 12 juin 2013 à 18h30 pour dialoguer avec Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées. C'est en direct, pendant plus d'une heure. Pour discuter, il suffit de se connecter.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Pour la seconde fois, Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, répondra en direct aux internautes pour ce nouveau rendez-vous de la solidarité. Comme elle s'y était engagée en mai, la ministre sera devant son clavier une fois par mois pour aborder, avec les Français, les problématiques liées au handicap ou à la lutte contre l'exclusion.

Le premier tchat s'est ouvert le lundi 13 mai 2013. Les internautes étaient au rendez-vous, et la ministre a pu répondre à leur questions en direct. Selon elle, « tout ce qui peut améliorer le fonctionnement de notre démocratie et renforcer le lien entre les citoyens et leurs représentants doit être exploré. C'est aussi de cette manière que nous lutterons contre les tentations populistes et démagogiques. »

Tchater avec la ministre le mercredi 12 juin à 18h30 sur :
http://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2325/en-direct-avec-marie-arlette,15816.html

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr »

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 10-06-2013 par safrane :
bonjour
je me permet de vous dire que les amendes infliger aux patron ne sont pas a la hauteur !
car etant t h on ma repondu textuellent"je preffere payer l'amande que le salaire" donc pas d'embauche d'un travailleur handicape

alors que faire ??
cordialement

Le 10-06-2013 par pernes jean michel :
si se tchat sef fait je crois que j'aurais pas mal de choses a dire à commencer pur faire savoir que je suis à la limite d'etre dans un fauteuil roulant,mon propriétaire ne veut pas changer la porte et la fenetre qui sont hors d'usage,que les toilettes et la salle de bain sont à l'etage cela fait 5 ans que sadure en plus du froid l'hiver je suis asfixier par les gaze de voiture,on doit soit disant me trouver un logement vus l'etat des choses il y a pas de risque mais on veut me mettre dans un studio,sans petite cour pour prendre l'air et pouvoir eventuellement prendre un peut le soleil ,voila se que je dirais trouver vous cette situation normal bonne journee

Le 11-06-2013 par memee :
Madame La Ministre,
Des contrôles plus important,tant dans les ESAT que les E.A. personnes handicapées payées au pourcentage de leur production. est-ce normal? établissement fait pour les personnes handicapées le plus éloigné de l'emploi avec un vrai handicap et non un "ongle en moins".on confond tout ,handicap social, psychique,physique.

.

Le 11-06-2013 par Brigitte Alsacienne :
TH, de + de 50 ans, ex-chômeuse de longue durée. Je travaille dans une association, depuis janvier 2013. Notre mission: tenir des permanences à la demande des entreprises pour accueillir, écouter, informer et orienter les salariés touchés de loin ou de près par le Handicap. Notre projet rencontre un réel succès mais les subventions qui nous permettraient de nous élancer, arriveront trop tard.
Comment peut-on laisser mourir une telle initiative, alors qu'à côté il y a un réel besoin?
Le travail accompli nous a prouvé que l'on a aidé beaucoup de personnes rencontrées. Reste encore beaucoup à faire. Et sommes convaincus de notre utilité, pour avoir parcouru personnellement, le chemin périlleux de la reconnaissance du handicap et de son intégration dans la société. Nous aimerions continuer à changer le regard des personnes sur les travailleurs handicapés. La volonté existe, pour beaucoup. Alors pourquoi ne pas nous permettre d'amener ce projet à bien?
Une futur chômeuse

Le 11-06-2013 par Brigitte Alsacienne :
TH, de + de 50 ans, ex-chômeuse de longue durée. Je travaille dans une association, depuis janvier 2013. Notre mission: tenir des permanences à la demande des entreprises pour accueillir, écouter, informer et orienter les salariés touchés de loin ou de près par le Handicap. Notre projet rencontre un réel succès mais les subventions qui nous permettraient de nous élancer, arriveront trop tard.
Comment peut-on laisser mourir une telle initiative, alors qu'à côté il y a un réel besoin?
Le travail accompli nous a prouvé que l'on a aidé beaucoup de personnes rencontrées. Reste encore beaucoup à faire. Et sommes convaincus de notre utilité, pour avoir parcouru personnellement, le chemin périlleux de la reconnaissance du handicap et de son intégration dans la société. Nous aimerions continuer à changer le regard des personnes sur les travailleurs handicapés. La volonté existe, pour beaucoup. Alors pourquoi ne pas nous permettre d'amener ce projet à bien?
Une futur chômeuse

Le 11-06-2013 par Valérie strasbourgeoise :
" Je fais partie d'un public "fragile" : je suis senior ET handicapée. J'ai eu la chance d'être embauchée dans une association qui œuvre dans le domaine du handicap, depuis janvier 2013 (après deux ans de galère). Nous tenons des permanences dans des entreprises pour accueillir, soutenir et informer tout salarié en situation de handicap (ou pour 1 tiers). Nous avons constaté un réel besoin auprès des salariés.
Mais je dois peut-être bientôt retourner à la case départ...Les subventions que nous attendions depuis 6 mois, vont arriver théoriquement 6 mois plus tard...
Notre projet va mourir,faute de soutien financier de la part du gouvernement ou d'une banque, nous favorisons le bien-être des travailleurs handicapés, pourquoi ne pas nous aider à continuer ce beau projet ?"

Le 12-06-2013 par michèle k :
La précarité est leffet de processus économiques et sociaux que lon peut combattre, avec détermination, si lon estime que chaque citoyen a droit à sa juste place dans la société.
Jean-Marc Ayrault, Premier ministre

Cest exactement sur ce principe que notre association sappuie, en donnant du travail à des personnes reconnues travailleurs handicapés, seniors et demandeurs demploi.
Nous avons obtenu lagrément dentreprise solidaire en mars 2013,
Notre association est jeune, nous avions des promesses de subventions qui devaient arriver au cours de la première moitié de lannée et nous permettre de joindre les deux bouts en attendant dêtre plus autonome, or ces promesses nont pas été tenues. Aujourdhui, faute de moyens, nous sommes en cessation de paiement.
Nous savons aussi que peu dentre nous trouverons du travail, les limitations liées à leur état de santé ne leur ouvrant pas toutes les portes ( et j e ne parle même pas de leur âge…)
Où est la logique ?

Le 12-06-2013 par popo :
j'ai une orientation ESAT depuis 2ans et j'attend toujours une place pas normale qu'on me réponde pas maime pour un stage sur tout une ville comme Marseille

Le 23-09-2013 par Lemaire :
Bonjour j ai un petit de 8 ans qui et en souffrance à l école c est un enfant autiste trouble de la parole et du comportement à l heure actuel il ni de place dans le IME ni de place dans le SESSAD 91 on me dit de mettre mon fils Belgique je demande pourquoi somme nous pas capable de faire des structure pour nos enfant handicaper en France j'aime que quel qu un nous aide pour trouver une solution merci

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr