Accident vasculaire cérébral à moins de 30 ans : et après ?

Résumé : Louis et Élise ont 27 ans. Tous deux ont fait un AVC (accident vasculaire cérébral), suivi d'une longue période de rééducation. Ils soulèvent une question souvent peu posée : après l'accident, quelles perspectives d'avenir pour les jeunes ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

À 27 ans, Louis Gustin, stagiaire au Parlement européen, revient de loin. En février 2015, le jeune homme est touché par un accident vasculaire cérébral (AVC) alors qu'il est attablé à la terrasse d'un café, en Pologne. Aucun signe avant-coureur ne laissait présager une rupture d'anévrisme. « D'un coup, je n'arrivais plus à parler, je voyais tout en vert autour de moi. Mes amis ont demandé à la serveuse d'appeler une ambulance et j'ai été transféré rapidement à l'hôpital, confie-t-il. J'ai été fauché en plein vol. »

Chemin sinueux vers l'emploi ?

L'accident, qui a rendu Louis aphasique, nécessite une longue période de rééducation. « J'ai dû réapprendre à parler. Mon bras droit ne bougeait plus et ma jambe droite ne pouvait plus fonctionner, explique-t-il. Après un an et demi de lutte, j'ai regagné en autonomie ». Titulaire de diplômes en droit et en affaires européennes, il recherche aujourd'hui un emploi. « J'ai retrouvé un stage après l'AVC. Puis un deuxième. J'en suis à mon troisième depuis l'accident… Pourquoi ne pas m'embaucher ? ».

Comme lui, d'autres jeunes sont touchés chaque année par un accident vasculaire cérébral, sans pour autant présenter de facteurs de risque. Pour faire connaître cette réalité, Louis, qui a rejoint l'association France AVC Lorraine, alimente un blog, S'adapter. Il y publie articles, interviews de personnes handicapées, d'avocats, de responsables politiques français ou européens. Et espère convaincre des employeurs de « faire confiance, de donner une chance à des personnes qui restent compétentes ».

Du temps pour la rééducation

Élise Mathy, 27 ans, a également été touchée par un AVC malgré son jeune âge. L'accident survient en février 2017, alors qu'elle court. « Tout a changé radicalement, raconte-t-elle. Juste avant l'accident, mon objectif était de participer à un marathon. Le lendemain, il fallait que j'apprenne à me lever. » Elise et Louis n'ont pas les mêmes séquelles, l'AVC pouvant toucher différentes zones du cerveau. Étudiante interne en médecine, la jeune femme a suspendu son cursus pour se concentrer sur sa rééducation, toujours en cours. « Je poursuivrai jusqu'à ce que j'arrive à marcher normalement ».

Fédérer plus de jeunes

Comme Louis, qui se veut la voix des jeunes touchés par un AVC, Élise déplore un manque de communication sur le sujet, alors que « cela peut arriver à n'importe qui ». Tous deux rencontrent pourtant d'autres personnes de moins de 30 ans dans leur centre de soins. « Les associations existantes regroupent surtout des personnes âgées mais peu de jeunes, regrette Louis. Il faudrait pouvoir se réunir davantage. Heureusement, des groupes émergent sur les réseaux sociaux ». Sur Facebook, le groupe de parole AVC Jeunes survivants réunit près de 300 membres. Il a permis à Louis et Élise de se rencontrer. « C'est une super initiative grâce à laquelle on peut discuter, mais les moyens d'action sont moindres par rapport aux associations », estime Louis.


Pour ces raisons, le jeune homme souhaite monter sa propre association, S'adapter, du même nom que son blog. Et accéder à l'emploi. Peut-être par la voie d'administrations publiques, qui organisent des concours pour personnes handicapées. « Je n'ai presque plus de séquelles. Je ne veux pas me pencher sur le passé, assure-t-il. Je souhaite faire ma vie à présent ».


© Louis Gustin / Élise Mathy / Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 07-12-2017 par pathinder21 :
j'ai moi même fait un AVC il y à presque 20 ans, bon je m'en sors bien car il y à des gens qui ont plus de séquelles importante que moi, bref, j'ai retrouvé une certaine autonomie, je veut allez de l'avant avec mon handicap invisible car il est très important selon moi de se projeter dans un avenir à courte durée que sur du long terme, enfin selon moi

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr