Enfants handicapés à l'école: les chiffres, les structures

Résumé : L'Education nationale et la Défenseure des enfants estiment à plus de 100.000 le nombre d'enfants handicapés scolarisés dans des écoles ordinaires, sur quelque 250.000.

Par , le 

Paris, 31 août 2005

"Pour l'année scolaire 2003/2004, le nombre de jeunes en situation de handicap, scolarisés dans un établissement ordinaire, est estimé à près de 107.000", lit-on sur le site internet Handiscol de l'Education nationale.
Selon cette source, 76.892 enfants étaient en primaire, dont 44.259 dans des classes normales et 32.723 dans des classes d'intégration scolaire (Clis,pour enfants handicapés).
"S'agissant du second degré, plus de 30.000 élèves étaient scolarisés",dont "5.000 dans des unités pédagogiques d'intégration" (UPI, équivalent des Clis au collège).
L'orientation vers des Clis ou des UPI, ou de façon générale vers l'école ordinaire ou des établissements spécialisés, est décidée par une commission départementale d'éducation spéciale (CDES).
Selon la loi handicap du 11 février 2005, les CDES doivent être intégrées aux maisons départementales du handicap, censées être des guichets uniques d'informations, et qui doivent entrer en fonction début 2006.
"Il y a 12 millions d'élèves en France, dont 250.000 enfants et adolescents malades ou handicapés", estimait de son côté la Défenseure des enfants, Claire Brisset, dans son rapport 2003.
Outre les 100.000 à l'école ordinaire, 120.000 sont accueillis en établissements spécialisés (dont 30.000 sans aucun contact avec un enseignant), 13.000 sont scolarisés à distance à l'hôpital, alors que 6.000 à 15.000 vivent à domicile, faute de place ailleurs, détaillait-elle.

st/mle/bfa

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr