Surveillants : 16.000 postes d'assistants d'éducation créés à la rentrée

Résumé : Dont 6.000 seront chargés d'accompagner les enfants handicapés en tant qu'

Par , le 

PARIS, 16 jan 03(AFP) - 16.000 assistants d'éducation seront recrutés à la rentrée 2003, selon un dispositif nouveau qui remplacera les emplois-jeunes et les surveillants dans les établissements scolaires, a annoncé jeudi le ministre de l'Education nationale Luc Ferry.
Le chiffre est supérieur de 5.000 à ce qui avait été initialement annoncé, le ministre ayant décroché 5.000 postes supplémentaires qui seront budgétés dans la loi de finances rectificative (LFR) 2003, a indiqué M. Ferry au cours d'une conférence de presse.
Sur ce chiffre, 6.000 postes iront au remplacement des surveillants dans les lycées et collèges, remplaçant ainsi les 5.600 postes qui doivent disparaître à la rentrée.
Ils seront recrutés localement par les conseils d'administration des lycées-collèges avec priorité donnée aux étudiants. Les mi-temps seront encouragés, ce qui, au total, devrait déboucher sur un nombre supérieur de surveillants travaillant moins d'heures dans les établissements par rapport à cette année.
Les 10.000 postes restants seront essentiellement affectés aux écoles primaires, [BB]dont 6.000 seront chargés d'accompagner les enfants handicapés en tant qu' »auxiliaires de vie scolaire ». [EB] Les écoles primaires sont celles qui souffrent le plus du départ prévu de 20.000 aide-éducateurs l'an prochain.
M. Ferry a reconnu que le gouvernement ne « remplaçait pas poste pour poste » les 25.600 adultes (aide-éducateurs et surveillants) qui disparaissent des établissements à la rentrée, mais a souligné que le gouvernement faisait un effort budgétaire important en augmentant de 5.000 le nombre initial prévu.
« Nous avions toujours prévenu que nous jouerions le jeu de la rigueur budgétaire et que nous ne jouerions pas perso par rapport à l'effort des
autres ministères », a-t-il ajouté.
Par ailleurs, a souligné M. Ferry « les assistants d'éducation seront des postes de droit public », alors que les anciens aide-éducateurs relevaient du droit privé, ce qui a créé de nombreuses complications au sein des établissements scolaires. « C'est une décision politique majeure montrant que le système « sera perennisé », a-t-il dit.
im/mpl/sp


[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]


Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr