Expérimentation animale et Téléthon : la polémique relancée

Résumé : L'organisation de défense des animaux PETA relance la polémique sur les expérimentations animales à l'occasion du 30e Téléthon, dénonçant les traitements subis par des chiens lors de recherches sur les myopathies.

Par , le 

Réagissez à cet article !

« L'expérimentation animale est la règle (...) quand aucune autre méthodologie efficace n'existe », souligne l'Association française contre les myopathies (AFM)-Téléthon sur son site. PETA a diffusé le 1er décembre 2016 une vidéo, tournée en 2013 en caméra cachée, présentant des golden retrievers visiblement affaiblis, bavant, dans des cellules du Laboratoire de neurobiologie de l'École nationale vétérinaire d'Alfort. Sur son site, le Laboratoire, unité du ministère de l'Agriculture, explique lui-même « étudier des maladies neuromusculaires canines et félines » pour « évaluer les bénéfices » de nouvelles thérapies. « Grâce à des subventions, et notamment au soutien permanent de l'AFM, le laboratoire dispose de ressources humaines non négligeables », ajoute le site.

Des recherches modernes et sans animaux

Pour PETA, « l'association AFM-Téléthon doit cesser de financer ces expériences cruelles sur les animaux, et ne soutenir que des projets de recherche modernes et sans animaux ». « Le niveau de souffrance et de détresse infligé aux chiens de l'École nationale vétérinaire d'Alfort est telle que l'on se demande pourquoi ces expériences se poursuivent, alors même qu'elles n'ont que très peu contribué au développement d'un traitement clinique », écrit Emily Trunnell, de PETA, dans une lettre à la présidente de l'AFM.

Pas de réaction de l'AFM

L'AFM-Téléthon n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat à la démarche de PETA. Sur son site, elle souligne qu'une grande partie des recherches reposent déjà sur des modèles alternatifs au modèle animal (in vitro notamment). Mais aussi « la loi exige des preuves d'innocuité avant toute administration de traitement expérimental chez l'homme, que seul le modèle animal est à même d'apporter dans certaines situations », ajoute l'association. La législation européenne de 2010 encadre le recours aux animaux à des fins expérimentales, prévoyant notamment qu'il soit remplacé dans la mesure du possible par une méthode de substitution.

© Sergey Nivens/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr