Scolarité inclusive, ministère et assos pas à la même école!

Résumé : 10 ans après le vote de la loi de 2005, l'école inclusive a-t-elle réussi ses examens ? Malgré le chemin parcouru, Gouvernement et associations ne font pas la même analyse des chiffres et des textes. Cours de rattrapage en lecture et en calcul...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

10 000 élèves handicapés passés au crible. Pour la première fois, le ministère de l'Éducation nationale a réalisé une enquête approfondie à partir de leur parcours (en lien ci-dessous). Dix ans après l'adoption de la loi handicap du 11 février 2005, cette étude permet d'en mesurer les effets. Selon le ministère, « l'école inclusive est une dynamique qui s'amplifie ». Et de poursuivre : « La loi d'orientation et de programmation pour la Refondation de l'école de la République du 8 juillet 2013 a reconnu le principe d'une école inclusive. De récents textes réglementaires permettent une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des élèves et des étudiants en situation de handicap. »

Un bilan depuis 10 ans

Les chiffres sont là : 126 000 élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire en 2006 et 260 000 en 2015. La loi de 2005 prévoit en effet que l'Éducation nationale scolarise tous les enfants en situation de handicap dans l'école la plus proche de leur domicile ou assure, le cas échant, leur scolarisation dans des établissements adaptés. En 9 ans, leur nombre a donc doublé et continue d'augmenter chaque année de plus de 10%. Parmi ces 260 000 élèves, certains sont accompagnés par près de 70 000 personnes qui assurent les missions d'auxiliaire de vie scolaire. La formation de tous ces personnels a été renforcée, et parmi eux, les 28 000 accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) ont vu leur statut évoluer. Après 6 ans d'exercice en CDD, ils bénéficient désormais d'un CDI de droit public.

Mesures à venir…

A l'occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014, le ministère a réaffirmé son engagement. A la rentrée 2015, 100 unités d'enseignement (UE) supplémentaires, actuellement situées dans les établissements médico-sociaux, seront relocalisées au sein même des établissements scolaires, ce qui portera leur nombre total à près de 300. Par ailleurs, 30 nouvelles UE Autisme seront ouvertes à la rentrée 2015 et 30 supplémentaires en 2016, portant à 90 leur nombre d'ici à la fin du quinquennat. La même dynamique s'applique au sein de l'Enseignement supérieur. Entre 2005 et 2015 le nombre d'étudiants en situation de handicap est passé de 8 000 à 18 200, dont deux tiers bénéficient d'un accompagnement spécifique. D'ici trois ans, toutes les universités auront adopté un schéma directeur  handicap.

Le point de vue des asso : enthousiasme modéré

Il y a donc tout lieu de se réjouir ? Du côté des associations de personnes handicapées, le constat n'est pas aussi enthousiaste même si elles admettent que les choses ont évolué favorablement. Soixante-dix d'entre elles, réunies au sein d'un Comité d'entente, expriment « des avancées limitées et espoirs déçus ». Le 10 février 2015, à Paris, elles dévoilaient les résultats d'une enquête IFOP « Regards croisés : 10 ans après la promulgation de la loi handicap, quel est l'état de l'opinion ? » (article en lien ci-dessous). Il revenait à Christel Prado, présidente de l'Unapei (Union nationale des personnes handicapées mentales), de faire le point sur la scolarité des jeunes handicapés en France. Elle ne conteste pas les chiffres (ou pas tout à fait puisque certains enfants ne sont en réalité scolarisés que quelques heures par semaine) mais « la qualité de cet accueil » qui, selon elle, « reste problématique ». « Les enseignants ne sont pas formés au handicap, le manque de collaboration entre l'Éducation nationale et le secteur médico-social crée des cloisonnements et ne garantit pas la cohérence des parcours. »

Éducation spécialisée : scandale !

Et de dénoncer  de « terribles scandales dans l'éducation spécialisée », qui entraînent certaines familles dans de « véritables drames ». Ce sont 13 000 enfants handicapés en France qui, selon la CNSA, sont sans solution éducative (estimation de 2008). Ce sont également près de 6 500 jeunes adultes handicapés (de plus de 20 ans) qui sont maintenus en IME pour enfants dans le cadre de l'amendement Creton, faute de places en foyers pour adultes. Ce sont, enfin, 6 500 personnes handicapées exilées en Belgique par manque de places en France, dont 1 500 enfants. Et de s'interroger : « A quel enfant ordinaire refuserait-on son entrée à l'école faute de place ? A quel enfant ordinaire proposerait-on une place dans une école à l'étranger ? ». Christel Prado, au nom de tous, s'insurge également contre le fait qu'il faille passer par la MDPH, et parfois même par un tribunal, pour mener à bien la scolarité de son enfant. Pourquoi un parcours spécifique lorsque la loi impose du droit commun ?

Priorité N° 1 : la formation des enseignants

Mais, derrière ce bilan jugé amer, le Comité entend faire des propositions concrètes. Pas tant que cela : deux ! En premier lieu, les enseignants. Pas critiqués ! Tous le déplorent ; ils font ce qu'ils peuvent, avec les moyens du bord… Sans formation, point de salut. « La création des nouvelles ESPE (écoles de professeurs des écoles) avait fait naître de grands espoirs, poursuit Christel Prado, mais nul n'arrive à imposer que les particularités de handicap puissent être au cœur de la formation ». Même sentiment d'échec avec les UE (unité d'enseignement) autisme. Selon elle, « Les retours de terrain sont accablants ; les enseignants nommés à ces postes disent ne pas connaître la problématique de l'autisme et les professionnels réellement formés n'interviennent que sur des temps réduits comme les récréations ou la cantine ». Une formation obligatoire au handicap de tous les enseignants handicap, et pas seulement des « primo accédants »,  s'impose. Enfin ! Non négociable ! En s'appuyant sur les compétences des professionnels du médico-social. Faut-il regretter également la baisse des effectifs d'enseignants de l'Éducation nationale détachés dans les établissements médico-sociaux ?

Priorité N° 2 : des solutions pour tous

Deuxième chantier prioritaire : la mise en œuvre les préconisations du rapport Piveteau. Après des actions en justice, le Gouvernement actuel, qui a été condamné, a missionné Denis Piveteau pour dresser un état des lieux du manque de solutions d'accueil en France et proposer des mesures concrètes pour y mettre fin. Denis Piveteau a rendu son rapport intitulé « Zéro sans solution » en juin 2014. Depuis, les associations patientent… Et demandent au Gouvernement d'agir « pour que la loi de 2005 ne s'apparente pas à une profonde désillusion ».

Y'a plus qu'à…

Selon l'enquête menée par l'IFOP à la fois auprès de personnes handicapées, d'élus et du grand public, une grande majorité de parents d'élèves (87%) semble favorable à une plus grande ouverture de l'École aux élèves handicapés, considérant même qu'elle serait source d'enrichissement pour leur enfant. Et pourquoi pas aux enseignants handicapés puisque 85% déclarent n'avoir que peu ou pas de réticence à leur présence. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes… Y'a plus qu'à !

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 17-02-2015 par Nrochereau :
Les chiffres que vous citez ne disent rien, vous omettez en effet de dire que la loi de 2005 modifie la definition du handicap, on parle maintenant de personne en situation de handicap. Il y a donc bon nombre d'eleves dans les 260 000 qui étaient deje scolarises avant, ca va plus vite de creer des etiquettes que de changer les choses. Par ailleurs on ne parle pas de la duree hebdomadaire de scolarisation, on compte la dedans des enfants scolarises 6, 9, 10 ou 12 heures, mais peut on parler d'une scolarisation d'un enfant pour les parents de ses enfants pour lesquels rien n'est solutionné ?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches