CGI propose 120 postes en CDI, postulez

Compte pénibilité en sursis : et les travailleurs cassés ?

Résumé : Le gouvernement se donne "jusqu'à la fin de l'année" pour simplifier le compte pénibilité, tout en soulignant qu'il n'a pas l'intention de "revenir sur le principe" de ce dispositif et sur les droits acquis. Des raisons de s'inquiéter ?

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le compte pénibilité était présenté comme une des grandes mesures sociales du précédent quinquennat. C'est confirmé, il est donc suspendu. Ses modalités seraient trop compliquées.
Le 30 mai 2017, le chef du gouvernement a annoncé un délai précis « jusqu'à la fin de l'année » pour simplifier ce dispositif mis en œuvre en 2014 (article en lien ci-dessous).

Vers un retour en arrière ?

Toutefois, la réouverture de négociations sur ce sujet ne laisserait-elle pas présager un retour en arrière voire un blocage total ? C'est ce que redoute la FNATH (Fédération des accidentés du travail) qui rappelle en effet que les partenaires sociaux n'ont jamais réussi à se mettre d'accord sur cette réforme, repoussant à de multiples reprises les calendriers de négociation fixés après la réforme des retraites de 2003.

Espérance de vie amputée

La pénibilité au travail engendre une forte inégalité devant l'espérance de vie selon les catégories socio-professionnelles. L'objectif du compte dédié est de prévenir l'usure par l'accès renforcé à des formations ou à la possibilité d'une réduction du temps de travail, mais aussi de garantir un départ en retraite légèrement anticipé. Ce que le Gouvernement ne souhaite apparemment pas supprimer. Ces nouvelles négociations qui s'ouvrent doivent pourtant offrir l'occasion d'améliorer plus encore les droits des travailleurs concernés.

Les associations entendues ?

Car, à l'heure actuelle, ce compte ne peut permettre au maximum de partir en retraite que deux ans avant l'âge légal. « Pourtant, déclare la FNATH, toutes les personnes usées et cassées par des conditions de travail pénibles sont exclues de leur entreprise bien plus tôt, dès la cinquantaine dépassée ». Cette fédération demande à être entendue dans le cadre de ces négociations. « La société civile passe aussi par les associations ! », clame-t-elle dans un communiqué.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches