Gouvernement-éducation-handicapés,PREV

Résumé : Handicapés: Raffarin visite avec Ferry une école expérimentale près d'Angers

Par , le 

par Frédéric DUMOULIN
= =
AVRILLE (Maine-et-Loire), 8 sep (AFP) - Jean-Pierre Raffarin a effectué lundi une visite de terrain dans une école du Maine-et-Loire où il a rendu hommage à un dispositif expérimental d'intégration d'élèves déficients visuels parmi des écoliers effectuant une scolarité normale.
"Un enfant avec un handicap qui se retrouve dans une classe, c'est bon pourlui, mais c'est aussi bon pour les autres" élèves ne souffrant d'aucune déficience et "l'idéal, ce serait que la société ne voie pas le handicap", a déclaré le Premier ministre après avoir rencontré ces huit enfants dans l'établissement Pierre et Marie Curie d'Avrillé.
"Nous travaillons beaucoup pour une société plus ouverte", a-t-il ensuite lancé lors d'une table-ronde réunissant dans cette école parents, enseignants et aides à la vie scolaire.
Cette visite a également permis au chef du gouvernement de se présenter devant les caméras en compagnie de son ministre de l'Education Luc Ferry, malmené ces derniers mois par les grèves et absent des récentes rencontres à Matignon entre M. Raffarin et les syndicats enseignants.
Il s'agissait en outre pour le chef du gouvernement de s'exprimer sur le handicap, l'un des chantiers prioritaires choisis par le président Jacques Chirac pour le quinquennat, et de mettre en avant sa secrétaire d'Etat chargée
du dossier, Marie-Thérèse Boisseau, peu connue du grand public.
M. Raffarin s'est félicité de l'"humanisation maximale" qui a permis ce dispositif expérimental bien mieux selon lui qu'un "esprit de système". "Il ne faut pas qu'Avrillé soit une exception, il faut plein d'Avrillé en France(...) C'est le mélange du social et de l'éducatif", a-t-il salué.

[BB]Militants UMP sous le préau[EB]

A ses yeux, ce n'est toutefois pas "une décision administrative", ni même forcément "davantage de moyens" financiers, qui peuvent multiplier ce genre d'expériences mais une "contagion positive" grâce au "métissage des volontés
et des talents".
Le Premier ministre n'a en effet pas fait mention de crédits supplémentaires, se prononçant pour un "prolongement progressif" de ce genre d'intégration des écoliers handicapés et non pour son "industrialisation".
Ecoutant attentivement ses interlocuteurs, M. Raffarin est intervenu à plusieurs reprises dans le débat, paraissant ne pas souhaiter que ses deux ministres, restés discrets, ne monopolisent le micro.
"Les ministres, c'est bon... Maintenant, on laisse les gens parler", a-t-il ainsi interrompu Luc Ferry.
Son hôte, le député-maire UMP d'Avrillé, Marc Laffineur, avait réservé à M. Raffarin une surprise, déconnectée de la visite mais qui s'est toutefois déroulée dans l'enceinte de l'établissement.
A son arrivée comme à son départ, le Premier ministre a en effet eu droit à de vibrants applaudissements de la part de plusieurs dizaines de personnes réunies sous l'un des préaux de l'école.
"Tenez-bon, ne lâchez rien !", ont lancé plusieurs de ces sympathisants et militants UMP invités par M. Laffineur. "Bon courage pour le débat télévisé de ce soir", a déclaré un autre à l'adresse de M. Ferry.
frd/pfa/ei

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches