SOS Autisme aux candidats : à quand une vraie politique ?

Résumé : Besoin d'un changement radical de vision sur l'autisme ? A travers 10 propositions, SOS autisme appelle les candidats à laisser de côté leur regard compassionnel pour mettre en œuvre un vrai chantier. 650 000 Français sont concernés.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

« Tous unis, tous concernés par l'autisme », c'est la nouvelle campagne lancée par l'association SOS autisme France le 2 avril 2017 à l'occasion de la Journée internationale dédiée. Aux côtés des deux marraines, Valérie Bonneton et Isabelle Carré, médecins, chercheurs, AVS, parents et personnes autistes se sont rassemblés pour ennoncer, d'une même voix, dix mesures politiques. Des personnalités se mobilisent également : Samuel Le Bihan, Catherine Marshall, Bruno Wolkowitch, Bernard Campan, Maitre Dupont-Moretti, Philippe Croizon… Pour illustrer ces mesures, un clip est en ligne (voir ci-dessous).

Pas de filière spécialisée

Le constat est le suivant… Aujourd'hui en France, 650 000 personnes sont atteintes d'un trouble autistique or il n'existe pas d'« autismologue » ni de filière de spécialisation pour les médecins. Les programmes de recherche sur les causes de l'autisme ne sont pas assez nombreux et diversifiés. Les psychologues véritablement formés aux méthodes éducatives manquent cruellement selon les régions. La prise en charge nécessaire et adaptée (psychologues, psychomotriciens…) est coûteuse et n'est pas remboursée par la Sécurité sociale, tout comme les bilans de compétences, entraînant la précarisation des familles jusqu'au surendettement. Même errance au sein de l'école. Le manque de formation des professeurs et des auxiliaires de vie scolaire ne rend pas applicable la loi de 2005 sur l'accès à la scolarisation pour tous. L'association affirme que 80% des enfants ne sont toujours pas scolarisés.

Besoin d'un changement radical ?

Un enfant sur 100 (selon SOS autisme) nait pourtant avec un syndrome autistique. « Ces chiffres alarmants sont en constante augmentation, explique Olivia Cattan, présidente de l'association et maman d'un garçon autiste. Les Pouvoirs publics vont devoir y faire face. Nous n'avons pas besoin d'un énième plan autisme mais d'un changement radical de vision sur l'autisme en France, le médico-social n'étant plus à même de répondre aux besoins de nos enfants. » Elle propose de s'inspirer de certains autres pays qui ont mis en place une véritable inclusion des personnes autistes dans la société « en s'adaptant à leurs différences et en valorisant leurs compétences spécifiques ».

Dix propositions

Parmi ces dix propositions, SOS autisme suggère la création d'un « Label autisme » qui récompenserait les entreprises favorisant l'accueil et l'emploi des personnes autistes ou encore la création de filières d'apprentissage afin de leur permettre d'avoir un métier et un avenir professionnel. Mais elles portent sur d'autres thèmes comme les soins dentaires. Et parce que le mot autisme est souvent utilisé de façon péjorative, et très récemment par François Fillon (article en lien ci-dessous), l'association réclame que la Charte éthique SOS autisme soit signée par l'ensemble des medias et tous les partis politiques afin que la dignité des personnes autistes soit respectée.

Olivia Cattan en appelle par ailleurs à la création d'une plateforme qui mobiliserait toutes les associations nationales, « sans exception, afin de réunir les forces vives de la société civile ». Elle souhaite surtout en finir avec « le regard compassionnel » que l'on porte sur ces enfants.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-04-2017 par GUY59610 :
Nous avons un fils autiste profond de 36 ans, nous lui avons trouvé un foyer pour autistes il y a 6 ans. Je vois que c'est toujours une galère pour trouver des foyers .Etant moi même malade je ne peux plus monter les marches j'ai dû déménager, on m'a proposé qu'un appartement alors que j'avais demandé une maison plain pieds. Mon fils revenant tous les 15 jours, à l'été nous nous renfermons car il crie beaucoup et on ne veut pas avoir de soucis avec les voisins.

Le 11-04-2017 par N'oublions pas les autres handicap :
Un plan Autisme c'est bien mais il ne faut pas oublier le reste des personnes handicapées
Qu'on supprime la RDV TV et qu'on le remplace par un impôt de solidarité pour les personnes handicapées

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr