Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Handicap: CNCPH : fin de mandat mais toujours sur le front

Résumé : 3 ans à la présidence du CNCPH*. Patrick Gohet sera-t-il reconduit dans ses fonctions ? En attendant, il dresse un bilan des actions et chantiers en matière de handicap. Du bouleau à n'en pas douter et un président à pied d'oeuvre pour continuer...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

*CNCPH : Conseil national consultatif des personnes handicapées

Handicap.fr
: Votre mandat de président du CNCPH s'achève le 3 octobre 2012. Etes-vous partant pour un nouveau mandat ?
Patrick Gohet
: La nomination du président du CNCPH appartient aux Ministres en charge de la politique du handicap. J'ai donc informé madame Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion, que j'étais disponible pour accomplir un second mandat pour les trois prochaines années.

H.fr
: Mais, en fait, le CNCPH, c'est quoi ?
PG
: C'est une photo de la société française, qui rassemble tous les acteurs concernés par le handicap. Il réunit 83 composantes, aussi bien des syndicats que des associations, des organismes de recherche, des collectivités locales, des caisses de protection sociale, mais aussi d'importantes institutions comme la Croix rouge ou la Mutualité française. Depuis trois ans, l'implication de tous s'est réellement accrue. Peut-être parce que l'échéance relative à l'accessibilité de 2015 se rapproche et qu'ils se savent de plus en plus concernés.

H.fr
: Très bien mais, dans les faits, quel impact avez-vous sur les décisions prises en direction des personnes handicapées ?
PG
: Le CNCPH donne son avis chaque fois que le Gouvernement le lui demande. Et aussi lorsqu'il ne le lui demande pas ! Peu de projets de textes règlementaires ont quitté notre Conseil sans avoir été un peu ou grandement modifiés. Le plus souvent, nous avons obtenu des avancées non négligeables. C'est le résultat d'un dialogue constructif entre le Conseil et les Ministères et leurs Directions.

H.fr
: Ce qui signifie que votre avis est sollicité par tous les ministères ?
PG
: Oui, par la plupart, chaque fois qu'une question relative au handicap est abordée. Il est vrai que la loi de 2005 comporte des dispositions qui renforcent la collaboration du CNCPH avec les diverses administrations. Les ministères ont de plus en plus souvent le réflexe de le consulter. A ce propos, le Conseil a tout particulièrement apprécié la récente circulaire du Premier ministre, début septembre 2012, qui précise que tous les projets de loi à venir devront tenir compte du handicap et comporter, sauf exception, des « dispositions spécifiques ». C'était une très ancienne demande du CNCPH qui vient donc d'être prise en compte par le Gouvernement, conforme à l'engagement du Président de la République.

H.fr
: Quel évènement a le plus marqué le travail du CNCPH pendant cette mandature 2009-2012 ?
PG
: Sans aucun doute la seconde Conférence nationale du handicap (CNH) de juin 2011. La mandature qui s'achève est une mandature de transition entre la période consacrée à la refondation des textes législatifs et règlementaires et celle concernant le suivi de la mise en œuvre de la nouvelle législation. De ce fait, nous avons traité des thèmes permanents mais nous avons également créé des groupes de travail sur des sujets qui n'avaient pas été approfondis : l'accès aux soins, la vie affective et sexuelle, la détresse psychologique, le devenir des métiers au service des personnes handicapées, le travail protégé, l'éducation adaptée, la participation à la vie citoyenne, les établissements et services spécialisés... Pendant 18 mois, nous avons préparé un rapport qui a nourri la CNH de juin 2011et, par la suite, nous avons développé un certain nombre de sujets dans un second rapport.

H.fr
: Ce sont donc trois ans de travail pour deux rapports ?
PG
: Oui, qui traitent de la quasi-totalité des sujets se rapportant au handicap. Sur chacun de ces sujets, ils répondent à trois questions : où en est-on, qu'est-ce qui ne va pas et quelles sont les initiatives qui restent à prendre ? Pour la première fois, ils sont à la disposition du grand public par le biais de la Documentation française. Il a été abondamment consulté et acheté.

H.fr
: Quelle est l'une des empreintes majeures du CNCPH durant ces trois dernières années ?
PG
: Peut-être une déclinaison plus élaborée de la notion d'accessibilité appliquée à tous. Il était nécessaire d'élargir cette notion à l'ensemble des handicaps : moteur, mental, auditif, visuel, cognitif, psychique...

H.fr
: Quelles seront les grandes priorités à venir pour le CNCPH ?
PG
: La première chose, c'est de participer à la mise en place et au suivi d'une véritable stratégie pour réaliser pleinement l'accessibilité prévue pour 2015. L'initiative en revient évidemment au Gouvernement, mais le CNCPH a toute capacité pour accompagner une telle démarche avec vigilance. La seconde question, c'est l'avancée en âge des personnes handicapées. C'est une problématique qu'on a à peine creusée et qu'il faut mener en parallèle avec le vieillissement de la population « ordinaire ». En priorité : prévenir l'aggravation du manque d'autonomie. Ensuite, on retrouve évidemment, l'éducation, l'emploi, l'accès aux soins...

H.fr
: En bref, il y a des chantiers prioritaires pour chaque composante de la vie...
PG
: Oui car tout change et rien n'est jamais totalement abouti. Les aspirations et les besoins ne cessent d'évoluer. C'est pourquoi le CNCPH est un véritable lieu de dialogue et de propositions.

H.fr
: Sentez-vous le nouveau Gouvernement plus impliqué que le précédent dans la prise en considération des personnes handicapées ?
PG
: C'est encore trop tôt pour en juger. Ce que je remarque, c'est que, quinze jours après sa nomination, madame Carlotti m'avait contacté. Elle a manifesté le désir de rencontrer très vite le CNCPH, ce qui a été fait dès le 11 juillet. Nous avons senti de sa part une réelle et forte volonté d'associer le CNCPH à sa politique et à ses actions.

H.fr
: Que ferez-vous le 3 octobre prochain si vous n'êtes pas reconduit dans vos fonctions ?
PG : J'appartiens à l'Inspection générale des affaires sociales qui trouvera bien des choses à me faire faire ! J'ai déjà rempli des missions dans d'autres domaines comme celui de la santé et de l'hôpital, de la retraite, de la mise en œuvre du plan Alzheimer. Actuellement, j'en commence une sur la prévention de la perte d'autonomie liée à l'âge. Tous ces sujets me passionnent. Et puis, j'ai par ailleurs un projet de livre sur le handicap, déjà bien avancé...

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit d'Handicap.fr »

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 20-09-2012 par Jean-Luc Biannic :
Quel réconfort de savoir qu'il existe des personnes sensibles à la détresse humaine.

Le 21-09-2012 par memmee :
Monsieur,
trouvez normal que des personnes handicapées travaillant en ESAT soient dans leur travail "fliquées et au rendement" comme un valide.Que dit le texte de loi concernant les personnes handicapées dans le travail. merci

Le 26-09-2012 par memmee :
Bizarre, personne ne connait le texte de loi concernant le travail pour les personnes handicapées travaillant en ESAT. (usagers ) un effort, la mémoire est sélective......

Le 04-10-2012 par aminat :
Dans les ESAT, certaines associations gestionnaires ont tendance à exploiter les travailleurs handicapés. Voyez sur le site de l'A.M.i : https://ami-handicap.org

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches