Supprimer les personnes handicapées : amende pour le médecin

Résumé : Un médecin de 56 ans a été condamné le 12 décembre 2017, en correctionnelle à Cherbourg, à 700 euros d'amende après des propos tenus devant une infirmière sur l'extermination des personnes handicapées et des homosexuels.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Un généraliste de SOS Médecins est condamné pour « provocation non publique à la haine ou à la violence en raison du handicap » mais il est en revanche relaxé des poursuites pour apologie de crime ou délit. Jean-François Pion avait été suspendu trois mois en juillet 2017, à compter du 9 octobre, par le conseil de l'Ordre des médecins dans cette affaire (article en lien ci-dessous).

Solution finale

Le conseil de l'Ordre reprochait au médecin d'avoir tenu en janvier devant une infirmière des propos « violents et discriminatoires à l'égard des personnes handicapées et des homosexuels » à l'issue d'une intervention à la maison d'accueil spécialisée de La Glacerie (Manche), où séjournent des adultes handicapés dépendants. Selon l'infirmière présente au moment des faits, les réflexions de M. Pion portaient sur le sort qui pourrait être réservé à des personnes gravement handicapées, le médecin parlant d' « un bon coup de cyanure », sur la « solution finale » des nazis à l'égard des « individus qui ne servent à rien dans la société, les handicapés et les homosexuels ».

Propos prohibés par la loi

Interrogé par l'AFP, l'avocat du médecin, Me Jean-Pierre Levacher, a affirmé que le généraliste avait juste « opposé la logique d'un système à celle d'un autre mais sans avoir aucune considération pour le système de l'extermination qu'il abhorre ». Le conseil de l'ordre avait estimé que même en admettant « que les propos du docteur Pion n'expriment pas une adhésion sans réserve à des thèses d'eugénisme et d'élimination de certaines catégories de personnes, ils tendent à tout le moins à présenter comme dignes d'intérêt des actes, envisagés comme systématiques, que la loi prohibe ».

Une sanction modérée

Pour Me Levacher, la sanction décidée par le tribunal correctionnel de Cherbourg est « très modérée au regard de ce qui a été dit et écrit dans cette affaire ». « Il s'agit d'une peine contraventionnelle et non d'une peine délictuelle », a-t-il ajouté, ignorant si son client allait faire appel. Partie civile, l'Association du Cotentin d'aide et d'intégration (ACAIS), qui gère la maison d'accueil spécialisée, a obtenu l'euro symbolique qu'elle demandait.

©  igorkol_ter/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr (Actus)

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 13-12-2017 par fanfan :
remarque il a peut-être raison comme on coûte cher à la société puisqu'on nous enlève des droits diminution d'aah voir la suppression pour les couples et aussi moins d'apl ça ne sert a rien puisque on est des assistés !!!

Le 13-12-2017 par Condamnation minable :
La justice française la justice la plus minable au monde

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr