Elèves handicapés: des pistes pour le métier d'accompagnant

Résumé : Un groupe de travail a été chargé de présenter en mars des propositions visant à "créer une véritable formation" pour les assistants accompagnant les enfants handicapés en milieu scolaire ordinaire, une mesure très attendue par les parents.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 16 oct 2012 (AFP) -
Le groupe de travail a été installé par la ministre déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin, et la ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti.
"Nous attendons des propositions originales, ambitieuses", a déclaré Mme Carlotti, précisant que le rapport serait rendu à la mi-mars. "Alors il sera le temps de l'action", a-t-elle ajouté.
"Je ne peux pas vous assurer que dès la rentrée 2013 nous aurons recruté les auxiliaires de vie scolaire (AVS) nouvelle manière, mais nous avancerons le plus rapidement possible", a promis Mme Pau-Langevin.
Le travail des accompagnants est "un travail de qualité", "utile" et "pourtant on ne demande aucune qualification, aucun métier", a déploré Mme Carlotti, ajoutant que leur statut était "particulièrement précaire".
L'objectif est de "former au métier d'accompagnant soit par une formation qui existe déjà, soit par une formation qu'on pourrait inventer, spécifique et professionnalisante", a-t-elle poursuivi.

Les enfants handicapés doivent avoir une vie scolaire et sociale, "il faut donc recenser précisément leurs besoins et constituer un référentiel" qui aidera à la professionnalisation, a dit Mme Carlotti.
Mme Pau-Langevin s'est félicitée de ce que "chaque année de plus en plus d'enfants (handicapés) arrivent à être scolarisés". Ils étaient près de 227.000 cette rentrée.

Mais certains restent encore à la porte de l'école et leur nombre n'est pas connu. "Il y a une difficulté de repérage de ces enfants mais nous avons commencé à le faire", a dit Mme Pau-Langevin.
"Cela doit être plus près de 6.000 que de 20.000", a-t-elle ajouté, citant des chiffres évoqués par différentes associations.

Le groupe de travail est présidé par Pénélope Komites, notamment adjointe au maire du XIIe arrondissement de Paris chargée des affaires sociales et des personnes handicapées.
Il réunit une cinquantaine de personnes, représentant associations, parents d'élèves, élus et entreprises.
tes/jb/ei

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 17-10-2012 par EVE :
On pourrait tout simplement embaucher des aides médico psychologique, quitte à rajouter un module de formation !

Le 18-10-2012 par isa :
l'école est obligatoire, mais un certain nombre d'enfants restent devant la porte des écoles faute d'AVS... il y a des AVS qui veulent rester AVS toute leur carrière durant, pourquoi ne pas les garder ? si ces personnes sont désireuse, pourquoi leur fermer aussi les portes des écoles ???

Le 21-10-2012 par Evy90 :
Moi je suis tout à fait d'accord pour être AVS. En effet j'ai commencé en 2009 en tant qu'EVS et j'ai été AVSi pour l'année scolaire 2011/2012 afin d'aider deux élèves handicapés. C'est un emploi qui m'a beaucoup. Malheureusement depuis le 1/10/2012 je suis au chômage car fin de mon CCD. Je suis prête à suivre une formation et serait très heureuse de reprendre le chemin de l'école !

Le 17-01-2013 par Valérie Gros :
Je suis éducatrice spécialisée, licenciée pour inaptitude suite à un problème médical. Je suis reconnue travailleur handicapé. Ne trouvant pas de travail comme ES, j'ai un contrat aidé comme AVSco donc en CLIS pour seulement 20H soit 669 euros! C'est lamentable! Le travail auprès de ces enfants est passionnant et très complémentaire de ce que je faisais en IME. C'est de l'éducatif qui prend en compte toutes les dimensions de l'enfant;et l'éducation,la socialisation, l'autonomie ne s'arrêtent pas à la sortie des classes Je suis spécialisée en handicap mental, physique, troubles du comportement, troubles psychiatriques. Je souhaite profondément un contrat à temps plein et que cette fonction d'AVS soit reconnue comme un vrai métier avec un vrai salaire!!!Du coup, je pense sérieusement à devenir enseignante!

Le 21-04-2013 par vauqucla :
Ou en est-on de ce rapport, nous sommes en avril bientôt mai et aucune nouvelle. je suis AVS j'ai fait 2 ans en contrat aidé et je suis à ma 2ème année en contrat ASEN et je souhaite réellement poursuivre cette carrière mais que faire après si il n'y a toujours aucune solution pour la professionnalisation ??? Il me reste 3 ans de reconduction possible mais après ???

Le 29-04-2013 par bmorin :
Je m'inquiète de la situation, car après maintes promesses le gouvernement ne prend toujours pas ses responsabilités pour professionnaliser les postes d'assistants d'éducation qui au bout de 6 ans nous sommes jetés d'une mission qui font les preuves que se soit dans les écoles que auprès des professionnelles médicales qui gravitent autour de la pathologie de l'enfant. Monsieur le président et ses ministres aidez nous a prendre en considération notre demande de formation qualifiante et assurer la pérènité de notre travail.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr