DMLA, 1ère cause de cécité : dépistage précoce !

Résumé : DMLA, 1ère cause de malvoyance chez les plus de 50 ans. Les Journées de la Macula ont lieu du 25 au 28 juin 2017. L'occasion d'alerter pour mieux diagnostiquer ces maladies ; les dépister tôt permet de freiner leur évolution.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Par Paul Ricard

Pour Marie-Jo, 77 ans, tout a commencé par des « petits papillons » devant les yeux, avant qu'apparaisse une tache noire au centre de sa vision. Comme 1,5 à 2 millions de Français, elle est atteinte de DMLA, première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans. Cette maladie sera au cœur des Journées nationales de la macula, du 25 au 28 juin 2017. Leur but : informer et encourager le dépistage, non seulement de la DMLA mais aussi de la maculopathie diabétique (400 000 cas) et de l'occlusion veineuse rétinienne (moins fréquente, nombre de cas inconnu).

Point commun : la macula

Le point commun de ces maladies ? Elles touchent la macula, minuscule zone de la rétine essentielle à la vision des détails. Les dépister tôt permet de freiner leur évolution. La DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l'âge) est l'affection la plus répandue (article en lien ci-dessous). « Elle concerne 8% des plus de 65 ans et 30% des plus de 75 ans : c'est la première cause de cécité dans les pays industrialisés », explique à l'AFP le professeur Eric Souied. Chef du service ophtalmologie à l'hôpital intercommunal de Créteil et président de la Fédération France macula, il souligne que le nombre de patients est appelé à augmenter à cause du vieillissement de la population. Les malades atteints de DMLA ne sont jamais complètement aveugles, ils ne sont pas plongés dans un noir total. Mais une tache sombre s'installe au centre de la vision et peut les handicaper dans les actions du quotidien : lire, écrire, voir les visages ou reconnaître les détails.

Dépistage précoce

Marie-Jo Simon, une retraitée iséroise, s'est aperçue à l'automne 2015 qu'elle voyait « des petites choses papillonner » quand elle conduisait. « J'ai d'abord pensé à la cataracte. Un ou deux mois après, une tache noire est apparue. J'ai encore attendu. Finalement, je suis allée consulter en mars suivant ; c'était la DMLA », raconte-t-elle à l'AFP. C'est son œil droit qui est atteint : « On m'a dit qu'on n'était pas sûr de le sauver car j'étais venue tardivement ». Depuis, elle subit dans l'oeil touché des injections mensuelles d'un médicament destiné à juguler l'évolution de la maladie. Outre la fameuse tache sombre, la vision déformée des lignes droites est un autre symptôme de la DMLA. « Je conduis uniquement sur des routes que je connais, et quand je lis, il faut que ce soit écrit très noir sur fond blanc », détaille Marie-Jo Simon. Pour elle, « l'essentiel est que ça ne s'étende pas à l'autre œil ». « Si quelqu'un me disait aujourd'hui qu'il a ce genre de symptômes, je lui conseillerais de ne pas hésiter et d'aller très vite à l'hôpital », assure-t-elle.

Des pistes de recherche

Les traitements par injection, comme celui que suit Marie-Jo, ne conviennent qu'à l'une des deux formes de la maladie : la DMLA dite humide. Ils permettent de la stabiliser dans 95% des cas, selon le professeur Souied. L'autre forme, dite « sèche », est encore incurable. Des pistes de recherche existent, comme les cellules souches ou les implants rétiniens (l'œil bionique), mais leur utilisation généralisée n'est pas pour tout de suite. Une alimentation riche en oméga 3 et en lutéine peut aider à prévenir l'apparition de ces maladies. « Le menu-type, c'est saumon/épinards ou brocolis, deux fois par semaine », conseille Eric Souied.

Une maladie mieux connue

En quelques années, l'information sur la DMLA s'est largement améliorée. « Selon des sondages, 50% des plus de 50 ans connaissaient la DMLA en 2012, contre seulement 3% en 2007 », se félicite le spécialiste. C'est pourquoi la maculopathie diabétique et l'occlusion veineuse rétinienne ont à leur tour été incluses dans les Journées de la macula, afin de sensibiliser le public. Car toutes ces maladies peuvent avoir des conséquences sociales en isolant encore un peu plus les personnes âgées. Selon le Pr Souied, « on estime à 30% le taux de dépression parmi les patients atteints de DMLA ».

© LIGHTFIELD STUDIOS/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 26-06-2017 par osty :
Bonjour,
La DMLA, toujours la DMLA il faut consulter, mais pourquoi, il n'y a aucun remede, et surtout aucune aide pour les aidants. J'en vis les conséquences. Mon mari deprime, j'assume toutes les taches, alors concentrez vous sur les aides que vous pouvez apporter aux aidants plutot que de faire des conferences qui ne servent a rien sur cette maladie sachant que pour l'instant aucun remede n'a été trouvé

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr