Fin de vie : débat à l'Assemblée, un avenir pour notre mort?

Résumé : Tandis que des manifestants brandissent " Soulager mais pas tuer ", les députés débattent, le 21 janvier 2015, de la fin de vie, sujet délicat, voire tabou, qui dépasse les clivages politiques. Le consensus n'est pas à l'ordre du jour.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Les députés débattent mercredi 21 janvier 2015 après-midi de la fin de vie, sujet délicat qui dépasse les clivages politiques traditionnels, en prélude à l'examen en mars d'une proposition de loi PS-UMP visant au consensus autour d'un droit des malades incurables à une « sédation profonde et continue ». Avant l'ouverture des discussions par Manuel Valls à 16h15, des rassemblements anti-euthanasie, d'ampleur limitée, ont été organisés à la mi-journée dans plusieurs villes, à l'appel d'associations rassemblées sous le sigle « Soulager mais pas tuer », avec en tête Alliance Vita, proche de la Manif pour tous. Ils étaient notamment quelque 300 personnes à proximité du Palais Bourbon pour dénoncer un projet d'« euthanasie masquée », 120 à former une chaîne humaine à Nantes, 70 à Rennes, 40 à Bordeaux.

L'administration de sédatifs jusqu'au décès

François Hollande, qui avait promis durant la campagne présidentielle un droit à « une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité » et avance prudemment sur les sujets de société depuis le Mariage pour tous, a fait « siennes » les propositions d'Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP). Elles sont porteuses selon le chef de l'État de « deux grandes avancées » pour arriver à un « apaisement des souffrances » et un « respect des décisions des malades ». L'administration de sédatifs jusqu'au décès serait admise pour les malades conscients dont les traitements sont inefficaces et dont les jours sont comptés et pour ceux qui font l'objet de traitements qui les maintiennent artificiellement en vie. En outre, les « directives anticipées », par lesquelles chacun peut stipuler son refus d'un acharnement thérapeutique en cas de maladie grave et incurable, seraient rendues contraignantes. L'église catholique, si elle souhaite que la proposition de loi soit mieux « balisée », notamment sur le droit à la sédation, ne s'y oppose pas catégoriquement et invite plutôt les parlementaires à la « réflexion ».

Liberté de conscience

Selon une des porte-parole des députés socialistes, Annick Lepetit, la proposition de loi « réussit à surmonter les blocages » et « semble avoir trouvé un équilibre entre la volonté de progrès et la nécessité de recueillir l'adhésion la plus large ». Et si « le groupe socialiste la soutiendra, sur un sujet aussi personnel il paraît évident que chaque député puisse avoir la liberté de conscience ». Les présidents des groupes UDI et du Front de gauche ont assuré la même liberté de vote à leurs députés. Le président de l'Assemblée nationale lui-même, Claude Bartolone (PS), est partisan de la légalisation du suicide assisté. « J'espère qu'on pourra faire évoluer le texte », a-t-il déclaré mercredi à France Info, tout en souhaitant que les débats soient « marqués par l'esprit du 11 janvier de rassemblement ».

Et du côté de l'UMP ?

Du côté des députés UMP, « la ligne (de la proposition de loi) convient », d'après leur patron Christian Jacob. Le respecté Jean Leonetti, auteur de la précédente loi sur la fin de vie remontant à 2005, en est le garant. Toutefois s'exprimeront après lui dans l'hémicycle plusieurs parlementaires aux positions divergentes dont Jean-Frédéric Poisson et Bernard Debré. A l'UDI, le texte est perçu comme « équilibré ». « Une fin de vie digne passe par la possibilité d'avoir une sédation qui permette en particulier de lutter contre ce qu'on appelle les 'souffrances réfractaires'», qui demeurent malgré les traitements, estime le chef de file des députés centristes, Philippe Vigier.

Des détracteurs à gauche ?

C'est à gauche que le gouvernement pourrait trouver ses détracteurs les plus farouches, les écologistes et radicaux de gauche voulant aller plus loin et prônant un droit à une « aide médicale à mourir » sans ambiguïté. Une proposition de loi EELV autorisant le suicide assisté et l'euthanasie dans certains cas a été rejetée mercredi matin en commission à l'Assemblée, avant un probable nouveau rejet dans l'hémicycle le 29 janvier. Son auteur, Véronique Massonneau, a appelé à être « à la hauteur de l'enjeu, des attentes » et à ne pas « se contenter d'un consensus mou qui ne satisfait personne ». « Il y a un travail de pédagogie » sur ce sujet où « le choix du consensus » a été fait, souligne-t-on de source gouvernementale. Il s'agit d'éviter « les doubles fractures », avec une partie de la gauche d'un côté et une partie de la droite de l'autre.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-01-2015 par JEM :
Pourquoi attendre que des êtres soient "au bout d'un chemin" et tenir à ce que cela se termine dans la dignité ? Vivre dans la dignité cela doit se passer depuis la naissance ! Et cela n'est pas les cas pour toutes et tous. Quand à vouloir interrompre toutes les formes de souffrances… pourquoi, pour seule proposition, ne devrait-il exister que : (pardon si je force le trait) la mise à mort ?

Le 06-02-2015 par nad :
pourquoi est-ce qu'un projet de loi de droite est systematiquement critiqué par la gauche et vice versa ? Est-ce qu'on peut arrêter ? c'est sans issue et improductif au possible

Le 25-03-2015 par Poil De Carotte :
Depuis que le Président de la République a remis la proposition 21 entre les mains de Léonetti, j'ai rompu tout contact avec les associations pour handicapés( l'APF pour ne pas la nommer ),tous ces mouvements ayant intérêt à garder leurs adhérents le plus longtemps possible alors ils militent comme les pro-vie croyant en Dieu. Suis-je dans l'erreur ou pas ? Nous, les handis, nous passons notre vie à ne rien faire. Alors on ne veut pas perdre notre temps à mourir de faim et de soif pendant trois semaines

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr