En voyage, son fauteuil détruit par la compagnie aérienne

Résumé : Le 2 juillet 2017, Valentin Duthion connaît une mauvaise surprise en atterrissant à New York pour son projet de voyage "Dream Trotter". Son fauteuil électrique de 250 kg a été entièrement détruit par la compagnie aérienne United Airlines.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Dernière minute le 10 juillet. La compagnie United Airlines assure avoir "pris en charge les réparations" de son fauteuil personnel et "procédé au surclassement du jeune homme ainsi que de ses compagnons de voyage pour leur vol retour".

Article du 6 juillet. « Voilà comment United airlines accompagne les personnes en situation de handicap. Fauteuil détruit (37 000€), voyage aux USA gâché. Honteux ». Dans son tweet publié le 4 juillet 2017, Lucie Duthion partage sa colère. Et pour cause : son frère Valentin, atteint d'amyotrophie spinale, accompagné de ses amis pour voyager aux États-Unis dans le cadre de leur projet Dream Trotter (lire article en lien ci-dessous), s'est trouvé sans fauteuil dès l'atterrissage à l'aéroport Newark de New York, le 2 juillet. Le fauteuil électrique, de 250 kg, a été entièrement détruit par la compagnie aérienne.

Fauteuil de prêt inadapté

Pas seulement esquinté, il est actuellement inutilisable : une roue arrachée, une autre désaxée, la manette de conduite tordue, le boîtier d'assistance arraché, les vérins endommagés… Le groupe de voyageurs, dont Lucie fait partie, a demandé réclamation à la compagnie et s'est vu attribuer un fauteuil de remplacement… « pas du tout adapté ». « Nous n'avions pas le choix d'accepter cette proposition après un ultimatum posé par la compagnie. Si nous refusions, nous devions signer une décharge stipulant que nous refusions l'aide de United Airlines et donc la prise en charge », explique la jeune femme au quotidien Le Progrès.

Beaucoup moins d'autonomie

United Airlines, sollicitée par le journal, n'a pas donné réponse pour le moment. Les sept amis ne se sont pas arrêtés pour autant et espèrent poursuivre l'aventure, malgré des complications lors des trajets et une grande perte d'autonomie pour Valentin, qui ne peut pas conduire son fauteuil de prêt et connaît de nouvelles douleurs dû à sa forme inadaptée. Côté batterie, l'autonomie reste également très limitée. « Nous avons dû pousser ce fauteuil de 200 kg sur des kilomètres après une panne », confie Lucie, qui a contacté le fournisseur le 3 juillet pour prendre un fauteuil manuel à la place.

En dépit de cette mésaventure, le groupe tente de profiter de son voyage et de partager son expérience via sa page Facebook. « Malgré le fauteuil détruit et laissé à l'aéroport, nous continuons notre chemin avec le fauteuil de prêt (même si Val ne peut pas le conduire et profiter à fond du voyage). On reste positifs ! »

© Dream Trotter

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 06-07-2017 par Ydam :
On connaît le parcours du combattant quand on a voyage à l'étranger. L an passe, on ne voulait pas embarquer notre batterie sur notre lieu de vacances (cette année nouvelle batterie acceptée par la Cie aerienne 600 e) .bonnes vacances, tout de même,

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr