Ni pauvre ni soumis, la colère gronde !

Résumé : Après " Ni putes, ni soumises ", " Ni pauvre ni soumis " monte au créneau. Les minorités deviennent agissantes. La soumission n'est plus à l'ordre du jour et les personnes handicapées décident à leur tour de faire entendre leur voix, haut et for

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le mouvement « Ni pauvre, ni soumis » a pour ambition de rassembler tous les citoyens qui souhaitent se mobiliser pour la création d'un revenu d'existence décent pour les personnes en situation de handicap et de maladie invalidante, qui ne peuvent pas ou plus travailler. Il réunit une quarantaine d'associations.

Le pacte de soutien, en ligne sur le site, a déjà permis de rassembler 8000 signatures en quelques jours. Localement, des initiatives se mettent en place, le ton monte au pied des préfectures, des bannières flottent au dessus de la France (survol de l'autoroute avec un étendard près de Nîmes) et la presse tient conférence... Avec pour motivation prioritaire d'interpeller le président Sarkozy sur la situation "misérable" des personnes en situation de handicap.

Prochain rendez-vous le 29 mars pour une grande manifestation nationale.

Le point sur cette mobilisation d'envergure avec Jean-Marie Barbier, président de l'APF.

Handica.com : Comment est né ce mouvement, à l'initiative de qui ?

JMB : En septembre dernier, la FNATH (Fédération nationale des accidentés du travail) et l'APF (Association des paralysés de France) ont envoyé un courrier commun à monsieur Sarkozy pour l'alerter sur le problème des ressources des personnes handicapées. La réponse du président était si insatisfaisante que le Comité d'entente a décidé de ne pas en rester là... A l'évidence, se contenter d'une lettre ne suffirait pas, il fallait concevoir quelque chose de beaucoup plus fort !

H : C'est à ce moment que l'APF a pris les choses en main ?

JMB : Nous avons bien ficelé ce projet avant de le proposer aux autres associations. On m'a parfois reproché le fait que l'APF avait travaillé seule mais nous avions vraiment besoin d'être surs qu'au sein de notre association tout le monde serait motivé. A la mi novembre, au sein de l'APF, 92 départements sur 93 étaient partants et nous avons senti que la force de mobilisation n'en était qu'à ses débuts. Nous avons alors soumis notre projet à d'autres associations. Et elles ont répondu présent à la quasi unanimité.

H : Pourquoi avoir choisi ce nom, « Ni pauvre ni soumis » ?

JMB : Nous sommes dans l'ère de la communication et du marketing, alors il fallait quelque chose de percutant, dans l'air du temps. Je reconnais qu'il est osé mais ca nous a permis d'être repérés. Nous en avons assez de l'image du pauvre handicapé miséreux. Notre but était d'interpeler, c'est réussi.

H : Lorsque monsieur Sarkozy scande « Travailler plus pour gagner plus », ca vous fait quel effet ?

JMB : C'est une véritable injustice pour les personnes handicapées. De nombreuses personnes en situation de handicap ne peuvent travailler qu'à temps partiel. D'autres, bien plus nombreuses encore, ne peuvent pas travailler du tout. Cette formule devient, de ce fait, humiliante. Notre système actuel prive des dizaines de milliers de personnes handicapées d'emploi. Alors quand, on nous dit « La seule solution pour s'en sortir, c'est de se mettre au boulot »... cela nous fait bondir ! La valeur « travail » ne concerne que celles et ceux qui peuvent effectivement travailler.


H
: Mais pourquoi cette force émerge-t-elle seulement aujourd'hui, sous sa présidence ? Est-ce aussi un parti pris politique ?

JMB : Absolument pas ! Mais nous refusons ce discours à sens unique sur le travail qui « oublie » toute une partie de la population. On sent une effervescence à laquelle les personnes handicapées souhaitent pleinement s'associer. Il faudrait arrêter de prendre des décisions contraires à ce qui a été annoncé.


H : Ne craignez-vous pas une récupération politique de votre mouvement ?

JMB : Cela fait partie du jeu. Sur notre blog, des personnalités politiques commencent à signer la pétition. Mais l'APF est apolitique, c'est écrit dans ses statuts. Donc le jour de la manifestation, pas question de passer le micro au représentant d'un parti politique, quel qu'il soit !


H : Une grande manifestation est prévue le 29 mars prochain, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

JMB : Super confiant ! D'habitude, nous manifestons tous les dix ans, avec une ou deux associations. Mais là, nous sommes déjà 60 organisations. Les plus importantes d'entre elles sont capables de mobiliser entre 15 000 et 20 000 personnes. On peut donc compter sur plus de 30 000 manifestants. Mais au final, personne ne le saura vraiment car les caméras de comptage de la police sont incapables de dénombrer les fauteuils roulants !


H : Et après le 29 mars ?

JMB : Le mouvement est en marche et doit changer le regard de ce pays sur le handicap. Nous devons convaincre tous les décideurs qu'ils ont tout à gagner à travailler aussi avec des collaborateurs handicapés. Nous envisageons d'ores et déjà que ce mouvement s'inscrive dans la durée et existe bien au delà du 29 mars.

Info pratique:
Le départ est fixé à 13heures, place de la République, Paris.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 05-03-2008 par Jeanne :
Pourquoi seulement maintenant ? Parce qu'une des vertus que les personnes handicapées se doivent d'avoir c'est la patience ! Deux ans de retard dans les dossiers est monnaie courante. Mais toute vertu a ses limites, les nôtres sont dépassées depuis trop longtemps et si nous ne voulons pas passer du ruisseau à la scène paillette, sans passer par la case citoyen respecté, il nous faut rendre visible notre minorité (10 % de la population), visible et motivée à faire entendre un cri de révolte.
L’heure n’est plus à l'acceptation des mesurettes de complaisance et des mensonges électoraux, l’heure est au combat et le 29 mars c’est le pays tout entier qui doit être dans la rue : les personnes handicapées et tous ceux qui se pensent valides car les personnes handicapées ça peut-être vous demain. Pensez-y.

Le 06-03-2008 par agnes de nanterre :
Je partage entièrement vos arguments,nous handicapés sommes laisser sur le bord de la route.Réveillons-nous!

Le 06-03-2008 par regis :
Ce que je regrette c'est que vous demandez l'augmentation de l'allocation adultes handicapée sans demander l'annulation des conditions de ressources du conjoint pour son octroi les handicapés ayant droit à l'AAH mais mariés ou pacsés ne la touchent pas.

Le 06-03-2008 par jacadi :
Le montant de l'AAH est actuellement soumise aux revenus de la famille, c'est assez humiliant en effet, si le conjoint gagne ne serait-ce que quelques centimes au dessus des plafonds proposés, l'AAH diminue, voire disparait.
Difficile de ne pas être humilié et de se sentir respecté.

Le 06-03-2008 par René MAGNY Président de l\'A.M.I :
Nous avons remis en décembre à M. SARKOZY plus de 4500 signatures pour notre pétition commune (AMI, CDHR, CDTHED) à laquelle se sont joints le GIPAA et l'ADEPO

Le 06-03-2008 par jcp :
ne plus voter etait ma façon de manifester pour attirer peut etre l'attention des politiques que neni! aujourd'hui peut etre que cette manifestation attirera plus de regards je ne me rapelle que la fin de la marseilleise Marchons Marchons qu'un sang impur abreuve vos sillons

Le 06-03-2008 par Salem :
Je suis d’avis pour que le mouvement « Ni pauvre, ni soumis » ait également une dimension européenne car les raisons de la non revalorisation des revenus sont aujourd’hui pour beaucoup d’ordre européenne, nous ne pouvons plus comme au temps de « Ni putes ni soumises » nous en prendre uniquement au politiques nationales.
Mais vous avez raison il faut nous mobiliser pour réclamer un revenu correct, c'est-à-dire pour moi aujourd’hui pour une personne handicapées seule ou en maladie invalidante qui ne peut pas travailler, le revenu ne pas normalement être inférieur à 1 500,00 €.

Salutations
Salem BOUSSADA

Le 07-03-2008 par AMBREDOR :
Je suis d'accord, il faut tenir compte des personnes en situation de handicap et surtout leur rendre la dignité qu'on leur vole en ne tenant pas compte de leurs difficultés alors qu'elles subissent déjà une injustice.
La moindre des choses serait de ne pas leur en imposer une de plus.
Il faut à tout prix que les politiques se réveillent et prennent conscience de ces problèmes liés au handicap.
Mr Sarkosy se préoccupe beaucoup d'Alzeimer mais des enfants ou adultes en situation de handicap, des maladies génétiques, orphelines, il n'a pas l'air de savoir que ça existe!
Comment voulez-vous qu'il pense à leurs ressources et il n'est pas le seul dans ce cas.
Votre initiative est excellente et nous vous soutiendrons comme il se doit.

Le 08-03-2008 par benoit verdenne :
HANDICAPE DEPUIS 2 ANS, j'ai 24 ans et comment fait on pour financer un fauteuil adapté ? les dossiers sont traités avec une lenteur catastrophique.... et les banques sont plus que frileuses pour octroyer des prêts .... on ne prête qu'aux riches... il faut dénoncer ce scandale.

Le 08-03-2008 par MARIEILC :
je suis la maman d'une jeune fille polyhandicapée en fauteuil roulant qui est en mas. Je perçois l'AAH 628 de laquelle, je dois sortir chaque jour de présence en mas 16 euros de forfait hospistalier ce qui me paraît inadmissible puisque le forfait hospitalier n'existe pas pour les RMISTES Sous le prétexte que l'AAH dépasse de peu le RMI dont l'on compte un grand nombre des RMISTES qui travaillent au noir, nous sommes redevables du forfait hospitalier.

De plus lorsque je prends ma fille, je dois me déplacer faire 100 kms à ma charge deux ou trois fois par mois, plus l'argent pour les sorties, les frais divers coiffure, soins mutuelle, extra MP3 qu'elle adore, produits de beauté et d'entretien etc... Ma fille handicapée me revien environ 150 à 200 euros par mois. Est-ce normal, sans parler qu'il me faut trouver un travail de nuit pour pouvoir l'accueillir le jour.
JOCELYNE

Le 09-03-2008 par isa :
Je ne comprends pas pourquoi nous sommes soumis aux conditions de ressources puisque on est déjà assez humiliée de ne plus travailler. Je ne travaille plus depuis 2001; 3 indemnités et depuis je ne reçois plus aucune ressource. Cela fais tout à fait plaisir car si mon mari ,n'était pas là, je serai à la rue. J'ai dépassé mes conditions de ressources de 100 Euros voila? je suis très en colère.

Le 12-03-2008 par MORANA :
entierement ok pour un revenu minimum et decent pour un handicape malheur a lui s il n a pas ses parents pour le soutenir financierement,j ai mon fils handicapé de maladie qui handicapé a 90%COTOREP,,s il se marie sa femme gagne un smig soit 1050€ ,son AAH serait diminué c est injuste puisque l handicapé c est lui et il est imperatif de revoir la legislation AAH,,il faut agir et vite,cette AAH devrait etre a concurrence du smig, rassemblons valides et invalides,car helas nous sommes pas a l abri d etre un jour handicapé dans notre monde.L handicape ne peut meme pas beneficier de la CMU motif de la CPAM:il perçoit trop 628€uros par mois!!mais de qui se moque t on.Un retraite peut cumulé sa retraite et un travail mais pas l handicapé,celui pourrait travailler ,afin d etre respecté dans le monde du travail,parfois qques heures mais malheur a lui toujours ne jamais dépassé le montant de son AAH,je me pose la question en tant que maman ,que pense le gouvernement a ce sujet?

Le 14-03-2008 par Claude :
J'ai 57 ans, trois enfants mineurs, une maison a payer jusqu'à 75 ans et un poste d'adjoint d'accueil au ministère de la culture...
Tout allait bien avant que ma vue ne baisse (3/10° en vision monoculaire) et m'interdise de conduire alors que je réside a 85 kms de mon boulot. Retraite anticipée, loi de 2006 refusée car pas assez de trimestres... transport refusé car trop couteux... débrouillez vous !
A quand une AAH supérieure au seuil de pauvreté et qui ne disparait pas a 60 ans ? Car passé cet age, nous sommes guéris ? Et que l'on veuille ôter des textes les mots insultants tels : bénéfice, avantage, comme si être handicapé pouvait amener un bénéfice ou un quelconque avantage.

Le 18-03-2008 par Frazie Aimée :
je suis tout à fait d'accord avec les témoignages.J'ai 158 trimestres de cotisations sécurité sociale,je travaille dans une entreprise adaptée,80% d'invalidité depuis 2005,je ne peux pas partir à la retraite.Je suis très en colère, usée et fatiguée ,je reste sur le "bord de la route". Aimée

Le 21-03-2008 par josybolo :
Votre commentaire :
maman d'une handicapée et grand mère d'une petite fille maladie scoeliaque intolérance grave au gluten pas pris en charge par la SS au 100% (33,40 euros par mois) ma fille 80% n'est pas en chaise roulante mais ne touche que 627 euros par mois et est obligée maintenant de donner 0,50 cts par boite de médicaments comme l'a dit Mme Bachelot qu'est-ce que c'est 0,50 cts par boite mais elle, combien touche-t-elle c'est inadmissible de ne pas avoir englober les handicapés pour l'exonération, je suis présidente de l'AFTC 06 (familles des traumatisés craniens) et donc je m'occupe aussi de ces handicaps qui ne se voient pas et pourtant...

Le 21-03-2008 par pippouf :
lyonaise, je trouve ça bien qu'un mouvement se soit créé mais j'aimerais bien avec des gens de la région, organisé des manifestations, rassemblement, actions (sur le thème de l'accessibilité, sur le logement[ manque de logement sociaux handicapé], discrimination par la politique exercé qui rejette toutes les personnes hors normes) enfin voilà et tout un autre tas de thèmes que je pense pas à l'instant, et bien sûr les thèmes sur lesquels, il vous fait envie de vous battre comme ces dossiers COTOREP qui n'en finissent pas.
à bientôt peuple en colère

Le 21-03-2008 par Crépuscule :
Je travaille à mi-temps à 600 Euros. Certes, j'ai de la chance, je n'ai pas de handicap "avéré" pour l'instant et c'est tant mieux, je peux effectuer les tâches à vitesse rapide sans douleur du monde des biens portants "soi-disant".
Cela fait 2 jours que je suis obligée de rester à la maison avec un congé obligatoire sans solde puisque ma fille en situation de handicap dans un collège (qui elle a un dossier MDPH)et à qui l'on a fait faire la valse des écoles déjà petite, avec un autre congé sans solde pendant une année pour le compte de l'Education Nationale, n'a aujourd'hui pas d'enseignant en remplacement puisqu'il est malade.

Je pense qu'il y a tout intérêt à ne pas trop séparer les choses.

Cela concerne tout le monde, pas forcément l'APF et des catégories de catégories, de sous catégories qui sans rechigner bien manipulés. A bas la charité, nous voulons de la dignité...

Le 26-03-2008 par mosquitos :
ma compagne est handicapée à 80% et ne touche presque plus d'aah,mes revenus étant comptabilisés.Le probléme c'est qu'une partie de mes revenus sont en avantages en nature.Ce qui fait un salaire réel trés faible et, ceci fait que l'on se retrouve tous les deux largement sous le seuil de pauvreté.La seule façon de pouvoir se sortir de cette impasse serai la séparation ,ceci ferai qu'il n'y aurai plus qu'une personne sous le seuil de pauvreté (ma compagne).

Le 26-03-2008 par OPTIMISTICK :
Pour la revalorisation des 25% , je suis comme saint-Antoine, je ne crois que ce je vois,de toute façon pas pas avant fin 2008. Notre pouvoir d'achat n'en sera qu'a peine compensé,tout en sachant que cette revalorisation concernera que les "incapacités" de travailler, dans mon cas j'en recherche depuis bientôt 3ans, que peut-on nous proposer a 56 ans ?
sur quels critères cette valorisation sera t-elle calculée? L'année 2005 avait déjà été déclarée "année de handicap". MR.Bertrand, ministre de la santé en 2006, lors de sa présence aux états généraux des "gais et séropos", avait déjà plus ou moins promis l'octroi de la prime dite de "noel"pour les titulaires de l'AAH, aujourd'hui, on l'attends encore...
cette prime!!!!AVEC LES 2 000 000 000 €,chiffre officiel, récoltés lors de la journée de "solidarité" pentecôte,a "l'handicap", il aurait été possible d' octroyer 152€, pour les titulaires de l'AAH.(il

Le 28-03-2008 par dc7362 :
j'habite Aubagne comment participer à votre mouvement. je suis passée du RMI à l'AAH; on me dit ne vous plaignez pas, maintenant vous avez plus.

Le 01-04-2008 par pat :
j'espère une loi pour l'aah "versé sans conditions de ressources" et son augmentation pour tous les handi vivant seuls se serait une grande justice!!!!!!!!!!!!!!!

Le 13-04-2008 par janine :
Les personnes Handicapées ont la malchance de rencontrer des gouvernements handicapés du coeur qui auraient besoin de prothèses auditives pour être à leur écoute ! Mais l'injustice de l'AAH à cause du calcul aléatoire des conditions de ressources est plus que justifiée ! Je suis handicapée et veuve et malgré mes ressources en dessous du plafond je suis pénalisée! A cause de ma faible pension de réversion qui ne concerne en rien mon Handicap ! L'AAh ne doit concerner que la personne Handicapée qui lutte quotidiennement avec la maladie! Et mérite un revenu décent et non discriminatoire pour être à l'abri d'une exclusion financière !Le respect diminue la différence Pensez-y Monsieur Sarkozy! Car l'incertitude de l'AAH n'est pas dans la lignée des droits de l'Homme !

Le 23-04-2008 par pat :
Garder ses revenus meme si l'on est en couple ou concubinage.impossible de pouvoir vivre avec un salaire du conjoint.alors fait nous plaisir de pouvoir garder notre aah .sans condition de ressources .car je ne peux plus travaillée inapte.aujourd'hui il faut choisir rester seul et avoir son aah ou vivre en couple et etre sdf . a nous le choix !!!

Le 08-05-2008 par Anne-Sophie-D :
Pourquoi seulement le "Handicap" ??? :
* La "Maladie Mentale" (Au sens PSYCHIATRIQUE du terme .) peut parfois représenter 1 frein au travail et , par conséquent , devenir , elle aussi (Et non pas seulement les personnes atteintes de "Handicap") 1 situation "handicapante" .
* Les RMIstes (Pour quelles que raisons que ce soient , mais notamment ceux pour qui il leur est impossible de travailler par suite de MALADIE non reconnue comme 1 "Handicap" et qui ne touchent donc pas l'AAH [Puisque RMIstes ...].) sont dans 1 situation de "Handicap" SOCIAL .
Alors + que oui à la hausse de l'AAH , mais également + que oui également à la hausse du RMI .

Le 27-05-2008 par Anne-Sophie :
Je regrette que le RMI ne soit pas considéré comme 1 Handicap à part entière . En effet , si je prends mon exemple personnel , je n'ai pas choisi d'être au RMI ... Car , oui , le fait d'être RMIste n'est pas toujours une solution choisie par "facilité" !!! Toujours est-il que lorsque l'on touche le RMI , on n'est peut-être pas dans une forme de HANDICAP "PHYSIQUE" , mais c'est un HANDICAP "SOCIAL" et pas forcément moins important que le Handicap "Physique" ...
... Toutefois , cela ne m'a pas empêché de signé la Pétition de "Ni Pauvre , Ni Soumis" , mais cela ne m'empêche pas non plus d'être révoltée contre cette forme d'exclusion du HANDICAP "SOCIAL" ...

Le 18-11-2008 par titou :
toujour , en attente que la lois sans condition de ressources soit appliqué.j'ai écris au president mais rien ne c'est fait alors a vous tous écrivez . l'union fait la force . car pas tout les handicapées peuvent travailler . j'en fait parti !!

Le 21-11-2008 par caro :
j'ai 29ans suit obligèe de vivre chez mes parentspour cause indèsirable,auprès des agençes immobilieres,aah 652e pourtant avec des parents cautionnaires ,incroyable::dossier en bèton et tout et tout,,c'est barrage assurè ;suis ecoeurèe,,si mes parents n'etaient pas là ,,pas de vie,comment avoir une vie intime;et une vie de femme libre;;sans logement;;je dèprime grave;;

Le 28-12-2008 par rachel :
je percois la aah et lorsque je recois mes enfants je recevais une aide et depuis les dernieres vacances j ai recus une lettre du conseil general en stipulant que je depassee le plafond c est scandaleux!

Le 27-03-2009 par nicole :
M. Barbier
Je suis d'accord et partante pour le revenu qui ressemble actuellement à une aumone. Mais voila, je m'interroge M. Barbier sur l'avenir de L'APF en tant que telle. Le revenu est primordial mais les MDPH, la loi de 2005, le regard des autres...
Comment envisagez vous l'avenir de" ni pauvre ni soumis "dans l'APF?
au plaisir de vous lire
nicole beck conseillère départemental

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches