8.000 postes à la rentrée pour aider les élèves handicapés

Résumé : Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a annoncé jeudi au Sénat "8000 postes à la rentrée pour accompagner les enfants en situation de handicap".

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 20 juin 2013 (AFP) -
Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a annoncé jeudi au Sénat "8.000 postes à la rentrée pour accompagner les enfants en situation de handicap".
"En 2005, la loi Fillon a prévu une école inclusive (scolarisant les enfants handicapés). Entre 2010 et 2012, le nombre d'aides pour les enfants en situation de handicap est tombé de 20.000 à 5.000", a dit le ministre,
lors de la séance des questions d'actualité.  "8.000 postes seront consacrés à nouveau à la rentrée pour accompagner les enfants en situation de handicap. Il y a les discours et il y a les actes", a-t-il déclaré, en réponse à une question sur la rentrée scolaire de Françoise Cartron (PS, Gironde).

La rue de Grenelle avait déjà annoncé mardi le recrutement d'environ 10.000 personnes à la rentrée scolaire pour l'aide "administrative et éducative" des directeurs d'école.  Les 8.000 postes pour l'accompagnement des élèves handicapés s'inscrivent dans une volonté affirmée dans la nouvelle loi d'avoir une école "bienveillante, accueillante et inclusive", selon le ministère.

Ces contrats aidés seront "recrutés rapidement, mais tout le monde ne sera pas recruté au 1er septembre", a précisé le ministère à l'AFP.  "L'objectif, c'est de satisfaire la totalité des demandes et des prescriptions de la part des MDPH" (maisons départementales des personnes handicapées). Les 8.000 contrats correspondent "à notre estimation la plus précise à date. Si évidemment il y a un besoin supérieur, il sera pourvu", a ajouté le ministère, qui prévoit un "effort particulier en matière de formation de ces personnels". On essayera de concentrer la formation dès le début".
ang/tes/ao/ei

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 21-06-2013 par Bernard Bass :
Très intéressant, les besoins sont nombreux effectivement.
On peut se pauser la question de savoir comment postuler, et quelles sont les régions les plus touchées par le manque de personnel encadrant pour le public atteint d'un handicap.

Le 22-06-2013 par hecate :
Et ces contrats seront des contrats précaires je supposes, comme celles qui finissent actuellement leur contrat ??? A quand UNE VRAIE PROFESSIONNALISATION ???

Le 22-06-2013 par Lea :
Ces contrats aidés seront "recrutés rapidement, mais tout le monde ne sera pas recruté au 1er septembre"... Dans contrat aidé, on peut lire contrat précaire et sous évaluer en matière de formation et de compétences de l'aidant.
On n'aide pas un enfant de la même façon selon la nature du handicap, tous les parents dans cette situation le savent trop bien !
Alors que notre gouvernement est le courage de ses ambitions et s'associe localement avec toutes les asso. bénévoles qui détiennent le savoir-faire et savoir-être, plutôt que se fier aux "chiffres" qui ne signifient rien, en tout cas, rien d'humain.
Lea

Le 22-06-2013 par laura :
Je suis assistante de vie scolaire auprès d'enfants en situation de handicap. Création de 8 000 postes ? Effet d'annonce qui me dégoute. Savez-vous que les emplois auprès de ces enfants handicapés sont très précaires. Ce sont des cdd (de droit public) qui ne se transforment jamais en cdi. Hollande avait pourtant annoncé la professionnalisation de notre profession. Quel mensonge. On s'investit auprès des enfants, on acquière une expérience et puis, au bout d'un, deux, trois ans, on est jetés, et on va de nouveau grossir le rang des chômeurs. Pour être remplacés par d'autres, sans expérience, qui en acquièreront et qui seront eux aussi jetés comme des kleenex. Le gouvernement se fout du handicap, il ne doit pas couter cher c'est tout. J'adore mon travail mais je sais que cela ne durera pas. J'en suis malade. Nous AVS et EVS qui nous investissons auprès de vos enfants sommes les précaires des précaires.

Le 22-06-2013 par bidouille :
Pourquoi des emplois aidés?? Pourquoi ne pas proposer de vrai CDI, quitte a former sérieusement la personne pour que ça devienne son métier, et de péréniser ces emplois si important.

Le 22-06-2013 par laura :
Les chiffres sont justes un effet d'annonce. Le handicap n'a jamais été réellement pris en compte par l'Etat. C'est une logique économique . Le handicap ne doit pas couter cher un point c'est tout. Les inspections académiques nous traitent comme des pions. L'enfant en situation de handicap n'est jamais au centre du dispositifs. l y a encore plus précaire que les avs : les evs. Ils ont des contrat de septembre à juin et en plus ils peuvent être appelés à faire n'importe quelles tâches administratives. Pour les formations : du grand n'importe quoi. On a même le droit de savoir de quel handicap souffre l'enfant dont on s'occupe. Comment l'aider au mieux dans ce cas ? JMais la réalité de notre précarité est très triste et très dure émotionnellement. Quelle est cette société qui méprise le handicap et le transforme en marchandise qui doit être rentable

Le 23-06-2013 par Rachel :
8000 nouveaux pour remplacer les 12 000 (moi incluse) qui seront lourdés au mieux le 31.08...

Le 25-06-2013 par Patricia :
C'est une honte, moi j'ai tout donné pour m'occuper des enfants handicapés et en plein milieu scolaire on m'informe que mon contrat n'est pas renouvelé et que mes gamins vont finir leur année sans personne. J'ai remué ciel et terre avec l'aide des parents, de la MDPH, de l'hôpital de jour et bien sur des professeurs et de la Directrice mais en vain. S'investir autant et vouloir à tout prix finir l'année avec ces enfants, ce n'est pas trop en demander ? ..... Maintenant je dois rester un an au chômage pour pouvoir postuler à nouveau sur ces postes d'A.V.S., c'est scandaleux...les personnes handicapés ne sont pas des pions et nous non plus. Notre rôle doit être reconnu et en faire un véritable METIER sinon à quoi nous servons à remplir les statistiques...et les enfants, il faudrait tout d'abord penser à eux...

Le 23-07-2013 par SW :
J'ai passé mon entretien en mai pour un poste précaire d'AVS (Sarthe/Le Mans), toujours pas de réponse. Quelle impolitesse.

Le 12-08-2014 par KLC :
Une seule question
pourquoi faut il être en situation de précarité pour avoir le droit d'aider un enfant a se sentir mieux a l 'école.
Moi, maman d'un garcon qui a eu besoin d'une aide ( et qui pendant 2 ans ne l'as pas eu car personne )je postule chaque année et chaque fois on reboute ma démarche.
Quelle honte de laisser nos enfants aux mains de nos politiciens qui ne voient que par leurs chiffres notamment celui du chômage....

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr