Fraude au handicap : ces magouilleurs qui osent tout !

Résumé : Pour tirer un bénéfice de son handicap, Alain, fraudeur, se déclarait paraplégique. Il a été condamné à six mois de prison avec sursis. Son cas n'est pas isolé ; des fausses victimes sont aujourd'hui repérées à la suite d'attentats.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Il prétendait être paraplégique depuis une vingtaine d'années. Dans les Ardennes, en décembre 2016, Alain a été condamné en appel à six mois de prison avec sursis, pour une fraude auprès de la CPAM (Caisse primaire d'assurance maladie). Aujourd'hui âgé de 66 ans, cet ancien artisan fait, en 1998, une chute de sa chaise, reconnue comme accident du travail, rapporte le site lunion.fr. Peu de temps après, il se plaint d'une paralysie des membres inférieurs, commence alors à se déplacer en fauteuil roulant et surconsomme les aides techniques, les visites chez le médecin et les médicaments. Traduit devant la justice, il a été reconnu coupable de « déclaration mensongère à une administration publique en vue d'obtenir un avantage indu ». Il a décidé de se pourvoir en cassation. D'ici là, il devra certainement rembourser ses dettes…

Des fraudes en hausse

Comme Alain, de nombreux fraudeurs multiplient les fausses déclarations, parfois durant des années. C'est également le cas auprès de la CAF (Caisse d'allocations familiales) qui observe une très forte recrudescence des fraudes en 2016 : plus 21,6% en un an sur l'ensemble des prestations versées, dont l'AAH (lire article en lien ci-dessous). Un chiffre qui s'explique par un renforcement des contrôles. En 2014, ce sont plus de deux millions d'euros qui ont également été indûment versés par le Conseil général de Seine-Saint-Denis ; depuis 10 ans, des prestations sociales, et notamment dédiées aux allocataires handicapés, étaient détournées avec la complicité de quatre de ses agents.

Démasqué par sa webcam

La France n'a évidemment pas le monopole des arnaqueurs et autres magouilleurs… En 2013, une vidéo avait fait le buzz aux Etats-Unis (ci-dessous) ; ZillianOP, un streameur notoire (quelqu'un qui enregistre ses parties de jeux), s'était fait passer pour paraplégique et avait ouvert un site Internet de dons pour l'aider à payer ses soins. Mais, un jour, il oublie qu'il est filmé par sa propre webcam et se lève pour aller chercher quelque chose à la cuisine... Stupidement démasqué, il aura quand même réussi à souffler 200 000 dollars à des internautes.

Fausses victimes d'attentat

Depuis les attentats de Paris en novembre 2015, un autre type de fraude fait son apparition. Le 11 janvier 2017, un couple de vendeurs d'écharpes à la sauvette est condamné par le tribunal de Bobigny (93) à un an de prison, dont six mois ferme, pour s'être fait passer pour des victimes de l'attentat au Stade de France. Ils étaient bien présents aux abords du stade ce jour-là mais pas à l'heure des explosions. Le parquet avait requis un an de prison contre ce Serbe, handicapé à 80%, et sa femme, enceinte, jugeant leur comportement « innommable ». Dans une situation financière difficile, ils ont tenté de se justifier en évoquant un couple d'amis, réellement blessé, qui leur aurait dit de « faire comme eux ». L'avocat du FGTI, le fonds de garantie qui indemnise les victimes du terrorisme et d'autres infractions (articles en lien ci-dessous), avait déploré que le travail de la structure, qui a déjà indemnisé 2 434 victimes du 13 novembre, soit « perturbé » par ces fausses victimes qui croient jouer à « la roue de la fortune ».

Jusqu'à 6 ans ferme

Il s'agit de la quatrième condamnation de ce type depuis les attentats de Paris et Saint-Denis, pour tentative d'escroquerie ou escroquerie envers le FGTI. La peine la plus lourde - 3 et 6 ans ferme - a été prononcée par le tribunal de Grasse (Alpes-Maritimes) à l'encontre d'un couple qui avait perçu 60 000 euros prétendant avoir été « soufflé » par une explosion aux abords du stade. Les deux concubins avaient été confondus… quand il avaient à nouveau tenté d'escroquer le FGTI après l'attentat de Nice !

© Richard Villalon / Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 07-02-2017 par missofe :
c'est honteux , c'est se moquer de nous, les plus atteints, devant tous les refus de la mdph.il faut développer les controles et inir les fainéants.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr