Scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire.

Résumé : Point positif : la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire progresse et elle est bien acceptée là où elle est effective. Mais il reste des difficultés pour lesquelles des solutions doivent être trouvées...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

L'enquête réalisé par l'institut CSA/ Oxalissur du 12 au 21 novembre 2008.
Personnes interrogées:
501 directeurs d'école maternelle et primaire
250 élus de communes de plus de 5000 habitants
214 parents d'élèves dont les enfants handicapés sont inscrits en école maternelle ou primaire ou en demande de scolarisation.

Les résultats

- 96% des parents , 97% des élus et 88% des directeurs sont favorables à la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire.
- 59% des directeurs d'école accueillent aujourd'hui un enfant handicapé.
- 93% d'entre eux les scolarisent en milieu ordinaire
- 13% qui disposent d'uneclasse d'intégration scolaire.

Les troubles cognitifs sont le 1er handicap cité pour 47%, avant les déficiences motrices (22%), mentales (18%), les troubles auditifs (8%) et visuels (8%), et les autres troubles de santé invalidants (13%).

- 7% des directeurs constatent une nette augmentation de la scolarisation des enfants handicapés depuis la mise en place de la loi et 22% une petite augmentation.
- 86% des directeurs qui accueillent déjà des élèves handicapés ont le sentiment que la scolarisation fonctionne bien.
- 58% des directeurs qui n'accueillent pas d'enfant handicapé ont le sentiment qu'il leur serait difficile de les accueillir et appréhendent la première expérience.

La connaissance de la loi et son application :

La majorité des directeurs d'établissement (85%) et des élus (63%) estiment bien connaître les dispositions de la loi du 11 février 2005. Ils s'interrogent sur la nature de leur responsabilité exacte en cas d'accident touchant un enfant handicapé, lorsqu‘ils ne peuvent pas accueillir ou maintenir un enfant handicapé dans l'établissement, ou encore concernant les responsabilités pédagogiques des enseignants.

Les élus s'interrogent également sur les types de handicap qui créent une obligation d'accueil.
- Pour 43% d'entre eux, la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire est une priorité.
- 54% estiment que c'est important mais pas prioritaire
- 3% secondaire.
- 58% des élus affirment avoir mis en place une commission communale d'accessibilité
- 38% disent ne pas l'avoir encore fait
- 12% ne l'envisagent pas.
Ils n'envisagent majoritairement pas de prendre en charge pour le moment le transport de l'élève ou l'accompagnement pédagogique ou l'aide médicale.

Les Parents :

Accès à l'information:
- 73% par l'intermédiaire des associations
- 84% en rencontrant d'autres parents
- 89% par des enseignants ou des directeurs
- 88% par des démarches individuelles par exemple sur internet
- 54% se sont tournés vers les maison départementale des personnes handicapées

Les parents sont majoritairement satisfaits pour leur propre situation mais 55% jugent que la scolarisation des enfants handicapés dans leur commune ne fonctionne pas bien. Le bon fonctionnement demeure lié à la bonne volonté individuelle.
Les parents expriment un sentiment de solitude, regrettent une coordination lourde des différents acteurs, et ne se sentent pas assez proches de la MDPH. Ils sont 43% à être satisfaits des contacts avec la MDPH contre 46% qui expriment une insatisfaction.

Une préférence est accordée à la qualité de la relation personnelle:
- 82% des parents disent connaître l'enseignant référent
- 70% des parents se disent bien accueillis par l'équipe de suivi de la scolarisation et 67% par les enseignants référents.

- 92% des directeurs connaissent également l'enseignant référent de leur secteur et sont satisfaits du partenariat mais la collaboration avec la MDPH est jugée insuffisante. 70% des directeurs demandent un renforcement du partenariat.

Les directeurs comme les élus et les parents interrogés constatent majoritairement un bon accueil de la part des parents valides. Cependant, près d'un tiers exprime des réserves.

Les directeurs :

72% disposent d'un ou plusieurs auxiliaires de vie scolaire et 47% de dispositifs permettant de faciliter l'accessibilité, 37% d'outils pédagogiques adaptés et 23% de dispositifs de formation.
Les directeurs d'école expriment un manque de formation. Seuls 29% d'entre eux ont suivi une formation ou initiale pour 16%.

45% des directeurs doutent des capacités des élèves handicapés à acquérir dans les mêmes conditions les fondements du socle commun de connaissances, un doute plus élevé chez ceux qui accueillent déjà des élèves handicapés. Une opinion partagée par 58% de ceux qui accueillent des élèves ayant des déficiences mentales.

Conclusion

La scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire progresse et est bien acceptée là où elle est effective. Les responsables interrogés sont conscients que le handicap ne se limite pas aux situations de handicap moteur. Ils souhaitent bénéficier de formations leur permettant de mieux appréhender toutes les formes de handicap et de moyens humains approprié.
La situation des élèves handicapés nécessite des réponses et des moyens différents selon la nature du handicap. L'absence de moyens adaptés pour accompagner certains handicaps peut se traduire par une réticence globale vis-à-vis de tous les élèves handicapés, et augmenter les risques de discrimination.
Une absence d'information et de formation est relevée pour les directeurs, comme pour les élus et les parents.
La bonne intégration des élèves handicapés en milieu scolaire ordinaire nécessite de maintenir une action volontariste.

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 15-12-2008 par laurence :
ravie d'apprendre que le bilan est globalement positif, mais pas certaine concernant le constat sur le terrain, et pour la conclusion, je rajouterai juste que seule la volonté n'y suffit pas, il faut des moyens à la hauteur de cette intégration.

Le 05-02-2009 par marie helene :
pourriez-vous m'indiquuer si d'autres enquêtes ont été mené?
merci beaucoup de me donner les sites où je peux les consulter.

Le 29-05-2009 par christoubleu :
J'ai 40 ans et une dystonie généralisée depuis ma naissance. A l'époque, je me sentais bien seule au milieu de mes camarades valides.. Les temps ont changé : pas assez vite, pas assez bien mais Rome ne s'est pas fait en un jour... Aujourd'hui je suis biographe pour les parents d'enfants handicapés : ils racontent leur histoire et leur souffrance en passant par ma plume. Les choses évoluent, ne perdons pas espoir

Le 14-10-2013 par Zansue :
Malheureusement beaucoup d'enseignants sont incompétents face aux handicaps des enfants et font porter leur manque de connaissances dans ce domaine à la responsabilité des parents ! et les AVS (qui sont pour la très grosse majorité des emplois d'avenir) n'ont aucune compétences sérieuses et sont vite dépassées. De ce fait bcp de prof des écoles sont très réticents vis à vis de l'accueil de ces enfants en milieu ordinaire et les acceptent un peu à contre cœur (merci à la loi votée le 11 février 2005)

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr