Une femme tricolore

Résumé : Assia El'Hannouni, 27 ans, déficiente visuelle, quadruple championne paralympique à Athènes en athlétisme portera le drapeau de la Délégation française lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Pékin, du 6 au 17 septembre proc

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Pourquoi avez-vous été choisie comme porte-drapeau de la délégation française paralympique ?
Assia : Je ne sais pas vraiment ce qui a décidé ce choix. Gérard Masson, président de Handisport, m'a fait cette demande en octobre dernier. J'en ai parlé à mon entraîneur et nous avons accepté. Je peux vous assurer que c'est le genre de proposition qu'on ne refuse pas. J'étais terriblement flattée d'autant que je ne m'y attendais pas du tout.

Handicap.fr : Mais vos quatre médailles d'or à Athènes en athlétisme justifiaient pleinement ce choix ?
Assia : Je ne sais pas. Il y avait d'autres sportifs beaucoup plus expérimentés que moi, avec une plus grande ancienneté aux Jeux paralympiques. Ils auraient mérité, eux aussi, d'obtenir ce privilège. Pékin ne sera que ma deuxième participation aux JO.

Handicap.fr : Etre porte-drapeau, cela signifie quoi pour vous ?
Assia : Le porte-drapeau est d'abord celui qui mène l'équipe vers la victoire. Mais au-delà de l'aspect sportif, je suis très heureuse qu'une femme ait été choisie, a fortiori lorsqu'on sait qu'il n'y en a que 39 sur les 120 athlètes que compte la délégation française. Et c'est seulement la seconde fois depuis la création des Jeux paralympiques, en 1960, qu'une sportive portera les couleurs de la France. Je suis donc fière de succéder à Béatrice Hesse (nageuse) en 2000, à Sydney.

Handicap.fr : Avez-vous reçu des consignes spécifiques ?
Assia : Pas pour le moment. Mais ça ne doit pas être très compliqué. Je crois que nous ferons un petit breafing sur place mais je ne suis pas convaincue d'avoir besoin de conseils. J'ai envie de vivre pleinement cette expérience le moment venu, de faire ma propre expérience.

Handicap.fr : Après vos 4 médailles d'or à Athènes, quels sont vos objectifs pour Pékin ?
Assia : Je suis inscrite sur 4 épreuves (200, 400, 800 et 1500) mais j'ai surtout espoir de remporter l'or sur le 400 et le 800 mètres.

Handicap.fr : Aurez-vous un guide comme à Athènes ?
Assia : Depuis 2007, je ne cours plus avec un guide, sauf éventuellement sur le 200 m car c'est une course qui va très vite et j'ai du mal, seule, à sprinter à fond en restant dans mon couloir. A Athènes, j'ai prouvé que mes performances étaient à la hauteur des athlètes valides, puisque mon temps me classe parmi mes 4 homologues Francaises valides sur le 400 m. Pendant toute la saison 2007, je me suis d'ailleurs entraînée avec eux. Mais certains continuaient à penser que c'était grâce à mon guide. Il était temps que je prouve que je ne dois mes performances qu'à moi-même.

Handicap.fr : Quel est l'état d'esprit de la délégation française ?
Assia : Nous revenons de Vichy où, début août, nous avons partagé un stage préparatoire avec certains sportifs d'autres disciplines comme l'équitation, la natation ou le tir. En une semaine, nous n'avons pas vraiment eu le temps de faire connaissance. Il va sans dire que parmi les 40 membres de l'équipe d'athlétisme règne une grande cohésion et une belle solidarité. Pour ce qui est des autres, j'attendrai d'être à Pékin pour les découvrir. Rendez-vous dans notre résidence commune le 29 août !

Handicap.fr : Avez-vous eu des échos sur la qualité des infrastructures mises à disposition des sportifs paralympiques à Pékin ?
Assia : Nous sommes logés dans le même village que les valides. Je ne me fais aucun souci, je pense que les Chinois nous ont préparé un excellent accueil. A Athènes, c'était très correct mais je suppose qu'à Pékin, ce sera énorme. Ils ont même prévu des chiens guide d'aveugle...

Handicap.fr : Vos 4 médailles d'or à Athènes ont-elles eu un impact positif sur l'image du « handisport » ?
Assia : Je ne suis pas certaine que ce soient mes médailles qui aient eu une réelle influence, même si j'ai été sollicitée sur de nombreux évènements. Je crois que l'essor vient surtout de la fédération Handisport qui progresse notablement depuis l'embauche d'emplois permanents en mars 2007, grâce aux fonds apportés par le Ministère Jeunesse et sports. C'est fou le chemin parcouru en si peu de temps et le nombre de manifestations mises en place.

Handicap.fr : Emporterez-vous un porte-bonheur dans vos valises ?
Assia : Pas de porte bonheur mais un ange gardien : Patrice Gerges, mon entraîneur depuis 6 ans, également Directeur technique de l'équipe de France d'athlétisme. Chaque fois qu'il m'a suivie sur une compétition, j'ai fait un carton. Alors lui, je l'emmène dans mes bagages !

Interview réalisé par Marie Kristek
Crédit photo envoyée précédemment : Photo Benjamin Loyseau

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 11-09-2008 par gautier :
Bravo à Assia et à toute l'équipe de France
espèrons que les médias nous retransmettra les images de ces athlètes qui se surpassent.
Merci à eux de donner une autre image des handicapés

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr