JO : un handicapé de guerre syrien porte la flamme olympique

Résumé : Ibrahim al-Hussein, 27 ans, a fui la Syrie il y a deux ans. Athlète amputé d'une jambe, il portera la flamme olympique ce mardi 26 avril, dans le camp de réfugiés d'Eleonas, à Athènes, dans le cadre de l'étape grecque du relais olympique.

Par , le 

Réagissez à cet article !

C'est un beau modèle d'intégration. Réfugié syrien installé à Athènes, Ibrahim al-Hussein a été choisi pour porter la flamme olympique à travers le camp de réfugiés Eleonas, en Grèce, mardi 26 avril à 19h20 heure locale (16h20 GMT). C'est le Comité international olympique, via son président Thomas Bach, qui avait annoncé le principe de relais de la flamme par un réfugié dans ce camp.

Électricien originaire de Deir ez-Zor, en Syrie, Ibrahim avait pour habitude de s'entraîner dans les eaux de l'Euphrate avant le début de la guerre civile. Il a quitté son pays quand les combats se sont intensifiés. Amputé de la moitié d'une jambe à cause d'un bombardement, il a emprunté le chemin de la Turquie avant d'arriver sur l'île grecque de Samos, en bateau pneumatique, il y a deux ans. Il vit aujourd'hui à Athènes, où il loue un appartement.

Un rêve de plus de 20 ans

Quand il n'est pas au café où il travaille, il participe à des matchs de basketball en fauteuil roulant et suit un entraînement intensif en natation. À la piscine, une fois sa prothèse retirée et la ligne de départ atteinte, ses performances sont remarquables. Son entraîneur Eleni Kokkinou le perçoit comme un « athlète fort», capable de nager le 50 mètres nage libre en 28 secondes, selon une interview donnée au site internet du Haut-Commissariat des réfugiés pour les Nations unies. « Tout ce qui le préoccupe est l'entraînement, l'entraînement et encore l'entraînement. », observe-t-il. Pour le jeune homme, qui dit avoir appris à ne jamais céder, porter la flamme olympique représente « un vieux rêve de plus de vingt ans, devenu réalité ». « Je vais porter la flamme pour moi-même, mais aussi pour les Syriens, pour les réfugiés du monde entier, pour la Grèce, le sport, pour mes équipes de natation et de basket », a affirmé l'athlète avec humilité.
L'étape grecque du relais de la flamme olympique a démarré jeudi 21 avril. Après une traversée de la Grèce, la flamme sera remise au Brésil, pays hôte de l'édition 2016. Les XXXIe Jeux olympiques se tiendront à Rio de Janeiro du 5 au 21 août prochain. Pour la première fois de l'Histoire, une équipe d'athlètes « réfugiés » participera aux compétitions.

Réagissez à cet article !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches