Risque de la Dépakine : plus de 14 000 femmes touchées

Résumé : L'ampleur du "scandale" sanitaire de la Dépakine, qui entraîne un risque accru, notamment d'autisme, pour le foetus, a été révélée le 24 août 2016 par le ministère de la Santé. Il promet une prise en charge des soins par l'Assurance maladie.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

L'ampleur du « scandale » sanitaire lié au valproate de sodium, la substance active de l'antiépileptique Dépakine, a été révélée le 24 août 2016 par le ministère français de la Santé. Plus de 14 000 femmes enceintes ont été exposées entre 2007 et 2014 à ce médicament nocif pour le fœtus.

Risque accru d'autisme

Sous la pression des familles de victimes, il a également annoncé une série de mesures dont la mise en place d'un dispositif d'indemnisation pour les victimes qui devrait être voté au Parlement d'ici fin 2016. Commercialisée depuis 1967 en France par Sanofi, la Dépakine est sur la sellette comme tous les médicaments à base de valproate de sodium, à cause d'un risque élevé, de l'ordre de 10%, de malformations congénitales mais également d'un risque accru d'autisme et de retards intellectuels et/ou de la marche, pouvant atteindre jusqu'à 40% des enfants exposés.

Déconseillé en cas de grossesse

Connues depuis les années 1980, les malformations portent principalement sur le coeur, les reins, les membres, la colonne vertébrale (spina bifida) et incluent des becs de lièvre. Les risques neuro-développementaux ont commencé à émerger au milieu des années 1990 mais il faudra attendre 2006 pour que le médicament, indispensable chez certains patients ne répondant pas aux autres antiépileptiques, soit déconseillé en cas de grossesse et un arbitrage européen en novembre 2014 pour que l'ensemble des risques soient répertoriés.

Quels troubles pour les enfants atteints ?

Dans le premier volet d'une étude menée sur cette substance et présentée le 24 août 2016 à l'association des victimes, l'agence du médicament ANSM relève que 8 701 enfants sont nés vivants entre 2007 et 2014 après avoir été exposés in utero au valproate. Elle ne précise pas en revanche le nombre d'enfants atteints par des troubles qui va faire l'objet du second volet de l'étude. Ce volet devrait, selon Dominique Martin, le directeur général de l'ANSM, être publié à la fin de l'année 2016 ou début 2017. « Les chiffres confirment l'intuition de l'Association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac), il y a beaucoup de victimes, vraisemblablement des dizaines de milliers de victimes » a commenté Me Charles Joseph-Oudin, le principal avocat des victimes après la rencontre au ministère de la Santé.

Egalement pour les troubles bipolaires

Marine Martin, la présidente de l'association extrapole pour sa part à 50 000 le nombre des victimes du valproate depuis le début de sa commercialisation en France en 1967 par le laboratoire Sanofi sous la marque Dépakine. L'étude menée conjointement par l'ANSM et la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS) ne porte toutefois que sur la période 2007-2014, des données complètes n'étant pas disponibles pour la période précédente, selon l'ANSM. Au-delà de l'épilepsie, des traitements à base de valproate sont également utilisés pour traiter les troubles bipolaires, notamment sous les appellations Dépakote et Dépamide.

Un « scandale d'État » ?

Mme Martin qui alerte depuis 2011 sur les dangers du valproate et n'hésite pas à parler de « scandale d'État », s'en est pris au laboratoire Sanofi. « J'attends que Sanofi s'exprime car aujourd'hui ils sont dans un silence total et le mépris des victimes. J'espère que le gouvernement saura être ferme et les obliger à participer au fonds d'indemnisation » a-t-elle dit. Parmi les mesures annoncées par le ministère de la Santé figure un pictogramme, réclamé à corps et à cri par l'Apesac : ce pictogramme alertant sur les dangers de ce traitement chez les femmes enceintes sera apposé sur les boîtes de médicament, en plus des mentions d'alerte déjà existantes.

Prise en charge totale par l'Assurance maladie

Le ministère a également promis dans les six mois un dispositif permettant de prendre en charge « en totalité » par l'Assurance maladie les soins des patients reconnus dans le cadre d'un « protocole de dépistage et de signalement». « Il faut que les patients soient identifiés grâce à des spécialistes comme les généticiens et que personne ne soit oublié », a indiqué pour sa part à l'AFP Benoît Vallet, le Directeur général de la Santé. La bonne nouvelle c'est que l'exposition des femmes enceintes au valproate a nettement diminué entre 2007 et 2014, passant de 2 316 en 2007 à 1 333 en 2014, « même si le chiffre reste aujourd'hui encore trop important », note-t-il. Il a également annoncé une réévaluation des autres médicaments utilisés pour traiter l'épilepsie et les troubles bipolaires, dont certains pourraient également avoir des effets sur le fœtus.

© ondrooo/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 29-08-2016 par mélodie :
Bonjour, comment savoir qui a pris de la Dépakine ? Comment connaitre l'étendue du désastre ?

Le 02-09-2016 par demori :
Ma fille a pris de la dépaline pendant 20 ans pour éviter qu'elle fasse des crises épilepsies. A neuf mois on nous annoncé son handicap type IMC.

Le 02-09-2016 par demori :
ma fille séverine nait avec un handicap mental a pris de la dépakine pendant 20 ans. J'aimerai connaitre s'il y a d'autres personnes qui ont été soignées de cette manière là.

Le 18-11-2016 par chantal :
bonjour.
je suis épilectique et convulsif depuis mon enfance.
de mon enfance jusqu'a mes 20 an ,on ma précrit du tregretol,puis de la dépakine a l'age de 29 ans le dosage était trop fort puis il mon précrit depakine chron leur j'était enceinte puis il eut le sevrage pour moi et le bebe il avait des risques pour ont le bec lievre ouf il était normal. mais je fait deux fausse couche.puis je pris du poids ,c'était de l'eaudeme de 49ans à 52ans,il mon précrit de lamotrigine a 52 ans .se que il des risques avec ses traitement je pris

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr