Morano bébé trisomique: une association à nouveau déboutée !

Résumé : Une association à nouveau déboutée en appel face à Charlie Hebdo qui avait caricaturé Nadine Morano en bébé trisomique du Général de Gaulle. Le tribunal considère qu'il n'y a pas d'outrage aux personnes trisomiques.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le Collectif contre l'handiphobie a perdu le 22 novembre 2017 en appel son procès intenté contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, pour sa une sur Nadine Morano, "fille trisomique cachée" du général de Gaulle, après les propos controversés de la députée européenne sur la France, pays de "race blanche" à ses yeux.

Railler la filiation politique

La cour d'appel de Paris a confirmé en tous points le jugement de première instance qui avait relaxé le 10 janvier 2017 Laurent Sourisseau, alias Riss, auteur du dessin et directeur du journal qui était poursuivi pour injure et provocation à la haine et à la discrimination (article en lien ci-dessous). Le collectif contre l'handiphobie avait fait appel de cette relaxe estimant, par la voix de son avocat, Me Henri de Beauregard, qu'une "faiblesse ne doit être ni l'objet ni le moyen d'une moquerie". À travers ce dessin, publié en octobre 2015, mon propos était de railler "l'audacieuse" filiation politique invoquée par Mme Morano, avait expliqué le dessinateur face aux juges de la 17e chambre lors de l'audience le 18 novembre dernier.

Dans son monde à elle

Selon lui, le général de Gaulle lui-même, parlant de sa fille Anne, atteinte de ce handicap, disait qu'elle "vivait dans son monde à elle". "Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères", avait déclaré Nadine Morano, propos qui avaient suscité un tollé. Ils avaient même fait l'objet d'un signalement de la part de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), auquel le parquet n'a pas donné de suite judiciaire. Sur le plan politique, Nadine Morano s'était vu retirer son investiture du parti Les Républicains pour les élections régionales.

Pas d'outrage à la trisomie

Dans sa décision, le tribunal avait estimé comme l'avait soutenu Riss que la caricature poursuivie n'avait "à l'évidence" pour but "d'outrager les personnes atteintes de trisomie 21 mais de critiquer les déclarations de Nadine Morano". Pour les juges, ni l'injure, ni la provocation à la discrimination n'étaient caractérisées. Richard Malka, avocat de Riss, avait salué une "décision très sage, qui rappelle ce qu'est le second degré, alors qu'il n'a jamais été dans l'intention de Charlie Hebdo de rire aux dépens des trisomiques". Deux ans après l'attentat jihadiste qui a décimé la rédaction du journal qui a plusieurs fois publié des caricatures du prophète Mahomet, l'avocat avait rappelé "en cette période de triste anniversaire, que c'est la mission de ce journal d'interroger la société, parfois avec irrévérence".

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 22-11-2017 par Une justice corrompu en France :
Comment voulez vous avec une justice totalement corrompu avec ces juges du syndicat de la magistrature
les juges de monsieur Hollande

Le 23-11-2017 par Henri Galy :
Comme dit le Canard Enchainé : « La liberté de la presse ne s'use que lorsque l'on ne s'en sert pas » !

Sans presse libre, il n'y a pas de pays libre ni de citoyens (handicapés ou non...) libres.

Les juges n'ont fait qu'appliquer ce principe démocratique - et c'est tant mieux.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr