Un train 100 % accessible ?

Résumé : Marie a testé pour vous le train de l'accessibilité. Un voyage depuis Aix, direction le parvis de la gare de l'Est, où 1000 usagers viennent donner leur avis sur la maquette du wagon du futur, 100 % accessible. L'avis d'une 'cliente' exi

Par , le 

Auteur : Emmanuelle Dal'Secco


Marie Decker est l'une de nos collaboratrices. Elle a été invitée par la SNCF pour venir tester le « train labo de l'accessibilité ». Elle arrive d'Aix-en-Provence pour donner son avis aguerri d'usager en fauteuil roulant électrique sur le projet destiné à faciliter l'accès des voyageurs handicapés ou à mobilité réduite au train de demain. Un chapiteau de 300 m2, installé sur le parvis de la gare de l'Est, à Paris, abrite la maquette d'un wagon à taille réelle disposant d'aménagements spécifiques sur trois modules : le sas d'entrée, les toilettes et l'espace voyageurs.

Moyenne de 5 sur 10
Comme pour les 1000 autres testeurs (handicapés et valides) formant le panel requis par la SNCF, Marie a pris rendez-vous avec un sondeur TNS-Sofres. Ca commence mal car, assise dans son fauteuil, elle ne dépasse pas de la table façon bar à laquelle elle est accueillie. Symboliquement, c'est moyen ! Elle pénètre ensuite dans la maquette. Large allée qui permet le passage de son fauteuil, c'est un bon point. Mais lorsqu'il est question de transfert, les choses se compliquent : le siège est trop bas, si elle s'assoit dedans, elle y reste ! La barre d'appui n'est pas à la bonne hauteur et le bouton d'appel « SOS » est tout lumineux, hyper visible, mais pas atteignable. Et pour rabattre la tablette, c'est un vrai casse-tête. Marie, en testeuse consciencieuse, donne de sa personne mais, au moment de la notation, le 5 sur 10 l'emporte. La sondeuse fait la moue. Pas facile comme cliente !

Une testeuse impliquée
Dans les toilettes, Marie reste septique. Pourtant, moi, bien valide sur mes deux jambes, je les trouve épatantes ces toilettes : larges, fonctionnelles... Elle exagère un peu Marie ! Mais au moment du test, je comprends : difficile d'atteindre le bouton d'ouverture, impossible de descendre la barre d'appui escamotable ou même d'actionner le bouton chasse d'eau placé dans le dos de l'usager. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences. Mais il y a tout de même de bonnes choses comme le bouton d'appel à même le sol en cas de chute ou le robinet à détection de mouvement. Des aménagements ont également été prévus pour les personnes non-voyantes. Deux ingénieurs sont présents, par hasard, et suivent cette voyageuse engagée avec intérêt. Je surprends quelques bribes : « C'est vrai, on y avait pas pensé ! ». A côté, un jeune testeur en fauteuil roulant manuel ne mesure plus son enthousiasme : c'est tout génial ! Comme quoi, à chacun ses priorités...

Le train idéal
Après la visite de la maquette, direction la salle de test où sont proposés divers aménagements, développés par la Délégation à l'accessibilité et l'ingénierie du matériel SNCF. On y passe en revue la couleur des barres d'appui, les signaux visuels et sonores, les pictogrammes, les points d'appui sur les sièges... Marie assemble son « train idéal ». Elle est ensuite encouragée à émettre des suggestions. Et elle n'en manque pas... « Le problème, c'est comment satisfaire tout le monde ? Ce qui me convient à moi, ne convient pas forcément à une autre personne, même en fauteuil roulant. Alors je conçois qu'il est difficile de trouver le train universel ! ». C'est pourquoi, la SNCF, afin de veiller à l'équité entre chacun des types de handicap, travaille en collaboration avec toutes les grandes associations.

500 millions d'euros
Alors Marie, votre verdict ? « On sent une réelle volonté de bien faire mais ils sont quand même passés à cotés de plein de détails qui rendent l'utilisation de certains éléments impossibles. Avec ce type de test et de tels engagements, je suis pourtant certaine que les choses vont aller « bon train ». » La volonté, elle existe, certes, avec d'ambitieux moyens mis en œuvre : 500 millions d'euros seront investis par la SNCF dont 110 pour la mise en accessibilité des trains d'ici à 2015.

Encore quelques jours pour se porter volontaires. Le train de demain, entré en gare le 12 mai dernier, reprend sa route le 12 juin. Alors adieu ou au-revoir ? Pour l'instant Marie reprend son TGV standard. Elle l'aime bien son TGV : tapis rouge, première classe, siège pivotant et place réservée. Déjà pas mal !

Contacts
Pour prendre RV : 0 800 005 529 (numéro vert)
Enquête sur le parvis de la gare de l'Est, du lundi au samedi de10h à 19h et le jeudi de 10h à 20h30.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches