Moquerie au handicap : le comte de Paris saisit le CSA

Résumé : Le comte de Paris saisit le Conseil supérieur de l'audiovisuel pour des propos tenus dans l'émission les "Grosses Têtes" après le décès de son fils, handicapé mental. Il y voit une "atteinte à la dignité humaine".

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le comte de Paris Henri d'Orléans a saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel après des plaisanteries sur le handicap mental de son fils aîné, le prince François de France, décédé le 30 décembre 2017, dans l'émission Les Grosses Têtes de RTL, a indiqué le 13 janvier 2018 le régulateur confirmant une information du Figaro.

Selon le journal, il a saisi le CSA "au nom de tous les enfants handicapés de France, pour atteinte à la dignité humaine". Le CSA, qui a reçu ce courrier le 12 janvier, n'a pas enregistré d'autres signalements. Dans cette émission datant du 2 janvier, l'animateur Laurent Ruquier demandait à ses invités où allait être enterré le prince. Certains ont alors fait plusieurs blagues sur les personnes avec un handicap mental. " Vous croyez qu'il va y avoir du monde sur les champs Elysées ? (…) Y'a tous ses copains qui vont venir le voir. Moi je l'aimais bien Louis Philippe. Il était sympa. J'aurais voulu qu'il soit roi de France. "

Atteint de toxoplasmose durant la grossesse de sa mère, la duchesse de Montpensier, François d'Orléans avait un handicap mental, comme sa sœur Blanche. Il ne pouvait donc pas être désigné comme héritier du trône de France. Pour cette raison, son frère, le prince Jean de France, a hérité des droits à la couronne.

L'émission est toujours disponible sur le site de RTL (en vidéo et lien ci-dessous, à partir de la minute 39'42''). Toute personne peut saisir le CSA pour l'alerter à propos d'une émission de radio ou de télévision. 

© Capture Twitter

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur le web

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 16-01-2018 par Mimi kitty :
Bonjour.
Nous sommes dans un pays soit disant libre où l.on a libre expression. Je suis malvoyante j.ai deja entendu des blagues sur des aveugles/malvoyant on ne peut etre pas d.accord mais de la a en porter plainte ou saisie le csa ca va trop loin. On ne peut plus rien dire tout gene dans cette societe. Pout moi c est certaines associations qui nous poussent a crier scandale a tout bout de champ. Ce le Comte n.aime pas Ruquier et sa bande x.est a lui de changer de station ou de chaine. On sait que ruquier ou autres emissions du style ca rit de tout a bon entendeur ca te plait cest bien t.aime pas passe le chemin.et je suis pas ruquier

Le 16-01-2018 par Rofo :
Je pense que argent servant à alimente ce genre d emission serait plus utile a la science pour se battre contre la maladie

Le 18-01-2018 par MARIE1 :
J'aime les plaisanteries, je ris souvent d'ailleurs de ces mots sur tout et rien mais il y a des limites que certains n'ont pas intégrées. On peut accepter des rigolades par désinvolture et légèreté de gens pas concernés. Mais qd vs savez sciemment que la personne est en difficulté et vit une situation malheureuse, est-ce que la décence (ou le désir de ne pas nuire) ne peut pas intervenir à ce moment là ? A moins d'être insensible ou "ignare" ?Si c'est une maladresse, elle aurait demandé des excuses. Et oui la dignité demande parfois
des sacrifices de blagues malvenues et demande des temps de deuil.

Le 18-01-2018 par MARIE1 :
A MIMI/Peut-être es tu assez forte pour entendre les fameuses blagues mais il faut penser à la souffrance des autres. Et peut-être que si qqun allait plus profondemment sur ta situation en moment de vulnérabilité, peut-être apprécierais-tu moins, tu ne crois pas ?
"Même le philosophe ne peut supporter une VRAIE rage de dents"

Le 18-01-2018 par milaine schott :
La liberté de parole doit avoir ses limites quand elle touche à la dignité et à la souffrance humaine. On use et abuse du mot liberté de manière irresponsable. Il est de bon ton et valorisant semble-t-il de se compter parmi ceux qui apprécient l'humour fait aux dépends des autres. Ceci dans l'hilarité générale lorsque la "victime" perd pied ou plus fort encore en son absence. Il faut repenser le sens du mot "liberté". Dans ces émissions, penser aux sensibilités qui peuvent se sentir blessées. Pourquoi leur demander de changer de chaîne?Quel égocentrisme et quelle indifférence pour l'autre!Liberté selon certains, égale refus de respecter des règles restrictives. Pourquoi ne pas en arriver à les annuler pour les remplacer par une seule, Capitale. Ce serait celle de l'amour du prochain? Je comprends la douleur et la réaction de ce père recevant comme un outrage les plaisanteries liées au handicap de son fils décédé. Toutes mes condoléances.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr