Les Chinois émus par la mort de leur "oncle" Stephen Hawking

Résumé : 400 millions de vues et près de 250 000 commentaires en quelques heures ! Les Chinois se montrent émus par la mort de leur "oncle" Stephen Hawking, un génie scientifique dont le handicap avait fait, aussi, une personnalité mondialement connue.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Des centaines de milliers de Chinois rendaient hommage le 14 mars 2018 sur internet à Stephen Hawking, une "grande étoile" qui était particulièrement admirée en Chine pour son combat contre la maladie (article complet en lien ci-dessous). La nouvelle de la mort de l'astrophysicien britannique à l'âge de 76 ans est vite devenue le sujet le plus discuté sur le populaire réseau social chinois Weibo. Le mot-dièse #DécèsDeHawking# a généré 400 millions de vues et près de 250 000 commentaires en quelques heures.

Un surnom affectueux

Stephen Hawking, dont le génie scientifique et le handicap physique avaient fait une personnalité mondialement connue, jouissait en Chine d'une forte cote de sympathie. Celle-ci avait encore grimpé il y a deux ans lorsqu'il avait ouvert un compte Weibo, publiant des messages en anglais et en mandarin. Environ 5 millions de personnes y étaient abonnées. Ses messages sur les trous noirs et ses appels aux jeunes Chinois à développer leur soif de savoir lui valaient généralement des  milliers de commentaires admiratifs et le surnom affectueux de "Hawking Dada" ("Oncle Hawking").

Pas pris au piège de son handicap

"Il ne s'est pas laissé prendre au piège de son handicap. Aujourd'hui, ce cerveau surhumain a quitté ce monde. Son prochain voyage, la mort, reste un mystère", écrivait un internaute. "J'espère qu'il aura la force de nous envoyer ses informations depuis l'autre monde." "Même si je ne comprenais pas tout des livres d'Oncle Hawking, je sais qu'il est celui qui détenait les secrets de l'univers", commentait un autre. Plusieurs commentaires déploraient la "chute d'une grande étoile". Stephen Hawking a contracté très jeune, en 1964, une maladie neurodégénérative paralysante, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot.

Plusieurs visites en Chine

L'astrophysicien s'était rendu en Chine à plusieurs reprises. Après une première visite en 1985, il était monté sur la Grande muraille en 2002 à l'aide d'un assistant et avait participé à une conférence scientifique à Pékin en 2006. Le gouvernement chinois a rendu hommage à l'homme et à son "dur combat contre la maladie". "Monsieur Hawking et les contributions qu'il a apportées resteront à jamais gravés dans les mémoires", a déclaré Lu Kang, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Il a salué un "scientifique d'exception" qui "aimait beaucoup la culture chinoise".

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 18-03-2018 par La France pays de fumiste !!! :
On parlait très peu de monsieur Stephen Hawkin
de son vivant en France normal il était handicapé
Depuis son décès il y a des dizaines et des dizaines d'articles tous les jours dans les médias français

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr