Le statut et la formation des auxiliaires de vie scolaire

Résumé : Le statut et la formation des AVS, chargés d'assister des jeunes handicapés dans les écoles, doivent être améliorés, ont affirmé deux sénateurs, auteurs d'un rapport sur les maisons du handicap.

Par , le 

PARIS, 1 juil 2009 (AFP) -
Quelque 1.400 AVS qui travaillent avec des enfants ou adolescents handicapés depuis six ans ne verront pas leur contrat renouvelé à la rentrée.
C'est le cas aussi de plusieurs milliers d'employés de vie scolaire, chargés d'aider des directeurs d'école, à l'encadrement et à la surveillance, qui seront cependant remplacés à la rentrée selon le ministre de l'Education nationale Luc Chatel.
"Du jour au lendemain, les AVS se retrouvent sans solution", a déploré lors d'un point de presse la sénatrice PS Annie Jarraud-Vergnolle, auteur d'un rapport sur les maisons départementales des personnes handicapées(MDPH) avec son collègue Paul Blanc (UMP).
"Les réponses du gouvernement ne sont pas à la hauteur de ce que l'on pourrait attendre quand on l'entend donner la priorité à la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire", a estimé la sénatrice.
"Ce qui nous pose problème, c'est le statut précaire et la formation des AVS", a-t-elle ajouté."Accompagner un enfant handicapé (...) nécessite une formation de base", a-t-elle martelé, proposant de mettre en place des formations pendant les vacances scolaires. "L'objectif, c'est de professionnaliser ces personnes: ça serait bien pour elles, pour les enfants, pour les parents", selon la sénatrice.
Les deux sénateurs ont indiqué qu'il serait question des AVS dans une proposition de loi qu'ils feraient d'ici la fin de l'année.

ctx/vdr/fm

 

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

 

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr