Annie Triomphe: L'argent, l'économie et le handicap : parlons-en....

Résumé : Combien ça coûte ? combien ça rapporte ? ces questions sont posées aujourd'hui à propos de tout ce que nous achetons, utilisons, consommons, produisons, gaspillons. Alors, pourquoi ne pas nous les poser à propos du handicap ?

Par , le 

Combien ça coûte ? combien ça rapporte ? ces questions sont posées aujourd'hui à propos de tout ce que nous achetons, utilisons, consommons, produisons, gaspillons. Alors, pourquoi ne pas nous les poser à propos du handicap ?

25 milliards d'euros : c'est le budget social du handicap, autrement dit l'ensemble des dépenses directes repérables par les économistes comme étant liées à la prise en charge des personnes handicapées dans notre pays. Soit environ 2 % de notre PIB (produit intérieur brut), qui est censé mesurer la richesse économique du pays ; 25 milliards d'euros, c'est plus que le chiffre d'affaires de la Générale des Eaux ou de Carrefour qui figurent parmi les dix premiers groupes industriels français ! Les personnes handicapées nous coûteraient donc cher !
Qui finance ces 25 milliards ? essentiellement l'assurance-maladie, (65 %) conjointement avec l'Etat (25 %) et les départements (10 %). Sans oublier tout le travail bénévole fourni par l'entourage des personnes handicapées et les associations qui les aident.

Et à quoi servent donc ces dépenses ? les 3/4 de ces 25 milliards correspondent à des prestations en espèces (allocations diverses : AES, AAH, allocation compensatrice etc.) et le quart de cette somme représente des prestations en nature (prix de journée des établissements et services).

Toutes ces dépenses créent de très nombreux emplois : ainsi, de nombreuses personnes handicapées sont employeurs de tierce-personnes 150 000 salariés (travailleurs, sociaux, éducateurs, etc.) travaillent dans les 8 000 établissements médico-sociaux. A leur tour, tous ces salariés, par leurs achats quotidiens de biens et de services, sont à l'origine de revenus qui en produisent d'autres selon le mécanisme du multiplicateur décrit par Keynes. Bien d'autres exemples pourraient être donnés comme celui des aides techniques dont la production et la distribution font vivre bon nombre d'entreprises et de salariés.

Alors, cessons de parler du « poids » financier des personnes handicapées et de leur « prise en charge »: celles-ci sont des acteurs économiques à part entière et source de vraie « richesse » pour l'économie nationale.




Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr