La lettre de Julia Kristeva à un Jacques Chirac convaincu de longue d

Résumé : C'était le 18 juillet 2001, pendant l'un de ces conseils des ministres un peu polaires de la cohabitation. Ségolène Royal, ministre déléguée à la famille, venait de présenter une communication sur les handicapés.
le 

[B1]La lettre de Julia Kristeva à un Jacques Chirac convaincu de longue date[E1]


[BI]C'était le 18 juillet 2001, pendant l'un de ces conseils des ministres un peu polaires de la cohabitation. Ségolène Royal, ministre déléguée à la famille, venait de présenter une communication sur les handicapés[EI].

Lionel Jospin avait souligné qu'il fallait remonter au "vieux texte de loi de 1975" pour trouver une première législation sur le sujet et Jacques Chirac l'avait interrompu en souriant : "Ne dites pas trop "le vieux", parce que j'étais premier ministre." "Vieux, ça peut être une expression qui exprime le respect", avait alors rétorqué, sur le même ton, le chef du gouvernement.
Vieux ou pas, la date est exacte. [BB]Mais l'intérêt de l'actuel chef de l'Etat pour la question du handicap a commencé, comme souvent, en Corrèze, en 1967[EB].
[BB]Jacques Chirac découvre alors que les familles qui ont un enfant handicapé le cachent, et parfois le maltraitent. Il fait ouvrir les premiers centres qui leur sont destinés en 1970, à Peyrelevade et à Bort, en haute Corrèze[EB].
Il y en aura jusqu'à quatorze, allant de centres pour handicapés légers, pour s'insérer dans le monde du travail, à des centres pour handicaps plus lourds.

[BB]DOMAINE DES PEURS[EB]
"Il est intarissable sur le sujet, il le connaît parfaitement", témoigne Claude Thélot, vice-président du Haut Conseil de la famille. Dominique de Villepin le confirme. M. Chirac a évoqué bien souvent le sujet avec son ancien secrétaire général, dont la proche famille compte deux enfants autistes. C'est même au cours de ces nombreuses conversations que se sont décidés, notamment, les trois grands chantiers présentés par le président lors du 14-Juillet : la sécurité routière, le cancer et les handicapés.
La psychanalyste Julia Kristeva, par l'intermédiaire d'une philosophe amie, Catherine Clément, n'a pas attendu cette date pour contacter l'entourage de M. Chirac sur cette question à laquelle elle le sait sensible et qui la touche personnellement. Elle a rencontré le chef de l'Etat au mois d'octobre pour un long entretien et en est ressortie "impressionnée par son engagement".
Mme Kristeva a remis en novembre au président une longue Lettre sur les citoyens en situation de handicap, à l'usage de ceux qui le sont et de ceux qui ne le sont pas, sur le modèle de Diderot et de sa Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient. Elle y dénonce les "dysfonctionnements, négligences, retards et scandales" qu'elle a constatés. [BB]Elle propose à M. Chirac de créer un comité national du handicap, médiatisé, qui déboucherait sur des Etats généraux des citoyens handicapés. Pour que le handicap sorte du domaine des peurs[EB].

Béatrice Gurrey

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur le web

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr