A quand un fonds pour les victimes de médicaments ?

Résumé : Après les scandales du Médiator et maintenant de la Dépakine, les associations réclament un fonds "pour toutes" les victimes de médicaments afin de leur garantir une indemnisation rapide et d'inciter les labos à plus de transparence.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Après les « scandales » du Mediator et de la Dépakine (article en lien ci-dessous), un vaste regroupement d'associations et de juristes réclame la création d'« un véritable fonds ouvert à toutes les victimes d'effets indésirables graves de médicaments » pour mettre fin à l'injustice et à des indemnisations « pas à la hauteur » des préjudices. Ce fonds pourrait être financé « grâce à une taxe minime sur le prix de vente des médicaments », estime le Collectif d'associations et de collectifs inter-associatifs.

Un déni des victimes

Figurent dans ce Collectif, l'Apesac (victimes Depakine/épilepsie/bipolaire), le réseau DES France et les Filles DES (distilbène), la FNATH (accidentés de la vie), le CISS (collectif regroupant 40 associations), le Cadus (défenses des usagers de la Santé) dont le Dr Irène Frachon, qui a dénoncé le scandale du Mediator est présidente d'honneur ainsi que le Claim (contre les affections iatrogènes médicamenteuses) et le grand Collectif Europe et Médicament dont fait partie la revue Prescrire. Pour de nombreuses victimes du Mediator, l'indemnisation n'a pas été à la hauteur du préjudice, relève le Collectif qui dénonce également le « déni actuel à l'endroit, entre autres, des victimes du Distilbène », un médicament qui était autrefois prescrit pendant la grossesse avec de graves conséquences (cancer, problèmes de fertilité...) sur la descendance des femmes traitées.

Mutualiser un risque collectif

La mutualisation d'un risque collectif présenterait « un double avantage : garantir aux victimes une indemnisation rapide mais aussi inciter les entreprises du médicament à promouvoir une politique efficace de transparence, de prévention, d'information, de responsabilisation vis-à-vis des produits qu'elles fabriquent et commercialisent », souligne le Collectif dans un communiqué. L'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux) aurait la gouvernance de ce fonds, ajoutent ces associations en précisant qu'« un tel dispositif, qui pourrait être voté dans l'un des textes budgétaires de l'automne, s'insérerait sans difficulté dans le droit existant ».

Besoin d'une volonté politique !

Selon ces associations, « l'industrie pharmaceutique, comme en son temps l'industrie automobile, mais aussi les victimes du médicament, comme les victimes de la route il y a 30 ans, ont, aujourd'hui, besoin d'une loi Badinter !» (loi de 1985 d'indemnisation des préjudices corporels après un accident de la route, ndlr). Le Collectif indique avoir proposé, sans succès, ce projet de fonds d'indemnisation ouvert à toutes les victimes d'effets indésirables graves de médicaments, lors de la discussion de la dernière loi de santé. Selon lui, « il manque une seule chose pour qu'un tel fonds existe : une volonté politique ».

© blende40/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 19-09-2016 par danye :
Cela va plus loin encore atteinte d'un cancer du sein en 2013 , le cancérologue me propose un traitement préventif le tamoxifène qui préserve du cancer du sein à 100 % mais précise t'il donne un autre cancer utérus , foudroyant ou autre à 50 % ! je lui fait remarquer que nous sommes 6 dans la salle d'attente donc 3 d'entre nous sont condamnés ! non me dit il 50 % en médecine ce n'est pas 50 % en maths ! HA bon ?!!!! alors pourquoi signe t'on un "protocole de soin" qui n'est rien d'autre qu'une décharge indiquant que nous sommes au courant des risques encourus par le traitement et les acceptons ?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches