Des exils "gagnants" pour la Belgique : propos cyniques !

Résumé : Drames humains, dénis de citoyenneté et créations d'emplois à l'étranger avec des fonds publics français, l'exil forcé des Français handicapés ne serait-il "gagnant" que pour la Belgique ? Des asso françaises dénoncent un "scandale d'Etat".

Par , le 

Réagissez à cet article !

« La France finançant l'accueil de ses ressortissants au sein des structures wallonnes, la Wallonie s'en retrouve même gagnante puisque cela crée de l'emploi pour le secteur » ! Cette déclaration de Maxime Prévot, vice-président du Gouvernement wallon, figure dans un communiqué de presse commun avec le secrétariat d'État aux personnes handicapées français rédigé à l'occasion de la 2e Commission mixte paritaire relative à l'accueil de personnes handicapées françaises en Belgique qui s'est tenue le 16 novembre 2016 (article en lien ci-dessous). L'événement a abouti à la mise en place de contrôles dans les établissements d'accueil belges. Mais ces propos ne sont pas vraiment du goût d'un collectif rassemblant les principales associations françaises de personnes handicapées qui déplore leur « cynisme » et juge le contexte « désastreux ».

Vraiment par choix ?

Depuis des années, ces associations dénoncent un véritable « scandale d'État » : près de 8 000 personnes handicapées, ayant généralement des handicaps sévères, dont plus de 2 000 enfants, sont exilés vers la Belgique faute de solutions d'accueil et d'accompagnement en France. En 2013, l'affaire « Amélie » (article en lien ci-dessous) pousse le Gouvernement français à s'engager à trouver des solutions adaptées dans notre pays, y compris pour les personnes dont les situations sont les plus complexes et urgentes. Le 8 octobre 2015, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, affirme publiquement qu'il n'y aurait plus de personnes exilées quand les familles ne le souhaitaient pas (article en lien-ci-dessous). Un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros est alors budgété pour « offrir à chacune et à chacun une solution adaptée à ses besoins et ses attentes près de chez lui ». Ségolène Neuville, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, réaffirme à l'occasion de la commission mixte de novembre 2016 : « Nous souhaitons que l'accueil dans une structure wallonne soit un choix et non une solution par défaut. Pour nos ressortissants qui font ce choix, nous devons garantir un accueil de qualité, ce que permet cette coopération entre nos deux gouvernements ».

Et des emplois en France ?

Un choix ? Car les faits sont là : selon le collectif, depuis 2014, la Belgique accueille 13% de personnes handicapées en plus, dont 32% sont sévèrement handicapés (orientations en Maisons d'accueil spécialisées). « Notre pays préfère financer des établissements belges et laisser les personnes handicapées de côté plutôt que d'assumer son obligation, précise son communiqué commun. Si certains sont « gagnants », les perdants sont toutes les personnes handicapées contraintes à l'exil et leurs familles. » Christel Prado, animatrice du Comité d'entente des associations représentatives déclare : «  Quand la France respectera-t-elle ses engagements envers les personnes handicapées en créant ces emplois en France ? Après des années de dénonciation par les familles, cette inaction s'assimile à de la non-assistance à personnes en danger ».

Les associations signataires invitent donc le Gouvernement français à s'expliquer sur son soutien aux propos de son homologue wallon et sur la portée effective de son action. Elles rappellent les engagements nationaux et internationaux de notre pays : les personnes handicapées doivent pouvoir choisir leur lieu de vie et bénéficier d'un accompagnement de proximité.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr