Des parents d'élèves handicapés séquestrent un directeur d'école à Angers

Résumé : Protestation contre la décision de l'inspection académique de Maine-et-Loire de confier à la rentrée prochaine les élèves de Clis à deux professeurs des écoles, contre quatre actuellement pour 27 enfants handicapés (sourds et handicapés moteurs)

Par , le 

ANGERS, 27 fév (AFP) - Des parents d'élèves handicapés retenaient vendredi soir un directeur d'école primaire à Angers (Maine-et-Loire) pour protester contre la fermeture de deux des quatre classes d'intégration scolaire (Clis) de l'établissement, a-t-on appris auprès des manifestants.
Plusieurs dizaines de personnes se relayaient depuis jeudi matin pour occuper l'école Grégoire-Bordillon et interdire à son directeur de quitter les lieux.
Ils entendaient ainsi protester contre la décision de l'inspection académique de Maine-et-Loire de confier à la rentrée prochaine les élèves de Clis à deux professeurs des écoles, contre quatre actuellement pour 27 enfants handicapés (sourds et handicapés moteurs).
L'inspection académique a de son côté invoqué la nécessité de trouver deux enseignants pour ouvrir des unités pédagogiques d'intégration (UPI)ailleurs en collège et rappelé qu'avec six ou sept enfants par Clis - contre 12 en moyenne en France - l'école Grégoire-Bordillon n'était pas mal dotée en personnel.
Les parents d'élèves qui participaient à l'occupation devaient accueillir les enfants handicapés samedi matin à l'école, mais prévoyaient d'empêcher les enseignants de leur faire la classe, a indiqué à l'AFP l'une de leurs
représentantes.
La séquestration du directeur pourrait durer jusqu'à lundi matin, date de la prochaine rencontre avec l'inspecteur académique, a-t-on affirmé de même source.
cor-bfa/lum

[BI]"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations."[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr